De l’intellectuel à l’expérientiel…

Guy Perron
Montréal

Comment sommes-nous interpellés par les incomparables enseignements du Livre d’Urantia ?

Nous avons tous expérimentés au fil des années que nous sommes tous touchés de façon différente quel que soit le stimulus extérieur que nous recevons. Cela s’applique pratiquement à tout. Un apprécie tel film, telle série et l’autre, pas du tout. Un est un fan de musique classique et l’autre verse plutôt dans le jazz ou le pop. Un ne peut comprendre qu’un autre soit végétarien et encore moins végan.

Certains sont profondément touchés par ce qu’ils lisent dans le Livre d’Urantia, d’autres, pas du tout. Certains sont tout à fait bien dans leur confort matériel douillet, d’autres s’y ennuient. Certains sont curieux, d’autres à peine. Il est intéressant de noter que, même parmi ceux et celles qui s’identifient comme lecteurs du Livre d’Urantia, les effets sur l’individu peuvent varier grandement.

Que ta volonté soit faite ici sur la terre comme elle l’est faite au ciel.

Certains sont heureux de lire le livre et d’en connaître les écrits; ils semblent tout à fait satisfaits ainsi. Une meilleure idée de Dieu, de notre relation à Lui et de Lui à nous, une meilleure perspective de l’univers et du cosmos dans lequel nous vivons, une meilleure connaissance de notre monde et de son évolution ainsi que de ses habitants et du développement des races, une plus grande compréhension intellectuelle de la vie de Jésus et de ses enseignements, tout cela apporte déjà beaucoup de nouveautés et d’information.

Ils sont tout à fait contentés par la conscience mentale — la compréhension de l’idée de Dieu. Certainement, une belle et bonne satisfaction intellectuelle.

Que ta volonté soit faite et non la mienne.

D’autres, poussés par une curiosité plus intense et une motivation intérieure grandissante, ont le désir d’explorer plus en profondeur, de s’aventurer plus loin, de mieux comprendre expérientiellement ce qu’est cette nouvelle réalité qui émerge dans leur vie, leur âme, une co-création dans laquelle ils sont impliqués avec leur divin moniteur et qui ne cesse de grandir selon leur degré d’implication.

Leur perspective de la révélation progresse alors d’un livre de grandes connaissances à un livre de nourriture morontielle pour leur propre âme en expansion cherchant à atteindre d’abord la naissance spirituelle puis la fusion avec la Divine Présence qui l’habite.

Quel objectif grandiose tout à fait dans l’axe de la progression, manifestation de la volonté émergeante de la réalisation de l’idéal de Dieu en nous, par chacun de nous, en communion avec Lui, et en collaborant avec Lui. Quelle aventure bien au-delà de l’ordinaire qui peut tout à fait combler notre vie à bien des niveaux. On peut bien s’y attarder et même s’y arrêter et y ressentir une satisfaction accrue. Certainement, une belle et bonne satisfaction philosophique.

Père, c’est ma volonté de faire ta volonté… et je la fais effectivement!

Néanmoins, d’autres mus par une profonde force spirituelle intérieure, ne peuvent s’y arrêter. Ils ressentent profondément en eux cette vigueur cosmique. Ils commencent déjà à percevoir que même ici sur cette planète, il n’y pas de limites à leur progression sauf celles qu’ils s’imposent.

Et ces mêmes limites sont repoussées par Dieu au fur et à mesure qu’ils accentuent leur quête de perfection telle que nous invite notre Père à le faire.

« 4. Il faut choisir de tout cœur la volonté divine. Il faut anéantir le centre inerte de l’indécision.

5. Non seulement vous reconnaissez la volonté du Père et vous choisissez de la faire, mais vous vous êtes consacré sans réserve et voué dynamiquement à exécuter cette volonté d’une manière effective. » Fasc. 91:9.5-6 (p.1002.10-11)

« Les hommes oublient bien trop souvent que Dieu est la plus grande expérience dans l’existence humaine. Les autres expériences sont limitées dans leur nature et leur contenu, mais l’expérience de Dieu n’a pas d’autres limites que la capacité des créatures à comprendre, et cette expérience par elle-même accroit cette capacité. » Fasc. 117:6.9 (p.1289.2)

Quand les hommes sont à la recherche de Dieu, ils recherchent tout. Quand ils trouvent Dieu, ils ont tout trouvé. La recherche de Dieu est une effusion illimitée d’amour accompagnée de la découverte surprenante d’un nouvel amour plus grand à effuser.

Connaître Dieu et servir les hommes.

Et toute cette expansion est offerte à chacun de nous et prend toute sa valeur à partir du moment où nous devenons de véritables fascicules vivants en étant impliqués dans le service dévoué et désintéressé à Dieu et à nos semblables animés de plus en plus par cette foi, cette foi vivante qui nous amène à manifester abondamment en tout et partout dans toutes nos interactions, une multitude de fruits de l’Esprit.

« 7. Et il faut avoir la foi – une foi vivante. » Fasc. 91:9.8 (p.1002.13)

« La croyance a atteint le niveau de la foi quand elle motive la vie et façonne la manière de vivre… La foi est un attribut vivant de l’expérience religieuse personnelle authentique.

La croyance limite et enchaine toujours ; la foi se déploie et libère. La croyance attache, la foi affranchit. Mais la foi religieuse vivante représente plus qu’une association de nobles croyances, plus qu’un système exalté de philosophie ; elle est une expérience vivante s’intéressant aux significations spirituelles, aux idéaux divins et aux valeurs suprêmes ; elle connait Dieu et sert les hommes. » Fasc. 101:8.1-2 (1114.5-6)

Jusqu’où poussons-nous l’aventure ? Le choix nous appartient.

« Il y a dans le mental de Dieu un plan incluant toutes les créatures de ses immenses domaines, et ce plan est un dessein éternel d’occasions favorables sans bornes, de progrès illimité et de vie sans fin. Et les trésors infinis de cette carrière incomparable récompensent vos efforts! » Fasc. 32:5.7 (p.365.3)

« Le but de l’éternité est en avant! L’aventure d’aboutissement à la divinité se présente devant vous! La course à la perfection est engagée! Quiconque le veut peut y participer, et une victoire certaine couronnera les efforts de tout être humain désirant courir la course de la foi et de la confiance en s’appuyant à chaque pas sur les directives de l’Ajusteur intérieur et sur la gouverne du bon esprit du Fils de l’Univers, qui a été répandu si libéralement sur toute chair. » Fasc. 32:5.8 (p.365.4)

Bonne progression à tous!

« Dans votre concept de la manière dont Dieu traite les hommes, ne pourriez-vous vous élever jusqu’au niveau où vous reconnaitrez que le progrès est le mot de passe de l’univers ? » Fasc. 4:1.2 (p.54.5)

Voici quelques passages additionnels qui nous permettront d’approfondir nos réflexions sur le sujet.

« La conscience de Dieu, telle que l’éprouvent les mortels évoluant des royaumes, doit consister en trois facteurs variables, trois niveaux différentiels de réalisation de la réalité. Il y a d’abord la conscience mentale – la compréhension de l’idée de Dieu. Vient ensuite la conscience de l’âme – la réalisation de l’idéal de Dieu. Enfin se met à poindre la conscience de l’esprit – la réalisation de la réalité spirituelle de Dieu. En unifiant ces facteurs de la réalisation divine, si incomplète qu’elle soit, la personnalité mortelle répand constamment sur tous les niveaux conscients une réalisation de la personnalité de Dieu. Chez les mortels qui ont atteint le Corps de la Finalité, tout cela conduira en son temps à la réalisation de la suprématie de Dieu, et pourrait ensuite aboutir à la réalisation de l’ultimité de Dieu, à une phase de la superconscience absonite du Père du Paradis. » Fasc. 5:5.11 (p.69.6)

Laisser un commentaire