Un petit mot sur la « Présentation grand public du Livre d’Urantia » à Montréal

Normand Laperle
Lévis

Comme vous le savez, cette présentation a eu lieu le 14 octobre 2018 à la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec au centre-ville de Montréal. L’activité a eu lieu de 13h00 à 15h45.

Derrière le livre, il y a une communauté de lecteurs. C’est une main tendue vers le grand public pour non seulement faire connaitre le « Livre d’Urantia » (« LU »), mais aussi faire connaitre la communauté des lecteurs, moins connue.

Je vous fais une présentation plus technique et organisationnelle qu’émotionnelle.

Il y eu deux heures de présentation du Livre, suivie de 45 minutes de discussion avec le public. L’assistance était composée d’environ douze (12) lecteurs faisant déjà partie de groupes d’études. Se sont ajoutés quatre (4) nouveaux (tous des femmes), dont trois connaissaient déjà le « LU » et une (1) ne le connaissait pas. Pour ma part, quatre nouveaux c’est un peu décevant. Mais il ne faut pas s’attendre à la perfection la première fois. Il faudrait voir ce qu’on eut faire pour améliorer ce compte.

J’ai beaucoup aimé les présentations qui ont été données par Line St-Pierre, Gaétan Charland, Marc Belleau et Robert Cadieux; tous membre du CA de l’AUQ. Les présentations étaient style témoignage, ayant chacune une particularité : Line était axée sur l’administration, Gaétan sur le côté scientifique – factuel de la révélation, Marc était axé plus sur le côté mental – philosophique et Robert sur le côté spirituel. Un très bel arrangement. Il y avait de quoi sensibiliser tous les goûts et intérêts.

Durant la période de discussion, nous avons eu droit à des témoignages — de la part des nouveaux — sur leur parcours spirituel individuel et quelques feedbacks sur la présentation. La personne qui ne connaissait par le « LU » est partit durant les discussions. Nous n’avons pas eu son témoignage ou feedback.

Derrière la salle, il y avait une grande table avec surtout — majoritairement — de la documentation gratuite. Il y avait aussi quelques exemplaires du « LU ».

J’ai trouvé que ça fait un beau départ, mais il faut aller plus loin. Qu’avons-nous eu ? Qu’est-ce qu’on pourrait améliorer ?

Dans l’avenir, il va y avoir beaucoup d’occasions pour faire des présentations-introductions de toute sorte du « LU ». Ça fait une belle base de travail.

Je crois qu’il faut investir temps et argent à se développer une expertise ici au Québec, dans la présentation grand public pour faire connaitre le « LU », mais aussi, aller chercher de nouveaux lecteurs pour se joindre à nos groupes d’étude.

Il faut commencer quelque part, ensuite s’améliorer.

Bravo au CA de l’AUQ pour cette initiative.

Laisser un commentaire