Une culture Urantienne!

Jean-Claude Lafrenière
Saint-André-Avellin, QC

[Durant la thématique à Drummondville du 14 mai 2016, Jean-Claude nous a chanté ses compositions personnelles inspirées du « Livre d’Urantia ». Dans le Réflectivité de juin 2016 , à la page 3, il nous raconte son expérience que je résume ici.]

Une nuit, je me surprends à fredonner un air quelconque, et des mots se rapportant au « Livre d’Urantia » s’y glissent agréablement.

Je me lève pour noter le flot de mots qui s’intègre naturellement à l’air de musique que j’ai en tête.

Les textes reposants sur des airs connus, ou à peu près, permettrait à chacun chacune de les chanter, de se les approprier.

Voici donc ma prochaine composition :

Tout le monde connaît l’aire de « La Manic » : « Si tu savais comme on s’ennuie, à La Manic… »

Pour bien sentir l’effet merveilleux de cette composition, je vous propose l’expérience suivante : juste avant de commencer à la chanter, dites votre prénom, comme si ça s’adressait à vous personnellement. C’est en le faisant que j’ai ressenti… ce que je vous souhaite de ressentir à votre tour.

Un tel thème de base s’inscrit tellement bien dans la redécouverte du Message initial oublié, mais toujours occupé par ce Dieu vengeur et méchant de la 3e révélation, toujours présente dans notre civilisation de culpabilisation et de rechute.

Sur l’air de « La Manic »

Si tu savais

Combien il t’aime,

Ton Père céleste.

Comme un enfant,

Tu lui rendrais,

Un grand amour terrestre ;

T’écouterais ses bons conseils,

Car il habite vraiment en toi ;

Que tu le sentes ou pas,

Il veut bien guider tes pas.

Loin des malheurs que tu te crées,

Dans cette forêt d’erreurs.

Laisser un commentaire