L’Assemblée des femmes une expérience enrichissante et inoubliable

Line St-Pierre
Ste-Sophie

D’assister au Parlement des religions du monde à Salt Lake City dans l’état du Utah aux États-Unis, en octobre dernier, est passé du rêve à la réalité. Cet évènement a réuni près de 10 000 participants de 73 pays, 30 religions principales, 548 traditions spirituelles afin de partager, d’apprendre, de connecter les uns avec les autres et de célébrer la vie. Plus de 65% des inscriptions étaient des femmes et des jeunes de moins de 30 ans. La diversité mondiale était au rendez-vous et le temps nous manquait pour profiter de tout et de tous !

La structuration pour ces cinq jours de congrès combinait la programmation de 1000 ateliers et spectacles avec ses 1800 présentateurs dans un cahier de 371 pages tout en couleur. Mon choix fut assez rapidement orienté vers ce qui traitait des femmes, de leur mobilisation au niveau de la spiritualité et de la religion.

Quel bonheur de constater que l’avant-première du congrès Reconquérir le cœur de notre humanité était spécialement consacré à l’importance de la contribution des femmes de notre époque. Cette journée du 15 octobre 2015 marque un moment historique dans l’évènement du Parlement des religions du monde lors de « l’Assemblée inaugurale des femmes » où plus de 3000 personnes se sont rassemblées dans une salle comble, dont quelques centaines d’hommes.

Quelle inspiration de voir et d’entendre ce panel interconfessionnel réunissant 15 femmes activistes sincères, courageuses, sages, spirituelles et orientées dans le service aux autres, des femmes leaders grand-mères, mères, filles et sœurs qui ont partagé leur expérience, leurs connaissances, leur passion et leur vison de la façon de faire de ce monde un endroit meilleur. Leur amour, leur respect et leur responsabilisation nous ont donné espoir à Reconquérir le cœur de notre humanité, thème du congrès.

Leur amour, leur respect, leur force et puissance intérieure ont donné espoir et ont dépeint les possibilités réelles de Reconquérir le cœur de notre humanité. Beaucoup de présentatrices ont fait ressortir l’urgence d’une vision claire de ce qui doit arriver dans le foyer humain, afin que le corps de l’humanité guérisse. Elles ont exhorté les femmes à écouter et à parler avec leur cœur, avec discernement au lieu du jugement; de faire confiance à leur voix intérieure et leur intuition; elles ont chargé les femmes à être les porteuses de lumière et d’amour et de s’approprier des attributs de Dieu; elles ont demandé aux femmes de former des cercles avec un centre spirituel sacré, d’être des militantes de l’intérieur et en tant que femmes d’Esprit et de foi, de faire respecter et d’édifier toutes les femmes.

Tout au long de la première journée du congrès il y avait une compréhension de plus en plus grande, un sentiment d’urgence ressenti dans la nécessité de regagner notre dignité, notre importance et notre valeur en tant que femmes, mères-enseignantes. Le Livre d’Urantia nous rappelle si bien que la femme est le porte-flambeau de la moralité et de la spiritualité.

En observant l’attitude derrière la diversité de religions présentes là basse, j’y ai vu la croyance, l’amour, la recherche d’un même but, un but plus élevé, divin, qui est notre Créateur, Père ou Mère Dieu. Lors d’ateliers, j’ai participé dans des cercles de femmes, se reliant au niveau du cœur à travers des rituels, des prières, des réflexions et se soutenant mutuellement avec compassion où étaient déposées des semences d’amour et où nous pouvions faire l’expérience d’une meilleure compréhension de nos expressions bien personnelles.

Ce qui résonnera longtemps en moi est le souvenir d’histoires partagées par beaucoup de femmes spirituelles comme : « Ma religion ? C’est la présence et le souffle de notre source divine – l’amour, l’amour inconditionnel. » (Dre Rangumarie Turuki Arikirangi Rose Pere)

« L’amour révolutionnaire est l’appel d’aujourd’hui, pardonner ce n’est pas oublier, pardonner c’est se libérer de la haine. » (Valerie Kaur)

« Soyez étudiants de l’un et de l’autre, et des enseignants de l’un et de l’autre. Les mères sont les éducatrices du monde. » (Grand-mère indigène)

« C’est l’espoir qui nous fait amorcer les choses, mais c’est avec la foi qu’on les termine. » (Bishop Barbara King)

« La croyance est telle que nous pouvons créer ce que nous voulons. » (Mallika Chopra)

« Il est très important d’enseigner à nos enfants à prendre la responsabilité de leur vie, d’en saisir le but et son pouvoir et d’écrire les préjudices de notre société. » (Ilyasah Shabazz)

« L’idée que les femmes changent le monde est une possibilité très réelle. Nous sommes la solution, si nous pouvions voir la beauté, la force et la capacité chez les femmes. » (Jean Shinoda Bolen)

« Bienvenue à la révolution de l’amour et brillons avec le divin. » (Diana Butler Bass)

« Quand vous donnez accès à l’éducation aux femmes, elles deviennent passionnées et libres penseuses. Elles élèvent des enfants passionnés et libres penseurs qui grandissent et deviennent des adultes passionnés et libres penseurs, difficiles à manipuler et impossibles à contrôler ! » (Marianne Williamson)

Ces femmes passionnées, croyant en l’humanité, en la vie, en un créateur et à l’amélioration du monde se fera avec la participation de chacun de nous, la partie faisant partie du tout.

L’Assemblée des femmes fut une journée remplie de rires et de larmes alors que nous étions à Reconquérir le cœur de notre humanité avec tous ces témoignages et partages. Gratitude est le mot pour décrire ce rassemblement !

Comme étudiante du Livre d’Urantia et de ses enseignements, l’opportunité de vivre cette expérience avec la foule interreligieuse me rend davantage plus tolérante et sensible à leurs rites et croyances. Il y a de nombreuses routes qui mènent à Dieu et je suis reconnaissante de cet immense cadeau qu’est Le Livre d’Urantia, de connaitre notre histoire et notre destinée avec la perspective cosmique qui nous attend, et ainsi nous libérant des dogmes et des traditions. « La religion est le geste suprême de l’homme magnifiquement tendu vers la réalité finale, sa détermination de trouver Dieu et d’être semblable à lui. » (196 :3.30; 2096.6)

Laisser un commentaire