Le « Parlement des Religions du Monde »

Normand Laperle
Lévis

Du 15 au 19 octobre 2015, 10 000 personnes, de 80 pays, et de 50 religions différentes ont convergé vers Salt Lake City, dans l’état d’Utah aux États-Unis pour assister au Parlement des religions du monde, le plus grand événement mondial du genre à promouvoir le dialogue interreligieux.

J’y étais, mais je n’étais pas seul. Il y avait environ 50 lecteurs du « Livre d’Urantia« , dont environ 5 du Québec. Comme vous avez pu le lire dans l’article de Line St-Pierre dans ce Réflectivité, une journée entièrement a été dédiée pour entendre ce que les femmes avaient à dire sur les thèmes du Parlement. Bravo pour cette initiative. C’est un pas de plus dans la bonne direction.

Le but de cette rencontre interreligieux n’était pas d’aplanir les croyances entre les différentes religions, mais plutôt de dialoguer sur les problèmes qui affligent notre planète à l’heure actuelle.

Les thèmes choisis pour ce congrès sont : les inégalités économiques, les questions climatiques et environnementales, la guerre, la violence et les discours de haine.

Plusieurs personnes de marque, connues mondialement, se sont adressées aux participants, dont le Dallai Lama, le petit-fils de Gandhi, le fils de Nelson Mandala, Al Gore (ancien vice-président des États-Unis), l’Imam responsable de la grande mosquée de La Mecque, plusieurs journalistes et écrivains très connus dans leur pays respectif. Il y avait, en tout, environ 1800 présentateurs.

Je vous transcris ici les nombreux commentaires que les journalistes des journaux locaux de Salt Lake City ont recueillis auprès des participants à ce congrès. « Je sens qu’il y a un sentiment de solidarité intense qui flotte dans l’air »; « Le monde serait probablement différent sans les gens qu’on rencontre ici »; « Il y a deux mots clefs qui reviennent continuellement dans ce congrès : aider et partager »; « Il me semble qu’au moment de notre présence ici même, nous réalisons tous que nous ne formons qu’une seule humanité et que nous croyons tous en un seul Dieu »; « Non seulement nous nous rendons compte des bonnes choses de notre propre religion et notre façon d’adorer, mais nous voyons aussi comment les autres religions arrivent à faire la même chose »; « Il nous faut tous apprendre comment bâtir un pont entre chacun de nous, et de s’arranger pour que cette édification fonctionne correctement »; « Nous travaillons à devenir, lentement, les êtres humains dont nous avons été créés pour devenir » ; « Lorsque nous nous haïssons, ou que nous permettons à la haine de s’installer dans nos congrégations, nous ne faisons que renforcer l’idée, aux générations à venir, que la religion n’a aucune valeur. Il faut leur montrer que la religion à une valeur, que Dieux à de la valeur, et que les extrémistes qui agissent au nom de la religion ne sont pas guidés par la lumière mais plutôt aveuglés par cette même lumière. »; « Il faut faire attention à ce qu’il n’arrive pas, envers les musulmans, la même chose qui est arrivée, dans le passé, envers les juifs, les catholiques et d’autres minorités religieuses dans certains pays »; « Ce qui se passe actuellement sur notre planète en rapport avec les musulmans est non seulement une menace pour les musulmans, mais aussi pour d’autres religions »; « C’est agréable de nous voir partager nos différences et de voir en même temps que nous n’en faisons pas une pierre d’achoppement à nous rencontrer »; « Nous avons tous entendu parler de l’industrie de la haine. Il nous faut créer l’industrie de l’amour »; « Même si chacun a des croyances différentes, l’amour à l’intérieur est le même pour tous. »

Mot de la fin

Le « Livre d’Urantia » nous dit : « L’évolution est peut-être lente, mais elle est infailliblement efficace. » (86, 7, 6; 957, 2). Avec un peu de recul, en regardant tous ce qu’il se passe sur notre planète, on arrive à voir la progression de l’humanité dans le temps et même à voir dans cette progression une beauté.

À une époque pas très lointaine, il était très mal vu, même ici dans notre petit coin du monde, de s’assoir avec des gens d’une autre religion et d’engager un dialogue pour s’informer de leurs traditions et de développer une relation personnelle qui transcenderait nos barrières religieuses. Aujourd’hui, dans certaines parties du monde, ce type de rencontre est encore interdit. Ce Parlement prouve qu’un changement est en court. On peut y voir la pointe de l’iceberg qui avance.

Individuellement, que pouvons-nous faire pour contribuer à cette progression ? Durant mon assistance à une chorale du « Mormon Tabernacle Chior » (Chorale mormon, de réputation mondiale), il m’est venu l’analogie suivante : « Dans une chorale, la voix d’une seule personne a moins de portée que lorsque cette même voix est jointe à celle de la chorale tout entière. Sa portée devient ainsi autrement plus puissante. » Le « Livre d’Urantia » nous incite fortement à s’unir pour travailler les uns avec les autres (pas contre les autres). « L’une des plus importantes leçons à apprendre pendant votre carrière mortelle est celle du travail en équipe. » (28:5.14; p.312:1)

Ce qu’on appelle « le royaume », ce n’est pas un endroit, c’est une communauté de gens (d’âmes) engagés dans une même direction — Dieu (origine, source et centre de tout ce qui existe). Cette mouvance, ce mouvement de la « personne », le fait d’aller dans cette direction-là, c’est ça de la spiritualité — pure. Autrement dit, nous répondons tous, naturellement, à l’attraction de la « gravité spirituelle » du Fils éternel. Et l’Ajusteur intérieur pousse dans la même direction. C’est sur cette base que je vois s’accomplir l’union de toute l’humanité sur la terre.

Nous ne pouvons avancer seul dans l’univers. À partir de ce constat évident, il n’y a qu’un pas de plus à faire pour arriver à l’amour. Servir — c’est aimer.

L’Assemblée des femmes une expérience enrichissante et inoubliable

Line St-Pierre
Ste-Sophie

D’assister au Parlement des religions du monde à Salt Lake City dans l’état du Utah aux États-Unis, en octobre dernier, est passé du rêve à la réalité. Cet évènement a réuni près de 10 000 participants de 73 pays, 30 religions principales, 548 traditions spirituelles afin de partager, d’apprendre, de connecter les uns avec les autres et de célébrer la vie. Plus de 65% des inscriptions étaient des femmes et des jeunes de moins de 30 ans. La diversité mondiale était au rendez-vous et le temps nous manquait pour profiter de tout et de tous !

La structuration pour ces cinq jours de congrès combinait la programmation de 1000 ateliers et spectacles avec ses 1800 présentateurs dans un cahier de 371 pages tout en couleur. Mon choix fut assez rapidement orienté vers ce qui traitait des femmes, de leur mobilisation au niveau de la spiritualité et de la religion.

Quel bonheur de constater que l’avant-première du congrès Reconquérir le cœur de notre humanité était spécialement consacré à l’importance de la contribution des femmes de notre époque. Cette journée du 15 octobre 2015 marque un moment historique dans l’évènement du Parlement des religions du monde lors de « l’Assemblée inaugurale des femmes » où plus de 3000 personnes se sont rassemblées dans une salle comble, dont quelques centaines d’hommes.

Quelle inspiration de voir et d’entendre ce panel interconfessionnel réunissant 15 femmes activistes sincères, courageuses, sages, spirituelles et orientées dans le service aux autres, des femmes leaders grand-mères, mères, filles et sœurs qui ont partagé leur expérience, leurs connaissances, leur passion et leur vison de la façon de faire de ce monde un endroit meilleur. Leur amour, leur respect et leur responsabilisation nous ont donné espoir à Reconquérir le cœur de notre humanité, thème du congrès.

Leur amour, leur respect, leur force et puissance intérieure ont donné espoir et ont dépeint les possibilités réelles de Reconquérir le cœur de notre humanité. Beaucoup de présentatrices ont fait ressortir l’urgence d’une vision claire de ce qui doit arriver dans le foyer humain, afin que le corps de l’humanité guérisse. Elles ont exhorté les femmes à écouter et à parler avec leur cœur, avec discernement au lieu du jugement; de faire confiance à leur voix intérieure et leur intuition; elles ont chargé les femmes à être les porteuses de lumière et d’amour et de s’approprier des attributs de Dieu; elles ont demandé aux femmes de former des cercles avec un centre spirituel sacré, d’être des militantes de l’intérieur et en tant que femmes d’Esprit et de foi, de faire respecter et d’édifier toutes les femmes.

Tout au long de la première journée du congrès il y avait une compréhension de plus en plus grande, un sentiment d’urgence ressenti dans la nécessité de regagner notre dignité, notre importance et notre valeur en tant que femmes, mères-enseignantes. Le Livre d’Urantia nous rappelle si bien que la femme est le porte-flambeau de la moralité et de la spiritualité.

En observant l’attitude derrière la diversité de religions présentes là basse, j’y ai vu la croyance, l’amour, la recherche d’un même but, un but plus élevé, divin, qui est notre Créateur, Père ou Mère Dieu. Lors d’ateliers, j’ai participé dans des cercles de femmes, se reliant au niveau du cœur à travers des rituels, des prières, des réflexions et se soutenant mutuellement avec compassion où étaient déposées des semences d’amour et où nous pouvions faire l’expérience d’une meilleure compréhension de nos expressions bien personnelles.

Ce qui résonnera longtemps en moi est le souvenir d’histoires partagées par beaucoup de femmes spirituelles comme : « Ma religion ? C’est la présence et le souffle de notre source divine – l’amour, l’amour inconditionnel. » (Dre Rangumarie Turuki Arikirangi Rose Pere)

« L’amour révolutionnaire est l’appel d’aujourd’hui, pardonner ce n’est pas oublier, pardonner c’est se libérer de la haine. » (Valerie Kaur)

« Soyez étudiants de l’un et de l’autre, et des enseignants de l’un et de l’autre. Les mères sont les éducatrices du monde. » (Grand-mère indigène)

« C’est l’espoir qui nous fait amorcer les choses, mais c’est avec la foi qu’on les termine. » (Bishop Barbara King)

« La croyance est telle que nous pouvons créer ce que nous voulons. » (Mallika Chopra)

« Il est très important d’enseigner à nos enfants à prendre la responsabilité de leur vie, d’en saisir le but et son pouvoir et d’écrire les préjudices de notre société. » (Ilyasah Shabazz)

« L’idée que les femmes changent le monde est une possibilité très réelle. Nous sommes la solution, si nous pouvions voir la beauté, la force et la capacité chez les femmes. » (Jean Shinoda Bolen)

« Bienvenue à la révolution de l’amour et brillons avec le divin. » (Diana Butler Bass)

« Quand vous donnez accès à l’éducation aux femmes, elles deviennent passionnées et libres penseuses. Elles élèvent des enfants passionnés et libres penseurs qui grandissent et deviennent des adultes passionnés et libres penseurs, difficiles à manipuler et impossibles à contrôler ! » (Marianne Williamson)

Ces femmes passionnées, croyant en l’humanité, en la vie, en un créateur et à l’amélioration du monde se fera avec la participation de chacun de nous, la partie faisant partie du tout.

L’Assemblée des femmes fut une journée remplie de rires et de larmes alors que nous étions à Reconquérir le cœur de notre humanité avec tous ces témoignages et partages. Gratitude est le mot pour décrire ce rassemblement !

Comme étudiante du Livre d’Urantia et de ses enseignements, l’opportunité de vivre cette expérience avec la foule interreligieuse me rend davantage plus tolérante et sensible à leurs rites et croyances. Il y a de nombreuses routes qui mènent à Dieu et je suis reconnaissante de cet immense cadeau qu’est Le Livre d’Urantia, de connaitre notre histoire et notre destinée avec la perspective cosmique qui nous attend, et ainsi nous libérant des dogmes et des traditions. « La religion est le geste suprême de l’homme magnifiquement tendu vers la réalité finale, sa détermination de trouver Dieu et d’être semblable à lui. » (196 :3.30; 2096.6)

Le mot du président

Maurice Migneault
Président AUQ
urantiamaurice@gmail.com

Maintenant que notre grande aventure du congrès international est derrière nous, nous devons tenter de répondre aux questionnements qu’elle a suscités. De telles rencontres ne doivent pas seulement avoir lieu pour faire la fête, mais aussi pour faire le point.

De nombreux thèmes ont fait l’objet de discours, plénières et ateliers. De nombreuses pistes de réflexion ont été tracées, parmi elles, deux grandes questions n’ont toujours pas trouvé réponses: pourquoi le taux de participation des femmes dans le mouvement urantien est-il toujours aussi bas et pourquoi la participation des jeunes est-elle presque absente?

Voici une photo tirée de l’album de Lise et Pierre Routhier. On y voit une rencontre organisée par le GALLUQ (Groupe d’Action des Lecteurs du Livre d’Urantia du Québec) pour souligner le 2000e anniversaire de l’effusion de Micaël en 1994. On constate à peu près les mêmes proportions de catégories (homme 45, femme 30, enfant 3) que dans nos rencontres d’aujourd’hui. Même après 20 ans, la proportion est demeurée la même, mais le nombre de participants a diminué. Ce peut-il que nous ayons perdu la bonne formule ?

Si nous pouvions sonder les âmes dans nos sociétés, nous serions surpris de voir combien de pratiquants des églises traditionnelles carburent encore à la reconnaissance sociale et aux applaudissements. Dans les religions traditionnelles et surtout les sectes, le sentiment de reconnaissance sociale est exploité à plein régime. Nous n’avons pas à regarder très loin dans notre propre histoire, pensons seulement à l’achat des bancs d’église avec le nom du propriétaire inscrit. On faisait des dons anonymes, mais on s’assurait discrètement que les gens le sachent. On allait à la messe pour y être vu, etc.

Il y a une différence profonde entre l’identification culturelle à une Église et l’identification spirituelle à un enseignement. Les lecteurs du Livre d’Urantia n’ont pas, ou très peu, cette mentalité de reconnaissance. Ceux qui adhèrent aux enseignements le font pour leur croissance personnelle. Le seul cadeau financier que l’Association Urantia du Québec peut offrir à ses membres est un remboursement d’impôt pour dons. Oublions les exemptions de taxes foncières comme en profitent de nombreuses communautés religieuses.

Tout ceci pour dire qu’il ne faut pas voir la diminution ou, la non augmentation de notre « membership » comme un échec ou un déclin. Ce n’est pas parce qu’un lecteur n’est pas intéressé de faire partie de l’Association qu’il est indifférent aux enseignements du Livre d’Urantia. Certaines personnes sont allergiques aux structures des associations, et c’est leur droit. Il y a probablement au Québec bien des groupes d’étude qui fonctionnent de façon autonome depuis très longtemps. « Plus la civilisation deviendra complexe, plus l’art de vivre deviendra difficile. » (Rodan : 160:1.3; 1772.4)

Pour ce qui est de la présence des femmes…

Pourquoi la proportion des femmes qui participent aux activités urantiennes est-elle toujours moindre que celle des hommes ? À défaut de pouvoir demander aux Anciens des Jours pour une réponse claire, nous pouvons toujours faire des conjectures. Si ces activités étaient plus orientées vers le service que vers l’organisation structurelle, qui sait, peut-être qu’alors, cette proportion serait inversée. Mais la raison des choses est souvent complexe et notre tendance à simplifier peut nous éloigner de la solution. L’homme et la femme sont égaux en valeurs, non en attributs. C’est peut-être dans la reconnaissance de ces deux réalités qu’il y a déséquilibre. Se peut-il que notre organisation privilégie trop l’organisation ?

Pour ce qui est de la relève…Combien d’enfants dont les parents étaient lecteurs sont devenus eux-mêmes lecteurs à cause de l’environnement spiritualisé de leur enfance? Pas plus que les autres. Lorsque nous pensons à la relève, devons-nous penser seulement qu’aux enfants ou à la jeunesse? Un nouveau lecteur de 90 ans qui se joint à nous ne fait-il pas aussi partie de la relève. Il ne lui reste peut-être que quelques années à vivre, mais ce qu’il apporte peut avoir beaucoup plus de valeur que ce qu’apportera une jeunesse pleine d’énergie qu’on ne verra plus au bout d’un an. Jésus a demandé aux six premiers apôtres d’aller en choisir chacun un nouveau. Peut-être devrions-nous faire de même. Vous souvenez-vous de la passion qui vous habitait lorsque vous avez découvert le Livre d’Urantia et fait vôtres ses enseignements? Vous souvenez-vous de ce désir intense que vous aviez de partager votre découverte? La vraie relève se trouve peut-être dans l’entretien de cette flamme qui doit faire de nous une lumière permanente pour illuminer le monde et attirer les âmes perdues vers les magnifiques enseignements de notre créateur Micaël.

Union des religions par la spiritualité pure

Normand Laperle
Lévis

Le cul-de-sac actuel dans les religions
du monde

Le dictionnaire Larousse définit la religion comme un « ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré. Un ensemble de pratiques et de rites spécifiques propres à chacune de ces croyances. » En lisant cette définition, on est confronté à une évidence. Si on part des croyances, des dogmes et des pratiques, ce n’est pas demain la veille qu’on verra toutes les religions du monde s’unir en une seule.

Une autre évidence m’apparait aussitôt : ce n’est pas en essayant d’aplanir les croyances, les dogmes et les pratiques que les religions vont pouvoir se réunir pour n’en former qu’une seule. C’est mission impossible. Il faudrait partir d’ailleurs.

En disant « ailleurs », je ne pointe pas nécessairement le « Livre d’Urantia ».

Le « Livre d’Urantia » utilise une subtilité très intéressante pour faciliter cette union : il redéfinit le mot « religion ». Il propose que la religion soit vue comme une démarche personnelle plutôt qu’institutionnelle. Ce qui se colle étrangement à la définition que je me fais de la « spiritualité ». Cette ressemblance pourrait faire partie d’un autre article plus tard. Pour le besoin particulier de cet article, je vais m’en tenir à présenter la « spiritualité pure ».

Parlons de spiritualité

Ce qui peut rallier tout le monde autour d’une seule religion, ce n’est pas nécessairement quelque chose de plus haut : un autre système de croyance ou religion. Ça pourrait aussi être quelque chose de plus bas : quelque chose de plus fondamental à tout ce qui existe déjà dans nos religions. Le mot clé ici est « fondamental ».

Je propose d’examiner la possibilité que ce quelque chose soit la notion de « spiritualité pure ». Pure, dans le sens de « base ». Pure dans le sens de « essence ». Pure, aussi, dans le sens de « simplicité ».

Recherche pour définir la spiritualité

En fouillant dans les livres spirituels et théologiques des librairies religieuses, je découvre qu’il n’existe pas de livre qui définit la spiritualité à son état pur. Les spécialistes qui vivent dans ce milieu, prêtres, religieux et théologiens, semblent parfois prendre le mot spiritualité et spirituel pour acquis; comme si tout le monde saurait de quoi il s’agit. En fait, il en est tout autrement.

En creusant plus à fond dans ma recherche, j’ai fait une découverte étonnante. Tous ceux qui ont essayés de définir la spiritualité reconnaissent d’emblée que ce n’est pas facile. Plusieurs avouent directement que ce n’est pas définissable. D’autres tentent des définitions qui diffèrent d’une personne à l’autre. Au final, chacun a sa définition. En autre mot, personne ne sait exactement.

Je vous présente la citation suivante où les théologiens eux-mêmes avouent leur désarroi. : « Parce qu’elle est habitée par le Vivant, la spiritualité est elle-même vivante. C’est peut-être ce qui la rend si difficile à cerner. Tout essaie de définir de près [la spiritualité] et d’en faire ressortir une définition opérationnelle adéquate ne peut garantir qu’une chose : une fausse représentation de la complexité, de la profondeur et de la fluidité de la spiritualité. » (Titre du livre : « Reconnaître la spiritualité des tout-petits », Éliane Champagne [docteure en théologie pratique], Éd. Novalis, (2005) p.22.) (Le gras est de moi).

Une première prise de conscience :
Si chacun a sa définition de la spiritualité, la mienne peut être aussi bonne que celle de n’importe qui.

Après avoir creusé une bonne quinzaine de livres religieux dans le but de cerner la spiritualité, je fais un autre constat. Il existe plusieurs livres du style suivant : « L’histoire de la spiritualité chrétienne » (Auteur : Bernard Peyrous [Prêtre, théologien et auteur de plusieurs livres dans ce domaine], Édition : de l’Émmanuel). À mon sens, ce livre aurait dû s’appeler « L’évolution historique des croyances chrétiennes ». L’auteur semble confondre « spiritualité » et « croyances ».

Après tous ce parcourt, je suis finalement revenu au « Livre d’Urantia » pour continuer ma recherche. Malheureusement, ce dernier ne contient aucune définition spécifique au mot « spiritualité » ou « spirituel ». Il faut donc creuser …et faire nos propres découverts.

Pourquoi je raconte tout ceci ?

Il me semble qu’il n’y a personne, à l’extérieur du « Livre d’Urantia », qui tient compte d’une réalité très précise de la spiritualité : « La gravité spirituelle » dont parle abondamment le « Livre d’Urantia ».
Cette nouvelle notion change tout…

La spiritualité pure

Andon et Fonta, qui ont vécus il y a 1 million d’années (500 000 ans avant l’arrivée du Prince planétaire) étaient suffisamment spirituels pour se réveiller sur les mondes morontiels. Comment expliquer ça ?

Une chose est certaine : pas besoin de cours de théologie pour arriver au même résultat. Pas même besoin de savoir lire ou écrire. Encore moins appartenir à une religion ou d’accomplir des rites spécifiques. Pas besoin d’adhérer à des croyances dogmatiques.

La spiritualité, c’est quelque chose de super simple. C’est inhérent à ce que nous sommes. L’humain est naturellement construit pour être spirituel. Un peu comme un sixième sens. On n’a pas à lutter pour devenir spirituel. On n’a qu’à se laisser aller comme un enfant et saisir ce qui se manifeste en nous.

Le Pull-Push [en français : Attire-Pousse]

Il existe une « Gravité spirituelle » qui prend son origine dans le Fils éternel : « La pure et universelle gravité d’esprit [gravité spirituelle] de toute la création, ce circuit exclusivement spirituel, ramène directement à la personne de la Source-Centre Seconde au Paradis. » (81.6) 1:1.1.

Toute personne ressent cette gravité dans son for intérieur. Elle incite une personne à se spiritualiser. La personne se sent attirée [« Pull »] par une force [subtile] qui vient la chercher de l’extérieur. Un jour, l’enfant fait un geste qui a une valeur spirituelle. Sur notre monde, c’est alors que l’Ajusteur arrive. Après quoi la personne ressent une nouvelle force : la poussée [« Push »], qui émane de l’intérieur vers l’extérieur.

On ne peut pas avoir plus pure que ça en terme de spiritualité. On se sent attiré et/ou poussé vers cette source universelle. C’est la base de la base.

Andon et Fonta l’ont ressenti. Les jeunes enfants le ressentent. Les athées le ressentent. Au début c’est inconscient chez une personne. En centrant son auto-conscience sur son for intérieur, ça peut facilement devenir conscient.

Sentir l’attirance de la gravité spirituelle. Sentir la poussé de l’Ajusteur. Et suivre. C’est ça vivre de la spiritualité pure.

Changement à la vice-présidence de l’AUQ

La direction

Normand Laperle a été élu à la vice-présidence de façon intérimaire (jusqu’à l’assemblé générale de 2016), suite à la démission de Luciano Camellini (pour des raisons personnelles).

Les quatre membres actuels au CA de l’AUQ sont : Maurice Mignault à la présidence, Normand Laperle à la vice-présidence (intérimaire), Robert Cadieux au secrétariat et Marc Belleau à la trésorerie. Les postes exécutifs au CA de l’AUQ sont des postes élus. Ils sont d’une durée de deux ans chacun, avec un maximum de 2 mandats successifs. Chaque année deux nouveaux postes sont renouvelés par élection au moment de l’assemblé général annuel. En 2016, ce sera les postes de vice-présidence et secrétariat qui seront renouvelés. Le poste actuel à la vice-présidence est considéré comme intérimaire et ne compte pas comme un mandat.

L’humilité

Réal Demers
Laval

« Là où il y a humilité, il n’y a plus d’humiliation » (« En parlant d’Épictète », par Jacques Sénéchal, dans Le bonheur philosophe). En effet, au milieu de l’incompréhension des autres, tu sais que ces derniers ne peuvent t’atteindre avec leur attitude égoïste si la bonté en toi est plus que suffisante pour contrer leurs assauts.

Si les autres nous blessent en critiquant l’image que nous voulons que les autres aient de nous-mêmes c’est que nous tenons à cette image. Quand on n’a pas d’orgueil, on ne peut être blessé dans son orgueil, nous dit Krisnamurti. Il en est de même quand on a tout donné, on ne peut rien nous prendre de plus. Il s’agit là d’un idéal de vie; il ne faut pas désespérer si on ne peut s’y installer complètement. Il est cependant bon de savoir que le bonheur est d’autant plus grand qu’on approche de cet idéal. « Quand on se prive de tout, on finit par ne manquer de rien » selon un de mes beaux-frères.

Quand on sait que la vie n’est pas vraiment remplie que par le don de soi, on ne perd plus de temps à rechercher ailleurs des satisfactions passagères. En effet, chercher des consolations auprès des personnes qui nous entourent, risque souvent de n’apporter que déceptions, car la vraie consolation en nous arrive que lorsque nous consolons les autres. On peut alors comparer nos états d’âme à un puits qui déborde, parce que pour déborder, un puits doit d’abord être plein, et seule cette plénitude fait que l’eau est en abondance, assez pour en donner à qui en veut sans risquer d’en manquer.

Pendant qu’on console les autres, on sent la consolation qui s’installe en nous, venant de l’Esprit divin qui nous inonde de son amour et par nous, déborde vers les autres qui ne sont pas encore conscients de cette richesse intérieure qui se trouve en chacun d’eux. Cet Esprit divin, se sentant temporairement incapable d’envahir les autres par l’intérieur, passe par nous pour voler vers eux qu’il ne peut atteindre autrement et nous laisse ce doux sentiment de faire du bien autour de soi. En effet, c’est la conscience de la grandeur de son âme qui nous permet d’accepter les tâches de services les plus humbles sans se plaindre de ne pas en obtenir de notoriété ou de reconnaissance de la part des autres.

Lettre d’Haïti :

Rapport promis sur les livres d’Urantia reçus en Haïti

De : Joseph Bruny (Haïti)
(Pour le Groupe des lecteurs
du Livre d’Urantia en Haïti)

A : Line St-Pierre

Chère sœur

Je dois commencer par m’excuser d’avoir pris tout ce temps avant de t’envoyer le rapport promis. Mais comme on dit « mieux vaut tard que jamais. »

Nous remercions sincèrement la Fondation Urantia et l’Association Urantia du Québec pour les livres qu’elles nous ont aidés à trouver en Haïti.

Ces ouvrages nous ont aidés énormément et nous sont d’une grande utilité, car avant l’arrivée de ces ouvrages, les intéressés se réunissaient et partageaient la lecture ensemble dans un ou deux ouvrages qui étaient disponibles. Maintenant les lecteurs du groupe d’étude ont la possibilité de posséder leur propre ouvrage. Grâce à la valeur recueillie pour les livres, additionnée par notre faible contribution, le groupe a pu payer un espace dans un hôtel pour se réunir chaque dimanche de 3 h à 6 h pm.

Près d’une vingtaine de livres d’Urantia a été vendue, malheureusement les acheteurs ne sont pas tous des lecteurs réguliers, cependant nous espérons un impact favorable dans le futur, vu les gens qui nous questionne sur Le Livre d’Urantia sont les élites des religions organisées, les ésotéristes et les universitaires.

Les ouvrages sont toujours bien arrivés et la dernière boite apportée par notre frère Joseph Bruny est bien venue. Nous allons faire de notre mieux pour que la Cinquième Révélation soit bien connue en Haïti. Frères Nelson et Garry remercient particulièrement notre frère et ami Gaétan pour la nouvelle édition française d’Urantia qu’il leur a envoyée.

Concernant le congrès qui s’est déroulé à Sherbrooke, la bonne nouvelle a été reçue d’après le rapport de notre frère Bruny. Tout le groupe des lecteurs du Livre d’Urantia d’Haïti vous salue, vous est réellement reconnaissant et compte vous rencontrer lors du prochain congrès qui se tiendra.

Le parlement des religions du monde

Normand Laperle
Lévis

Du 15 au 19 octobre 2015, se produira…  à « Salt Lake City » (dans le Utah, U.S.A.), un congrès international au nom de « Parlement des religions du monde ». 10 000 personnes provenant de 80 pays différents sont attendues. 50 religions y seront représentées, dont l’« Association Urantia International ».

Depuis 1993, cet événement a lieu, tous les cinq ans, dans une grande ville internationale : Chicago (U.S.A.) en 1993; Cape Town (Afrique du Sud) en 1999; Barcelone (Espagne) en 2004; Melbourne (Australie) en 2009.

A chaque fois, on discute des questions de l’heure sur notre planète. Cette année, les thèmes choisis sont : les questions climatiques et environnementales, la guerre, la violence et les discours de haine, et de l’inégalité économique. Les conférences seront suivies d’ateliers de discussions.

La journée du 15 octobre sera réservée en entier pour entendre le point de vue des femmes sur ces sujets et d’autres sujets qui les touchent plus particulièrement.

C’est une occasion d’affirmer que la paix sur notre planète est encore possible par l’ouverture à l’autre, l’écoute, le dialogue et l’amour de notre prochain; bref, par une réelle démarche spirituelle. À nouvelle rencontre l’assistance est en croissance.

La Fondation, le Fellowship et l’Association d’Urantia auront un kiosque conjoint à cet événement (comme ils le font d’ailleurs depuis 1993). Et encore une fois, plusieurs lecteurs du « Livre d’Urantia » de toutes les parties du monde, dont le Québec, convergeront vers cet événement unique en son genre.

Dans un prochain Réflectivité, vous aurez le plaisir de lire, de première main, nos impressions. A bientôt…

Conférence de l’Association Urantia International à Sherbrooke

Gilles Brien
Laval

On dit que les rencontres dans la vie sont comme les vents. Certaines nous caressent, d’autres nous jettent par terre. La conférence de l’AUI de cet été 2015, au cœur de l’Estrie, a été marquée par un ouragan de rencontres inoubliables et de nouvelles amitiés. Des gens de 19 pays étaient représentés. Plus de 225 personnes ont pu participer à la conférence. Malheureusement, des dizaines d’autres ont vu leurs demandes de visas refusés par les autorités canadiennes. Voici les pays qui étaient représentés : Colombie, France, Suisse, Belgique, Allemagne. Hollande, Ukraine, Estonie, Finlande, Suède, Angleterre, Sénégal, Congo, Haïti, Pérou, Grèce, Corée, États-Unis, Mexique, Chine et… Canada. Personnellement, j’ai été vivement impressionné lorsque, le premier soir de la conférence, à l’ouverture des plénières, le maître de cérémonie, Guy Perron, a invité les gens à se présenter au micro. Entendre autant de langues, de noms et d’accents différents m’a bouleversé. Voir autant de visages étrangers, de lecteurs provenant des 4 continents (il manquait l’Australie) m’a comblé de joie et de surprise. Toutes les couches d’âge étaient représentées, et c’est ce qui m’a le plus étonné. Le plus vieux participant, un ancien membre du Forum, avait probablement beaucoup plus que 80 ans. Et il y avait neuf enfants, certains moins de 2 ans.

Parmi mes plus belles rencontres pendant la conférence, les deux pianistes féminins, la Russe Yulia Lebedeva (à gauche) et l’Américaine Rebecca Oswald (à droite). Leurs performances musicales fort appréciées de tous ont donné un aperçu aux participants de ce à quoi peut ressembler la musique des sphères! Un succès sur toute la ligne, ce congrès.

Mes impressions sur le congrès 2015 de l’AUI

Yvon Belle-Isle
Hawkesbury, ON

Bonjour à vous tous et toutes, lecteurs/trices de Réflectivité.

En premier lieu, je tiens à féliciter et à remercier Gaétan Charland et Line St-Pierre de leur grand dévouement à l’organisation, à la bonne exécution et surtout pour la réussite avec excellence de ce congrès international. Félicitations aussi à tous les membres du comité organisateur, qui eux aussi ont travaillé très fort à voir à ce que leur domaine de responsabilités soit bien réussi. Ce fut tout un travail d’équipe colossal, que de mettre tout cet événement en œuvre et de voir à ce que le tout de déroule bien, afin que les congressistes puissent vivre une expérience enrichissante. Que Dieu bénisse vos âmes!

Ce que je retiens du congrès, en est une expérience de partage, d’amitié et de solidarité d’une grande famille, marchant dans une expérience de vie fraternelle.

J’ai pu vivre une fraternité universelle, et constater que nous sommes tous des enfants de Dieu, ayant chacun/ne une relation unique avec son Dieu intérieur.

L’amour fraternel n’a pas de frontière ni de limite. Je me suis rendu compte qu’il y a une grande diversité de personnalités, de caractère, de langues et de nationalités, mais que c’est le même Dieu qui opère en chacun/ne. Quelle belle unité d’esprit et d’amour de Dieu qui étaient présents chez tous les congressistes.

En tant que bénévoles à l’accueil et à l’inscription, j’ai pu rencontrer et jaser avec beaucoup de visiteurs. Irène (ma femme), moi-même, ainsi que plusieurs autres bénévoles, avons eu le privilège de pouvoir être à leur service et voir à ce que leur séjour soit le plus enrichissant et agréable possible, suite à leurs besoins et demandes variés.

Plus je me rapproche de mon Dieu Ajusteur, plus je reconnais Sa grandeur, Sa portée internationale, voire cosmique et plus je peux apprécier Sa Personne comme étant le service, expression de l’amour. Dieu se donne tout à nous et Il veut que nous l’imitions. Il a été le premier à nous servir, alors servons comme Lui.

L’amour n’est pas l’amour tant qu’il n’est pas donné! Aimer c’est servir… avec plaisir… (C’est toujours plus le fun!).

Mes impressions du congrès Urantia

Guy Laurin
St-Roch-de-L’Achigan

Tout d’abord, j’aimerais remercier Line et Gaëtan et tous ceux et celles qui ont participé à l’organisation et la réalisation du congrès international d’Urantia ainsi que tous les participantes et participants qui y ont assistés, sur le thème de Progresser de l’humain au Divin, qui se tenait à l’université Bishop à Lennoxville.

Bien sûr pour progresser de l’humain au divin, on doit partir de l’enfance, et ce n’est pas toujours facile de nos jours d’élever des enfants et pour les jeunes parents il n’y pas de mode d’emploi, c’est en l’expérimentent, l’important pour les parents qui ont acquis un peu de sagesse et de compréhension, c’est de les aimer, leur donner de bonne valeur, le respect, le partage, la discipline, être présent du mieux qu’on peut, les encourager, leur donner confiance en qui ils sont. Ils seront mieux préparés pour affronter la vie quand ils grandiront.

J’ai bien aimé et apprécié les partages des participants qui parlaient de leur parcours de vie, comment ils en étaient venus à connaître Dieu et le livre d’Urantia à travers leur vie, et comment peu importe les situations de notre vie, l’ajusteur essaie de nous guider vers des choses meilleures, vers l’essence de notre vie et de notre être, pour nous amener à connaître son amour, sa bonté. Par la découverte de Dieu nous restons les mêmes personnes que nous étions avant, mais avec une meilleure compréhension de qui nous sommes et de l’avenir, c’est ce qui fait que nous voulons transmettre à nos semblables ce que nous avons découvert, et apporter les fruits de l’esprit dans notre vie, paix, amour, patience, tolérance, compréhension, bonté, celui qui a trouvé Dieu a tout trouvé.

J’ai pu constater un but commun à ce congrès, la recherche et la révélation du Père Universel dans une diversité de personnalité exprimé différemment, et aussi une fraternité amicale.

J’ai participé à quelque atelier, sur l’adoration, vie spirituelle et réalité quotidienne, le service outil de croissance, l’âme notre future identité.

Pour l’adoration nous en sommes venues à voir que c’est une façon de rendre grâce à Dieu pour tout ce qu’il nous a donné, pour ce qu’il est et établir un contact reposant avec lui, c’est une façon de reconnaître son amour, sa bonté dans un geste spontané, qui diffère de la prière qui est une demande pour nous ou pour les autres.

Pour ce qui est de l’atelier sur la réalité quotidienne et spiritualité nous avons regardé de quelles façons pouvons-nous mieux résoudre les problèmes de la vie quotidienne humaine ou divine et nous en sommes venu à voir que la meilleure façon c’est de de se relier à Dieu et spiritualiser notre pensée, lui demander qu’il nous donne la force, la sagesse et la compréhension pour régler les problèmes qui surviennent dans notre vie, et aussi en spiritualisant notre pensée les choses matérielles ou les problèmes qu’on avait avant vont avoir moins d’importance, on va dédramatiser les choses qui avant nous apparaissaient comme une montagne… il ne faut pas oublier, ce sont souvent nos problèmes qui nous ont conduits à Dieu, toute chose bonne ou mauvaise est là pour nous faire progresser.

Pour l’atelier, le service outil de croissance, nous avons partagé sur les différents services, comme faire du bénévolat, aider les autres en difficultés, et aussi donner selon le besoin et la capacité à comprendre des individus, Jésus disait qu’il est plus béni de donner que de recevoir, Jésus faisait du bien en passant, mais pour servir nos semblables ça doit être un service désintéressé, sinon, si on s’attend à quelque chose en retour qui peut être louable on peut être déçu, mais si on s’attend à rien et qu’on le fait sans attente, et bien notre récompense est là de faire du bien sans attente… parce qu’on le fait pour Dieu.

Pour l’âme, notre future identité, nous avons regardé comment nous pouvons la créer, c’est la liaison de notre pensée matérielle qui cherche Dieu et l’ajusteur intérieur qui révèle Dieu, la pensée matérielle est la mère et l’ajusteur intérieur est le père de cette nouvelle réalité qui est l’âme, l’âme pour croître a besoin de vérité, de beauté et de bonté, tout comme le corps a besoin de nourriture matérielle et l’intellect se nourrit de significations, la relation des trois nous amène à l’ensemble de la réalité et un équilibre.

C’est sur que l’esprit scientifique cherche un moyen de prouver l’existence de l’âme ou de Dieu et c’est tout à fait normal la science cherche des faits.

Mais pour celui ou celle qui a expérimenté la réalité de Dieu dans son âme, c’est une certitude, pour les autres c’est un exercice de foi, parce que Dieu et l’âme ne se prouvent pas scientifiquement, mais ça n’empêche en rien de le trouver dans son âme. On peut voir son visage physique à travers l’univers.

Ce fut un plaisir d’assister à ce congrès et je vous souhaite à toutes et tous de prendre soin de vos trois corps…

En toute amitié.

Fête de Micaël au Lac aux Castors à Montréal le 23 août 2015

Maurice Migneault Président AUQ urantiamaurice@gmail.com

Le 23 août dernier avait lieu à Montréal le pique-nique annuel en l’honneur de la Fête de Micaël. Trente-sept personnes y ont participé. Le temps était magnifique et l’emplacement parfait sur le Mont Royal près du Lac aux Castors. Quel beau moment de réjouissance ce fut, mais pas seulement pour nous…

Oui, nous formons une famille humaine, et nous avons besoin de ces moments précieux de fraternisation pour demeurer unis. Mais nous formons également une famille spirituelle et les êtres célestes qui nous accompagnent ont aussi besoin comme nous d’occasions de rencontre, et c’est ce que nous leur offrons par ce genre de réunions.

Alors, un gros merci à Bertin Perron et Julien Audet d’avoir, encore une fois, assumé l’organisation de cet évènement. Merci également aux musiciens, chanteurs et compositeurs pour leur entrain et leur créativité. Et aussi, un merci tout spécial à Françoise Cadieux et son amie Diane qui nous ont cuisiné un succulent gâteau d’anniversaire. Ce fut le pain de notre communion. À l’été prochain, et j’espère que nous y serons encore plus nombreux.

Congrès Urantia International 2015

Alain Cyr
Ville Lemoyne

Chère famille,

Si vous étiez présent à cet évènement, je soupçonne que vous y avez pris grand plaisir. J’ai eu l’occasion d’y être et j’ai vu beaucoup de lumière jaillissant des participants. Pour tous et pour chacun qui n’a pu s’y rendre, je vous offre ce court résumé.

Les plénières étaient en résonance avec le thème de la conférence Progresser de l’humain au divin, chacun des orateurs a démontré comment ils (elles) laissent Dieux pénétrer leur vie au quotidien. Le choix des ateliers, conduits en anglais ou en français, était abondant. Pour les lèves-tôt qui se pointaient à l’amphithéâtre aux petites heures de la programmation quotidienne, l’ambiance était attisée avec la musique inspirante de Rebecca Oswald alors que les spectacles en soirée nous ont pourvus de plusieurs chanteurs tels que Marc Belleau et son quatuor, Bob Solone et ses mélodies au piano ainsi qu’un groupe formidable de chanteurs de provenance divers dont les noms m’échappent; sans parler de quelques sessions de musique improvisée dans un des locaux à notre disposition. La danse en soirée et les relations sociales étaient à notre convenance au bistrot du campus. Et une occasion d’observer les étoiles a été rendue possible lors d’une soirée chaude avec un vent léger qui dévoila un ciel clair ou les circonstances nous offrirent le spectacle d’une lune bleu.

Nous avons été également privilégiés de partager avec plusieurs fidéicom-missaires de la Fondation Urantia et Mo Siegle nous a présenté un volet positif et encourageant sur la situation de la dissémination du Livre d’Urantia. Et entretemps, une vente aux enchères silencieuse était à la portée de tous et il semble qu’au-delà de $3000 fut amassé pour cette bonne cause… Merci Marian de ton initiative dans ce projet.

Surtout et à mon avis, la valeur du résultat de cette expérience est dévoilée dans la façon dont tous étaient unis dans leur volonté d’agir et d’aller de l’avant; de nager avec le courant au lieu de le regarder passer. Et alors qu’il a été annoncé que la prochaine conférence internationale de l’AUI aurait lieu dans trois ans en Hollande, des projets unifiés sous les bannières de l’AUI et du Fellowship sont en gestation.

Voici quelques données concernant la participation à notre congrès au Québec :

Nous avons accueilli 225 personnes au total.

152 hommes (67,5%), 73 femmes (32,4%) (Dont 15 femmes du Québec).

De plus, il y avait 9 enfants (2 à 12 ans). Un service de garde était disponible pour les jeunes.

Des gens de 19 pays se sont déplacés pour le congrès : États-Unis : 106  (47%), Canada : 82 (36%) (ont 11 du Canada anglais), Hollande : 7, France : 6, Angleterre : 4, Belgique : 3, Colombie : 2, Mexique : 2, Suisse : 2, Ukraine : 2, Allemagne : 1, Congo : 1, Estonie : 1, Finlande : 1, Grèce : 1, Haïti : 1, Pérou : 1, Sénégal : 1, Suède : 1. Sur le côté subjectif, je ne peux dire que cet évènement pour moi a été un bain dans un immense groupe d’étude qui m’aura permis de renouer avec d’anciens amis, de fraterniser avec des gens avec qui je correspondais, mais jamais vus en personne, rencontrer des gens d’un peu partout sur Urantia qui sont venus pour partager notre idéal commun et spécialement, pour apprendre un peu plus à aimer sur le chemin de la lumière et la vie.

Affection fraternelle

Mot du président 

Maurice Migneault
Président AUQ
urantiamaurice@gmail.com

Quelle belle aventure nous avons vécue comme hôte de ce neuvième congrès trisannuel de l’Association Urantia International. Plus de deux cents participants se sont donné rendez-vous pour cette célébration fraternelle.

Les retombées d’un tel évènement sont difficilement quantifiables, mais elles sont palpables. Combien de liens nouveaux se sont tissés lors de cette rencontre, combien d’amitiés ont pris naissance ou se sont renforcés aux cours de nombreux échanges, combien de prières se sont partagées, combien d’amour propre s’est renforcé… Toute cette énergie nouvelle, cette fragrance spirituelle vont maintenant s’étendre pour apporter un vent de créativité dans nos relations.

Si nous avions à refaire l’expérience, sûrement qu’il y a des choses que nous ferions différemment, car beaucoup d’entre nous sommes des alpinistes sur la montagne de la perfection. Cependant, il ne faut pas se juger trop durement et voir nos premières gammes comme des erreurs, mais comme des expériences indispensables dans notre apprentissage sans fin.

Si la flèche dévie légèrement de sa direction, à qui est-ce la faute? Est-ce à sa pointe qui fend l’air, à son corps qui apporte la synergie, à son empenne qui donne la stabilité, à son encoche qui assure un bon départ, au bras qui tend la corde pour apporter l’énergie, aux branches de l’arc qui la retiennent, à la corde qui la transmet efficacement, à l’œil qui vise pour donner la direction, au cerveau qui coordonne le tout pour aboutir au geste final de la décoche. À travers tous ces paramètres, ce TRAVAIL D’ÉQUIPE, combien nombreuses sont les possibilités d’erreurs ou de conflits? Mais c’est pourtant par eux que nous arriverons au but. Ce sont nos petites erreurs et frictions qui se transforment en expériences et nous font grandir.

Mot du rédacteur

Normand Laperle, Rédacteur en chef

Le Réflectivité fait relâche au mois d’août.

Exceptionnellement, le Réflectivité fera relâche au mois d’août.

Nous aimerions connaitre vos impressions sur le congrès (…ou de toute autre chose).

« Une parole ne meurt jamais » disait la poétesse Innue Joséphine Bacon. J’ajouterais : « et encore plus lorsqu’elle est partagée ».

Nous apprécions toujours recevoir vos idées dans le Réflectivité. Faites-vous connaître en les partageant avec nous.

Nous voulons vous entendre et vous lire. C’est « vous » qui faites vivre le Réflectivité.

Fête de Micaël 2015

Dimanche le 23 août 2015 vous êtes tous invités pour la fête de Micaël sur le Mont-Royal près du Lac des Castors, à Montréal, entre le stationnement payant ($8 en 2014) et le Restaurant.

Comme d’habitude vous n’aurez qu’à suivre les indications avec les cercles concentriques. Apporter votre repas et votre chaise.

Au plaisir de vous rencontrer en grand nombre.

Bertin Audet.

Saviez-vous que ?

À chaque fois que vous achetez un
« Livre d’Urantia » (et autres) en
passant par le site internet de l’AUQ,
vous arrivez sur Amazone, et ce dernier re-
tourne un faible pourcentage (3 à 4%) du
montant de votre achat à l’Association
Urantia du simple fait que vous êtes passé
par le site de l’AUQ pour vous rendre sur
Amazone.

Passez le message à tous vos amis/es qui veulent s’acheter un de ces livres.

Voici le lien direct sur le site de l’AUQ : http://urantia-quebec.ca/livre_achat_du_ livre.php

Congrès international 2015 de Sherbrooke

Line St-Pierre

Coordonnatrice du programme

Chers lecteurs,

Lors du « Congrès International 2015 de l’Association Urantia » qui se déroulera à l’Université Bishop’s de Sherbrooke sous le thème « Progresser de l’Humain au divin », dix-neuf pays sont représentés jusqu’à ce jour.

Il vous reste moins de quelques semaines pour vous inscrire, car le 20 juillet sera la dernière journée pour réserver par Internet. Après le 20 juillet, ce sera du cas par cas en appelant au 450-565-3323.

Comme vous le savez, toutes les conférences seront données en langue anglaise et seront traduites simultanément; l’Association Urantia du Québec a réquisitionné les services d’interprètes professionnels pour se faire. Des ateliers au nombre de 40, seront facilités en anglais et d’autres en français. Bien sûr que pour les personnes bilingues, les ateliers donnés en langue anglaise vous sont accessibles. Chaque participant pourra largement bénéficier de cette rencontre internationale et partager sa compréhension des enseignements.

Voici le titre des conférences et le nom des présentateurs le vendredi 31 juillet, premier jour entier du programme :

L’enfant et son éducation
par : Lourdes Burga-Cisneros Pizarro, du Pérou.

Les outils de socialisation chez l’enfant par : Chris Wood, des États-Unis

L’unité spirituelle dans la famille
par : Tamara Strumfeld, des États-Unis

Ces trois conférenciers, sont de jeunes parents de moins de 40 ans avec une expérience parentale dès plus enthousiaste et éclairée.

Suivra la participation des congressistes aux ateliers dont en voici certains en français.

La Créativité chez l’enfant par : Dominique Ronfet, France

« Pensez d’abord à Dieu comme à un créateur … » (21.1) 1:0.1

Et si, par le don de Personnalité, nous avions hérité de cette capacité à nous renouveler ?

Comment pourrions-nous accompagner nos enfants dans leur créativité si nous- mêmes ne sommes pas créateurs dans notre propre vie ?

Entre témoignages, échanges et jeux, nous essaierons de partager nos expériences et répondre à certaines questions pour mieux appréhender le processus créatif.

Prière et adoration par : Moustapha Ndiaye, Sénégal

Avec le Service, l’Adoration et la Prière sont des piliers fondamentaux, naturels et universels, quoique diffus parfois, dès que nous nous tournons spontanément et activement vers la recherche d’un idéal dans la vie. Comment identifier, assumer et partager les nécessités émergentes nées des tendances à servir, prier et adorer, en nous, et chez nos enfants ? Cela constitue le but primordial de la Vie. Et chez nos enfants ? Cela constitue aussi le but primordial de la Vie.

La méditation adoratrice solitaire par :Guy Breton, Québec

L’atelier devrait permettre de bien com- prendre ce qu’est la méditation adoratrice solitaire à la manière de Jésus à l’aide de l’analyse de différents textes et situations dans lesquelles Jésus exerçait cette pratique.

Une fois définies, nous explorerons un plan de méditation qui fournit largement matière à méditation.

Comme méditer n’est pas chose facile, nous analyserons et discuterons de support facilitateur.

La relation parent/enfant par : Hélène Boisvenue, Québec

Dans l’univers, peu d’ordres de personnalités bénéficient de l’expérience parentale. Avec sagesse, Dieu a choisi pour les êtres humains cette situation privilégiée où les adultes doivent soutenir la croissance de leurs enfants, des êtres vulnérables et immatures.

Au cours de cet atelier, nous explorerons de quelles façons la relation parent/enfant stimule les plus hauts potentiels de la nature humaine et aussi comment une saine relation parent/enfant peut dépeindre la première d’une longue série de révélations concernant l’amour du Père.

La famille et la société par : Vanessa Fioamore, Québec

Démontrer de quelle façon la famille influence les fondements de la société.

Pour commencer, nous explorerons les comportements d’enfants élevés dans une famille attentive à l’éducation versus les comportements d’enfants délaissés. Nous réaliserons ainsi que le bonheur et la santé mentale, physique et émotionnelle sont directement affectés par le comportement des parents face aux enfants.

Nous définirons les fondements de la société et ensemble nous trouverons les com- portements idéaux à adopter pour une société rehaussée.

L’adoration par : Guy Breton, Québec

Il est bien mentionné dans « Le Livre d’Urantia » que la vraie adoration consiste à faire le choix de se conformer à la volonté du Père en répondant à son invite : « Soyez parfait comme moi-même je suis parfait ». (86.1) 7:4.7.

Sujet d’une importance capitale pour notre croissance spirituelle.

Une fois défini, l’atelier répondra à de nombreuses questions concernant l’adoration afin de comprendre plus en profondeur ce qu’est l’adoration, le rôle qu’elle peut jouer dans notre croissance spirituelle.

La méditation dans le style de Jésus par : Guy Laporte, Québec

La vie trépidante de la vie moderne amène l’homme à se croire trop occupé pour trouver le temps nécessaire à la méditation spirituelle et la dévotion religieuse. Est-ce votre cas ? Quelle que soit votre réponse, je vous invite à participer à cet atelier. En- semble, nous allons approfondir notre com- préhension de « la méditation dans le style de Jésus ». Nous allons exposer ses concepts, explorer sa pertinence, démontrer l’importance de son rôle et expliquer la fonction de son exercice.

Le service, outil de croissance par : Sylvère Marcoux, Québec

Nous allons explorer ce qu’est le service amical envers les personnes que nous côtoyons régulièrement; comment aider les plus vulnérables, les ainés et les enfants, comment étendre notre sphère d’activité pour obéir à l’in-jonction de Jésus d’être parfait comme le Père Céleste est parfait, Lui, étant le plus grand des serviteurs par les Ajusteurs de Pensée. C’est par le service que nous pouvons nous en rapprocher. Nous allons aussi parler de la récompense qui suit dans cette vie.

L’Âme, notre future identité par : Jean Annet, Belgique

Que devient-on après la mort ? Qu’est- ce que l’âme et comment la préparer à notre vie future ? Que devient-elle, ici, sur Terre et après ?

Dans cet atelier nous allons voir ce qu’est l’âme, les éléments qui la font grandir, comprendre sa nature, son évolution, sa fusion et sa destinée éternelle.

Le Saint-Esprit et l’Esprit de Vérité par : Hélène Boisvenue, Québec

Dans cet atelier, divisé en deux parties, nous cernerons l’origine différen-tielle de ces deux influences ainsi que leur rôle spécifique. Nous verrons comment le Saint-Esprit amorce dans la conscience une saisie de l’amour divin, et comment l’Esprit de Vérité nous habilite à ressentir l’amour de Dieu tel que Jésus l’a manifesté.

Nous explorerons notre histoire personnelle et celle de l’humanité pour mettre à jour des exemples de l’action bienfaisante de l’une et l’autre de ces deux influences spirituelles.

Les Ajusteurs de Pensée par : Richard Lachance, Québec

« Pouvez-vous vraiment réaliser la vraie signification de la présence intérieure des Ajusteurs ? Mesurez-vous vraiment ce que signifie le fait qu’un fragment de Déité absolue et infinie, le Père Universel, habite votre nature mortelle finie et fusionne avec elle ? » (1181.3) 107:4.7 si nous le voulons bien ?

Dans cet atelier nous chercherons ensemble à apprendre comment ne pas interférer avec leur travail, pour plutôt laisser Dieu faire son œuvre à travers nous ses fils et ses filles bien aimés.

La vraie liberté par : Yannick Fioamore, Québec

Explorer les notions de liberté personnelle telle que présentée dans « Le Livre d’Urantia. »

Je m’efforcerai de démontrer comment les humains sont tous liés et que nous ne formons qu’un. À l’aide d’exemples concrets (d’actes quotidiens qui nous semblent anodins), j’amènerai le public à comprendre que pour être responsable et faire partie d’une société évoluée, leur liberté s’arrête là où elle brime celle d’un autre.

En espérant que nous arriverons à trouver des solutions qui nous permet-traient d’agir de façon responsable vis-à-vis nos frères et sœurs, et ce quotidiennement.

Vie spirituelle et réalité quotidienne par : Robert Ezri, Québec

Et Jésus dit à Nathanael : « Nathanael, notre mission consiste à aider les hommes à résoudre leurs problèmes spirituels et à vivifier ainsi leur mental … » (1662.1) 148 :5.4.

Une croissance spirituelle soutenue peut-elle influencer le cours de la quotidienneté de la vie ?

Comme mortel nous avons tout ce qu’il nous faut pour résoudre nos problèmes; Dieu qui est omnipotent, omniscient et omniprésent veut s’associer avec nous. La balle est maintenant dans notre camp!

L’humain et le divin : partenaires dans le Suprême
par : Marc Belleau, Québec

Notre partenariat avec Dieu consiste principalement en deux choses : Être et Faire. Dans cet atelier nous explorerons ces deux facettes de notre chemi-nement et nous verrons comment elles simplifient la compréhension des concepts liés au Suprême notamment en les rattachant à des activités de notre vie quotidienne. Pour ce faire, l’atelier sera composé de périodes de travail, de temps de réflexion en groupe, d’échange d’expériences person-nelles et d’exposés.

L’administration divine de la progression de l’homme au niveau planétaire Francine Fortin, Québec

L’expérience humaine repose sur le processus suivant : son être intérieur repose sur la conscience et sur la personnalité, et son être social repose sur son environnement et son cadre de vie.

Cet atelier a pour but de mieux saisir, par l’expérience personnelle de chacun, l’implication concrète du Divin qui nous habite.

Un retour à l’Amour : exprimer l’Amour Agape Une échelle pour le Ciel même sur terre
par : Guy Perron, Québec

C’est en aimant les autres que nous rencontrons chemin faisant que nous exprimons le mieux notre amour pour notre Père Universel …dépendam-ment du type d’amour que nous manifestons, est-il égoïste ou altruiste ? Est-ce que je sais qu’il y a de nombreux niveaux de l’amour ?

Joignez-vous à nous dans cet atelier morontiel interactif où nous allons partager quelques conseils sur la façon d’améliorer notre façon d’aimer et donc notre façon de donner et de vivre.

* * *

Le samedi et dimanche feront également honneur aux participants avec Kaye Cooper des États-Unis et son discours, « La Dignité humaine », suivi de Doreen Heyne des États-Unis avec « L’Art de vivre » et Richard Lachance du Québec avec « Le cadre de références spirituelles ».

Dimanche en matinée nous entendrons Sue Tennant du Canada anglais avec sa présentation « Se révéler à Dieu par le ser- vice », et nous terminerons avec Jeffrey Wattles, des États-Unis avec sa conférence, « Notre aventure cosmique et l’Être Suprême ».

Dans ces deux jours de programme, il y aura plus de 25 ateliers en anglais qui seront décrits dans le programme imprimé pour les participants au congrès, tout comme ceux que vous venez de lire en français.

Ce programme a été conçu et élaboré par une poignée de serviteurs québécois qui ont été touchés par la cinquième révélation et qui se réjouissent de vous rencontrer lors de cet évènement exceptionnel

Groupes d’étude

Cette activité permet à plusieurs lecteurs de différents niveaux de compré-hensions, d’échanger et d’étudier ensemble les enseignements du « Livre d’Urantia ». Elle favorise le progrès spirituel en permettant à ses partici-pants de trouver des applications pratiques aux enseignements du « Livre d’Urantia » dans leur vie quotidienne. Cette démarche importante permet de garder un point de vue élargi sur les concepts de vérité.

Vous désirez participer ou former un groupe d’étude; avec joie, nous vous assisterons. Vous désirez faire paraître votre groupe d’étude dans cette liste, contactez la responsable, via courriel : association.urantia.quebec@gmail.com ou, au 450-565-3323.

Groupe de l’Outaouais Région de Gatineau
Les mardis, de 19h00 à 21h00 Maurice Migneault : (613) 789-6833

Groupe : « Sans Frontière » Région de Hawkesbury
Les dimanches, de 9h30 à 11h30
Yvon et Irène Belle-Isle : (613) 632-5706

Groupe : « Laurantia » Région de Petite Nation en Outaouais
Les dimanches, dès 9h00
Denise Charron & Jean-Claude Lafrenière Tél : (819) 983-2113

Groupe : « Découverte » Région des Laurentides
Les lundis, de 19h30 à 21h30 Gaétan Charland et Line St-Pierre Tél.: (450) 565-3323

Groupe : « Étoile du Soir » Région des Laurentides
Les mercredis, de 19h00 à 21h00 Carmen Charland : (450) 553-3601

Groupe : « Vers les Sommets » Régions d’Ormstown & Valleyfield Les vendredis, de19h00 à 21h00 Louise Sauvé : (450) 829-3631

Groupe : « Fraternité-Urantia » Région de Lanaudière
Les mercredis, de 19h30 à 21h00 Richard Landry & Gisèle Boisjoly Tél : (450) 589-6922

Groupe : « La Famille Unie d’Urantia » Région de Montréal
Les mercredis, de 18h30 à 21h30
Mme Diane Labrecque : (514) 277-2308

Groupe : « Le Pont » Région de Rive-Sud de Montréal Les jeudis, de 19h30 à 21h30 Guy Vachon : (450) 465-7049

Groupe : « À la Maisonia » Région de Québec
Aux 2 sem. : Les dimanches, de 13h15 à 15h30 Gilles Bertrand & Louise Renaud : (418) 871-4564

Groupe : « Les Ascendants » Région de Rive-Sud de Québec Les jeudis, de 19h00 à 21h30 Normand Laperle : (418) 835-1809

Groupe de Sherbrooke Région de Sherbrooke
Aux 2 sem.: Mardi ou mercredi, (à confirmer) de 19h00 à 21h00 Hélène Boisvenue et Denis Gravelle : (819) 569-6416

Groupe : « Lecteurs de la Mauricie » Région de Trois-Rivières
Les lundis, de 19h00 à 21h00 Roger Périgny : (819) 379-5768

Groupe : « Les Débonnaires » Région de Terrebonne
Aux 2 sem. : Les jeudis, de 19h00 à 21h00 Julien Audet : (514) 315-9871

Saviez-vous que ?

À chaque fois que vous achetez un « Livre d’Urantia » (et autres) en passant par le site internet de l’AUQ, vous arrivez sur Amazone, et ce dernier retourne un faible pourcentage (3 à 4%) du montant de votre achat à l’Association Urantia du simple fait que vous êtes passé par le site de l’AUQ pour vous rendre sur Amazone.

Passez le message à tous vos ami(e)s qui veulent s’acheter un de ces livres.

Voici le lien direct sur le site de l’AUQ : http://urantia-que- bec.ca/livre_achat_du_livre.php

Fête de Micaël 2015

Bertin Perron et Julien Audet.

Dimanche le 23 août 2015 vous êtes tous invités pour la fête de Micaël sur le Mont-Royal près du Lac des Castors, près du Restaurant et du stationnement payant ($8 en 2014).

Comme d’habitude vous n’aurez qu’à suivre les indications avec les cercles concentriques. Apporter votre repas et votre chaise.

Au plaisir de vous rencontrer en grand nombre.

Groupes d’étude

Cette activité permet à plusieurs lecteurs de différents niveaux de compré-hensions, d’échanger et d’étudier ensemble les enseignements du « Livre d’Urantia ». Elle favorise le progrès spirituel en permettant à ses partici-pants de trouver des applications pratiques aux enseignements du « Livre d’Urantia » dans leur vie quotidienne. Cette démarche importante permet de garder un point de vue élargi sur les concepts de vérité.

Vous désirez participer ou former un groupe d’étude; avec joie, nous vous assisterons. Vous désirez faire paraître votre groupe d’étude dans cette liste, contactez la responsable, courriel: association.urantia.quebec@gmail.com ou, au 450-565-3323.

Groupe de l’Outaouais Région de Gatineau
Les mardis, de 19h00 à 21h00 Maurice Migneault : (613) 789-6833

Groupe : « Sans Frontière » Région de Hawkesbury
Les dimanches, de 9h30 à 11h30
Yvon et Irène Belle-Isle : (613) 632-5706

Groupe : « Laurantia » Région de Petite Nation en Outaouais
Les dimanches, dès 9h00
Denise Charron & Jean-Claude Lafrenière : (819) 983-2113

Groupe : « Découverte » Région des Laurentides
Les lundis, de 19h30 à 21h30 Gaétan Charland et Line St-Pierre : (450) 565-3323

Groupe : « Étoile du Soir » Région des Laurentides
Les mercredis, de 19h00 à 21h00 Carmen Charland : (450) 553-3601

Groupe : « Vers les Sommets » Régions d’Ormstown & Valleyfield Les vendredis, de19h00 à 21h00 Louise Sauvé : (450) 829-3631

Groupe : « Uni-Terre » Région de Lanaudière
Les dimanches, dès 9h00 Éric Martel : (450) 756-9387

Groupe : « Fraternité-Urantia » Région de Lanaudière
Les mercredis, de 19h30 à 21h00 Richard Landry & Gisèle Boisjoly : (450) 589-6922

Groupe : « La Famille Unie d’Urantia » Région de Montréal
Les mercredis, de 18h30 à 21h30
Diane Labrecque : (514) 277-2308

Groupe : « Le Pont » Région de Rive-Sud de Montréal Les jeudis, de 19h30 à 21h30 Guy Vachon : (450) 465-7049

Groupe : « La Maisonia » Région de Québec
Aux 2 semaines, le dimanche, de 13h15 à 15h30 Gilles Bertrand & Louise Renaud :
(418) 871-4564

Groupe : « Les Ascendants » Région de Rive-Sud de Québec Les mardis, de 19h00 à 21h30 Normand Laperle : (418) 835-1809

Groupe de Sherbrooke Région de Sherbrooke
Aux 2 sem.: Mardi ou mercredi, (à confirmer) de 19h00 à 21h00 Hélène Boisvenue et Denis Gravel : (819) 569-6416

Groupe : « Lecteurs de la Mauricie » Région de Trois-Rivières
Les lundis, de 19h00 à 21h00 Roger Périgny : (819) 379-5768

Groupe : « Les Agondontaires » Région de Québec
Aux 2 semaines, le dimanches, de 13h00 à 16h00 Guy & Rolande L. Martin : (418) 651-3851

Groupe : « Les Partenaires du Suprême » Région de Québec
Les lundis, de 19h30 à 21h30 Richard Lachance : (418) 614-2520 ou (418) 933-0244 (cell.)

Groupe : « Les Débonnaires » Région de Terrebonne
Aux 2 semaines, le jeudi, de 19h00 à 21h00 Julien Audet : (514) 315-9871

Congrès international 2015 de Sherbrooke

Gaétan G. Charland Organisateur de l’évènement

Bonjour lecteurs et lectrices,

Il ne reste que deux mois avant le Congrès Urantia International 2015 qui aura lieu à l’Université Bishops dans la région de Sherbrooke. Nous avons reçu quelques commentaires à propos du programme du congrès, il semble y avoir confusion à propos de son contenu et de l’orientation de celui-ci. Certains nous ont fait par ne pas y être intéressés, car selon leur perception on n’y parlera que de la famille et de l’éducation des enfants. Je vous invite donc à relire attentivement le programme et examiner son contenu. Vous constaterez que oui on y parle de l’éducation des enfants, mais aussi de sa croissance jusqu’à son statut d’adulte, ce qui nous concerne tous.

Le Livre d’Urantia met beaucoup d’importance sur la famille, la société et de l’éducation à l’intérieur de ces entités, car c’est là où se déroule toute notre vie, de l’enfant jusqu’à l’adulte. En tant qu’adulte nous pouvons jouer le rôle de parent, de grand-parent, de frère, de sœur, d’oncle, de tante, de parrain et marraine et aussi d’homme et de femme, marié ou célibataire. Chacun de ces rôles comporte des responsabilités et de grandes opportuni-tés, des occasions d’apprendre et d’enseigner, par notre exemple, par nos paroles, par nos échanges et par nos gestes qui tous s’appuient sur les valeurs et leurs significations que nous avons acquises et intégrées dans notre philosophie de vie.

Le but du congrès est d’explorer, d’apprendre et de partager comment nous pouvons à différents stades de notre vie contribuer à l’épanouissement spi-rituel et intellectuel de l’individu, par le biais de la famille et de la société, qu’importe que nous soyons adolescent, jeune adulte ou adulte accompli. Il ne s’agit pas seulement d’apprendre et d’écouter, mais aussi de partager avec d’autres étudiants notre vécu et nos expériences en rapport avec les enseignements du Livre d’Urantia et comment nous les appliquons ou les avons appliqués dans notre famille comme parents, grands-parents, frères, sœurs, oncles et tantes.

Il n’y aura pas que des discours, il y aura aussi de nombreux ateliers en anglais et en français où vous pourrez participer à des échanges enrichis-sants, valorisants et édifiants. Le simple fait d’être en compagnie de person-nes qui entretiennent les mêmes espérances que nous pour notre monde devrait être une raison amplement suffisante pour justifier votre présence à ce congrès. Qu’avons-nous à offrir, nous lecteurs du Québec à ces visi-teurs, lecteurs et lectrices qui veulent nous connaitre, qui veulent savoir comment nous vivons chez nous les enseignements du Livre d’Urantia ?

Serez-vous au rendez-vous ?

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant sur ce lien :

https://drive.google.com/file/d/0B7VPWKd43MgpNzVUTTNwMEVaVWc/view

Avis de recherche

Line St-Pierre
Loordonnatrice de l’évènement

Lors du Congrès qui se tiendra du 30 juillet au 2 août prochain à l’Univer- sité Bishops de Lennoxville, l’Association a commandité la présence d’en-fants accompagnés de leurs parents afin de leur faire vivre une fragrance de fraternité lors de cette grande rencontre. Nous sommes à la recherche de 3 personnes désirant s’occuper de garder et voir aux divertissements d’une douzaine d’enfants âgés entre 3 ans et 13 ans.

Les heures requises pour ce service sont le vendredi 31 juillet et le samedi 1er août entre 8h30 jusqu’à 17h00, le dimanche entre 8h30 et 12h30.

L’AUQ fournira le logement s’il y a lieu ainsi qu’une rémunération avec un tarif horaire acceptable.

Si dans votre entourage vous connaissez des jeunes adultes intéressés par cette offre, SVP nous en aviser le plus tôt possible en écrivant à association.urantia.que- bec@gmail.com ou en appelant au 450-565- 3323. 

Le mot du président

Maurice Migneault Président AUQ urantiamaurice@gmail.com

Le grand évènement approche à grands pas… Je veux parler encore une fois du Congrès de l’Association Urantia International dont nous serons les hôtes cet été.

Jusqu’à présent, j’ai eu la chance de participer à deux de ces congrès : à Malaga en Espagne, ainsi qu’à Medellín en Colombie. Il est difficile de décrire la richesse des expériences humaine et les amitiés que nous avons l’opportunité de vivre et de créer lors de ces rencontres. Pour mieux synthétiser ma pensée, j’ai pensé choisir des citations du « Livre d’Urantia » ayant rapport à la fraternité dont nous allons être les témoins et acteurs.

« Le potentiel du groupe dépasse toujours de beaucoup la simple somme des attributs des individus qui le composent. » (113.3) 10:5.2

« La fraternité est une réalité d’ensemble… » (138.5) 12:7.10

« L’amour est le secret des associations profitables entre personnalités. » (141.3) 12:9.2

« Il y a peu de tâches dans l’univers pour les serviteurs isolés. » (312.1) 28:5.14

« L’une des plus importantes leçons à apprendre pendant votre carrière mortelle est celle du travail en équipe. » (312.1) 28:5.14

« Presque toutes les valeurs durables de la civilisation ont leurs racines dans la famille. » (765.5) 68:2.8

« La croissance spirituelle est mutuellement stimulée par l’association intime avec d’autres personnes religieuses. » (1094.2) 100:0.2

« Si vous n’avez pas montré de prévoyance et d’intégrité dans les affaires de ce monde, comment pouvez-vous espérer être fidèles et prudents quand on vous confiera l’administration des véritables richesses du royaume céleste ? » (1854.2) 169:2.6

« L’homme ne peut provoquer la croissance, mais il peut lui fournir des conditions favorables. » (1097.4) 100:3.7

« C’est en découvrant les mobiles de vos as- sociés que vous découvrez le mieux leur valeur. » (1098.1) 100 :4.4

« Dès lors que vous comprenez votre voisin, vous devenez tolérant, et cette tolérance va se transformer, croître en amitié et mûrir en amour. » (1098.1) 100:4.4

« Il est moins important d’aimer tous les hommes aujourd’hui que d’apprendre chaque jour à en aimer un de plus. » (1098.3) 100:4.6

« Il est littéralement vrai « qu’il faut connaître les choses humaines pour les aimer, mais qu’il faut aimer les choses divines pour les connaître. » » (1118.4) 102 :1.1

« …l’association humaine engendre un sentiment de communauté avec le divin… » (1133.1) 103:4.1

« Si vous aimez les gens, ils se rapprocheront de vous. » (1452.2) 131:8.4

« Quand l’homme s’associe à Dieu, de grands évènements peuvent se produire et se produisent effectivement. » (1467.5) 132 :7.9

« L’amitié rehausse les joies et glorifie les triomphes de la vie. » (1776.2) 160:2.8

Service d’hospitalité » pour le Congrès Urantia International 2015

Gilles Bertrand Québec

Chers lecteurs et lectrices,
Comme vous l’avez probablement lu dans une lettre de l’A.U.Q. dernière-ment, Gaétan Charland profitait de cette occasion pour élaborer sur un nouveau service aux membres qui seront visiteurs lors du congrès à Lennoxville au Québec.

Le service hospitalité dont je suis simplement le coordonnateur, sollicite de ce fait, la participation de nos lecteurs du Québec. Nous québécois, aurons l’honneur d’offrir le gite pour une période en dehors des horaires du congrès. La générosité des hôtes qui offriront gratuitement l’hébergement et le déjeuner dans le style ‘gîte du passant’ (B & B) est tout à fait indiquée. Pour le reste (le dîner, le souper et le tourisme), seront aux frais des visiteurs.

S’il y a assez d’offres pour combler les demandes, le programme fonction-nera de façon idéale. Pour l’instant, il y a beaucoup plus de demandes d’hébergement que d’hôtes disponibles. Nous continuons dès maintenant à essayer de combler l’écart. Une participation accrue au programme ‘service hospitalité’ vous est donc fraternellement rappelée. La demande est forte et les hôtes anglophones sont encore plus forte- ment appréciés, car les Néer-landais et les Malawiens par exemple, sont nettement plus à l’aise avec le vocabulaire anglophone. Le Québec est à majorité francophone et cette tendance se poursuit chez nos hôtes. Cependant, une expérience avec une autre culture linguistique serait peut-être tout aussi intéressante à expéri-menter, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous prêt à ouvrir grand votre foyer ?

Si le cœur vous en dit, écrivez-moi.

Pour terminer, j’aimerais vous rappeler ce passage où Jésus dit à Ganid : « Lier connaissance avec ses frères sœurs, connaître leurs problèmes et apprendre à les aimer, c’est l’expérience suprême de vie. » (1431.1) 130:2.6

J`espère que cette invitation, cette sollicitation, vous sensibiliseront à cette quasi urgence de ce besoin particulier. J’attends donc avec bonne grâce vos offres généreuses d’hébergement et d’hospitalité.

Gilles Bertrand coordonnateur du Service Hospitalité dans le cadre du Congrès Urantia International en juillet 2015.

Gilles Bertrand (418) 871-4564

fidoquebec@gmail.com

Congrès international 1993 Congrès international 2015

Louise Sauvé OSrmstow

Souvenirs d’un passé qui viennent rejoindre une réalité à venir à travers cet autre congrès qui est à nos pas !

Il y a déjà 23 ans se tramait un rassemblement mondial de lecteurs du « Li-vre d’Urantia » dans notre belle province. Fait historique ou la fraternité, l’amitié, l’amour, la rencontre de l’autre, mon frère ma sœur venant de cet autre ailleurs pour partager un idéal commun, un même grand sentiment d’amour spirituel envers un même Père Divin, Céleste comme intérieur !

Une prière, une méditation, une adoration où il n’y avait plus qu’une seule âme, un seul cœur, un seul esprit dans cette grande confraternité dont le centre était occupé par cette Divine Présence du maître, de notre cher Micaël et de notre cher Père.

Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Ils étaient là, le Père et le Fils au milieu de nous et en chacun de nous ! Quelle joie spirituelle et quel Bonheur Divin !

Mes amis, y serons-nous à nouveau pour vivre encore à ce rassemblement ce que le Père comme le Fils nous demandent ? Lorsque vous serez rassemblés en mon nom en notre nom, je serai au milieu de vous tous !

J’écris ceci au nom de l’appel de notre âme qui veut rassembler dans les replis de notre unicité les merveilleux souvenirs d’une confraternité toujours de plus en plus à devenir.

Merci de me lire.

Saviez-vous que ?

À chaque fois que vous achetez un « Livre d’Urantia » (et autres) en passant par le site internet de l’AUQ, vous arrivez sur Amazone, et ce dernier retourne un faible pourcentage (3 à 4%) du montant de votre achat à l’Association Urantia du simple fait que vous êtes passé par le site de l’AUQ pour vous rendre sur Amazone.

Passez le message à tous vos amis/es qui veulent s’acheter un de ces livres.

Voici le lien direct sur le site de l’AUQ : http://urantia-que- bec.ca/livre_achat_du_livre.php

Prière

Guy et Rolande Martin Source : Groupe IAM

Voici la prière que nous disons au début de chacune de nos sessions de lecture à « La Maisonia » de Québec.

Ô Maitre de l’Univers.

Que le règne de l’amour divin, de la vérité et de la sagesse, soit établi en moi comme en tous les êtres.

Aide-moi à comprendre et à faire ta volonté afin que tous ceux qui m’entourent, soient aidés par ton pouvoir en moi.

Avis de recherche

Line St-Pierre
Coordonnatrice de l’évènement

Lors du Congrès qui se tiendra du 30 juillet au 2 août prochain à l’Université Bishops de Lennoxville, l’Association a commandité la présence d’enfants accompagnés de leurs parents afin de leur faire vivre une fragrance de fraternité lors de cette grande rencontre. Nous sommes à la recherche de 3 personnes désirant s’occuper de garder et voir aux divertissements d’une douzaine d’enfants âgés entre 3 ans et 13 ans.

Les heures requises pour ce service sont le vendredi 31 juillet et le samedi 1er août de 8h30 à 17h00, et le dimanche de 8h30 à 12h30.

L’AUQ fournira le logement s’il y a lieu ainsi qu’une rémunération avec un tarif horaire acceptable.

Si dans votre entourage vous connaissez des jeunes adultes intéressés par cette offre, SVP nous en aviser le plus tôt possible en écrivant à association.urantia.quebec@gmail.com ou en appelant au 450-565-3323.