Bilan des activités 2017

Association Urantia du Québec

Rencontres & réunions

Il y a eu six réunions du conseil d’administration pour les affaires courantes de l’Association :

  • Le 15 janvier, le 5 mars, le 30 avril, le 18 juin, le 3 septembre et le 16 novembre

Aussi, il y a eu deux réunions pour structurer le plan stratégique d’action 2018 – 2021.

  • Le 4 juin et le 8 octobre
  • Ce document est publié dans ce mensuel.

Nous avons organisé 2 journées thématiques :

  • Le 28 mai à Drummondville, organisée par des femmes ; ayant pour thème : « Comment participer à l’amélioration de notre société ?»
    • 32 personnes présentes.
    • Chantale Chartier, Isabelle Lefebvre et Line St-Pierre étaient les conférencières.
    • Colette Gadessou et Francine Fortin ont fait des témoignages.
  • Le 15 octobre à Montréal avec le thème : « Perceptions et croissance spirituelle »
    • 23 personnes présentes.
    • 3 conférenciers : Jacques Loranger, Gaétan Charland et Robert Cadieux.

Nous avons eu deux rencontres sociales entre lecteurs :

  • Le 20 août : Le pique-nique pour la fête de Micaël au parc du Mont Royal.
    • Environ 35 personnes présentes.
    • Organisé par Julien Audet et Bertin Perron.
  • Le 10 décembre: Le brunch des Fêtes à l’hôtel Best Western de Saint-Jérôme.
    • 32 personnes présentes.

Diffusion du livre

L’Association a financé l’achat et l’envoi de 16 livres à Haïti.

Il y a eu aussi l’achat de 35 livres au Québec offert par un lecteur de Trois-Rivières, M. Liguori Leclerc, qu’il a fait livrer à des personnes de son choix.

Comité des groupes d’étude

Durant l’année 2017, une rationalisation de la liste des groupes d’étude publiés sur le site de l’association du Québec a été faite par Alain Nielsen afin de supprimer les groupes inactifs. Au moins cinq groupes ont été enlevés et de nouveaux groupes se sont ajoutés pour un total de 8 groupes actifs et 3 groupes recherchant des participants.

De multiples articles sur l’importance des groupes d’étude ont été écrits et publiés dans le Réflectivité et la lettre de nouvelles Tidings afin de favoriser la croissance et la disponibilité des groupes d’étude.

Bonne année 2018!

Marc Belleau
tresorier@urantiaqc.org

L’année 2017 a été prolifique en évènements de toute sorte. Mais ce qui retient mon attention, c’est le courage dont ont fait preuve les victimes d’agressions sexuelles, hommes et femmes, en dénonçant publiquement les actes répréhensibles de ceux qui utilisent le pouvoir afin d’assouvir leurs instincts les plus bas. Le pouvoir devrait servir le plus grand bien de la société et non pas l’égo démesuré de ceux qui l’exercent. Le pouvoir, lorsqu’il est bien utilisé, peut servir de grandes causes et faire avancer la société, mais il faut une personnalité forte, un caractère droit, équilibré et bien développé pour résister à l’envie de l’utiliser à des fins purement égoïstes. Mais au-delà de l’indignation que l’on peut ressentir face à cette situation outrageante, il faut se réjouir de la prise de conscience collective que cela a provoquée. Ce ne sont pas seulement les victimes qui se sont levées pour dénoncer ces abus, mais toute la société québécoise qui était là pour les appuyer; et le message était clair, ces comportements sont inacceptables et ne doivent plus être tolérés. Un ami m’a dit, récemment, « lorsque les gens de bien ne font rien, le mal prolifère ». Cette fois-ci, les gens de bien se sont levés et sont sortis de leur mutisme et les résultats ont été bien réels et franchement encourageants. Pour moi, cet épisode inspirant est un pas en avant dans la bonne direction, la démonstration qu’il y a de l’espoir pour l’avancement de la spiritualité dans notre société; la justice et l’équité finiront par triompher.

Pour 2018, je nous souhaite d’avoir autant de courage pour affronter les multiples problèmes auxquels nous sommes confrontés. Il y a un avenir formidable pour notre société, pour notre monde, Urantia, et c’est à nous qu’il incombe de le construire.

Mot de la présidente

Line St-Pierre
president@urantiaqc.org

 

Lors des deux dernières rencontres du conseil d’administration, les membres du conseil ont travaillé à l’élaboration d’un calendrier d’activités 2018 et à la refonte du plan stratégique de 2018-2021. Nous focaliserons sur deux axes de service, dont le soutien aux lecteurs et le soutien aux hôtes de groupe d’étude puisque notre mission est la suivante :

➢ Aider chaque personne à relever le défi qui consiste à établir une meilleure relation avec le divin en elle. Dans cet effort d’accroissement de la conscience cosmique et de rehaussement de la perception spirituelle, nous désirons que chaque humain en arrive à reconnaître individuellement la paternité de Dieu et ainsi vivre la fraternité universelle.

➢ Pour favoriser cet épanouissement personnel, pour créer un environnement propice au partage de notre vie spirituelle, l’Association Urantia du Québec encourage la création et le maintien de groupes d’étude du Livre d’Urantia, présente des conférences et met sur pied des rencontres thématiques. C’est avec l’aide de lecteurs engagés de l’AUQ que vous pouvez lire en français la lettre de nouvelles Tidings, vous informant comment d’autres étudiants utilisent Le Livre d’Urantia dans leur pays. Le dernier numéro se retrouve au https://urantia-association.org/newsletter/tidings-septembre-2017/?lang=fr&print=true.

J’ai particulièrement apprécié l’article de mon amie Lourdes Burga-Cisneros, du Pérou, s’intitulant « Passer le flambeau de lumière aux générations futures » disponible à l’adresse suivante :

https://urantia-association.org/2017/passer-le-flambeau-de-lumiere-aux-generations-futures/?lang=fr.

Toutes les activités prévues de l’AUQ sont répertoriées sur notre site internet sous la rubrique calendrier d’activités au www.urantia-quebec.ca. Vous êtes invités au brunch des Fêtes qui aura lieu le 10 décembre de 11h à 15h à l’Hôtel Best Western de Saint-Jérôme. Cette activité est une occasion de socialiser avec d’autres étudiants et de développer la fraternité qui se retrouve dans le groupe. Depuis quelques années, on y réserve une petite salle pouvant accommoder une trentaine de personnes et on s’y retrouve dans la joie, à manger, à chanter en chœur accompagné de lecteurs-musiciens ! Le coût est de 19.95$. SVP, faire connaître votre présence en appelant au 450-565-3323 ou en écrivant à association.urantia.quebec@gmail.com. L’année 2018 sera chargée avec ces rencontres régionales et internationales du Livre d’Urantia. Du 12 au 15 avril, Robert Cadieux, Gaétan Charland et moi participerons au 10e congrès international de l’Association Urantia internationale à Amsterdam, aux Pays-Bas. D’y rencontrer des étudiants d’autres cultures et de se faire de nouveaux amis est toujours très enrichissant. Vous souhaitez vivre cette expérience ? Voici l’adresse du site ou vous trouverez tous les détails:

http://www.uai2018.org/index/fr.

Du 1er au 7 novembre à Toronto se tiendra, Le Parlement des religions du monde. À cet effet, l’Association internationale, La Fondation Urantia et la Fellowship y tiendront un kiosque du Livre d’Urantia. Alain Cyr, Gaétan Charland et moi du Québec représenterons l’AUI avec d’autres étudiants d’ailleurs pour répondre aux questions des passants lors de cet évènement qui attendent autour de 12,000 visiteurs de toutes religions. Pour la deuxième fois, je vivrai cette expérience inoubliable de grande fraternité. Pour y participer, vous trouverez tous les détails de ce rassemblement au :

https://parliamentofreligions.org/parliament/2018-toronto/toronto-2018.

Récemment, il a été apporté à notre attention que le mandat de publication en français ne reflétait pas avec exactitude le texte en anglais et par conséquent une petite équipe de bénévoles a révisé le document français que vous retrouverez à l’adresse suivante :

http://urantia-quebec.ca/a_propos_mission.php.

Avez-vous déjà exploré sur notre site internet sous la rubrique travaux des lecteurs ? Il s’y retrouve un énorme travail d’étudiants et de nombreux ouvrages et images sur différents thèmes qu’aborde le Livre d’Urantia. C’est à voir à :

http://urantia-quebec.ca/publications_textes_des_lecteurs.php

Commentaire d’un participant à la journée thématique du 15 octobre 2017

Gilles Bertrand
fidoquebec@gmail.com

 

Perception spirituelle
sous l’angle de la rébellion de Lucifer

L’ouverture de cette réunion à été amorcé par les mots de bienvenue de notre présidente de l’AUQ, Line St- Pierre.
La trentaine de personnes écoutèrent par la suite la lecture de la mission de l’AUQ. Très significative, cette mission s’énonce comme suit :ouverture de cette réunion à été amorcé par les mots de bienvenue de notre présidente de l’AUQ, Line St- Pierre.

« Notre mission (A.U.Q.), est d’aider chaque personne à relever le grand défi qui consiste à établir une meilleure relation avec le divin en elle. Dans cet effort d’accroissement de la conscience cosmique et de rehaussement de la perception spirituelle, nous désirons que chaque humain en arrive à reconnaître individuellement la paternité de Dieu et ainsi vivre la fraternité universelle. Pour favoriser cet épanouissement personnel, pour créer un environnement propice au partage de notre vie spirituelle, l’Association Urantia du Québec encourage la création et le maintien de groupes d’étude de « Le Livre d’Urantia », présente des conférences et met sur pied des rencontres thématiques. »

Puis vint un moment de recueillement silencieux.

Ensuite, Gaétan Charland nous présenta le menu pour cette journée thématique, divisé en deux grands thèmes principaux : « La perception de la Réalité… » et la « répercussions de la rébellion de Lucifer… » Gaétan nous rappela aussi les avantages de se servir du net (application Zoom) lors de réunions de groupes d’études. Ce système vidéo est pratique aussi en cas de mauvais temps, de maladie ou d’éloignement.

Notre premier conférencier fut Jacques Loranger. Il nous fit réfléchir par des exemples concrets, qu’en général la perception d’un objet ou d’un concept pouvait être influencée par d’innombrables facteurs, déformant ainsi la réalité se trouvant sous observation. Jacques nous a fait vivre ces débats et ces confusions que l’on peut observer aussi partout sur notre planète encore enténébrée. Ses nombreuses expériences de vie, particulièrement parentales, nous ont tous étonnées car à un moment donné, il a adopté avec sa compagne de vie 5 enfants dans le besoin. C’est peut-être de là qu’il a débuté à réfléchir sur les perceptions ou actions des personnes qui l’entouraient. La réalité est souvent perçue diversement pour chacun de nous et la famille est un exemple parfait pour illustrer ce phénomène.

L’avant midi se finalisa par l’entretien prenant de Robert Cadieux notre secrétaire dévoué. Il se présenta personnellement et fit en autre une description des évènements entourant la rébellion de Lucifer pour amorcer le travail de Gaétan prévu en après-midi.

Un des sujets d’une partie de son discours fut que Lucifer mis en cause la réalité du Père Universel, le gouvernement universel de Micaël, le Fils Créateur et attaqua le plan universel d’éducation des mortels ascendants. Bien évidemment des réactions de toutes sortes furent nombreuses à ce moment-là…

On s’en doute bien, la table était alors mise pour les discussions avenirs et l’après-midi démarra en force par la conférence de Gaétan Charland dont le sujet de sa conférence allant comme suit : Le Cadre temporel du jugement de la rébellion de Lucifer « Soyez rusés comme des serpents… » dit Jésus.

Gaétan pris la place de Chuck Thurston (Etats-Unis) pour ainsi dire car il présenta l’article de Chuck que nous pouvons retrouver dans le Journal de l’AUI de décembre 2012 (L’article publié au complet est disponible sur le site internet de l’AUQ).

Par preuves d’extraits tirés du Livre d’Urantia et par d’autres indices valables Gaétan chiffra la possible fin de la rébellion au niveau planétaire, entre 100 000 et 800 000 ans. Voici un extrait intéressant, tiré de l’article de Chuck Thurston.

« Je pense qu’il est très important d’examiner cette question à la lumière des enseignements qui nous sont fournis dans le Livre d’Urantia. Ceux d’entre nous qui tiennent la révélation d’Urantia pour l’autorité finale et la meilleure en cette matière devraient faire tout ce qu’ils peuvent pour parvenir à une compréhension commune.

…le règlement de l’affaire ne peut être achevé avant que TOUTE sympathie disparaisse, y compris au niveau des mortels. »

La conclusion de cette journée fut donnée par les participants qui se regroupèrent en cercle en exprimant leur opinion ou leur perception sur les interrogations que nous proposait Marc Belleau, notre trésorier à l’AUQ. Meneur du groupe Marc n’a pu compléter toutes les questions tant la participation et l’intérêt étaient présents. Nos échanges sur notre perception et sur notre croissance spirituelle fut malheureusement abrégée par le manque de temps en cette fin de dimanche après-midi.

Même si Marc soutenait un rythme effervescent pour tenter d’élucider ou de terminer toutes les questions qu’il avait savamment préparé, il n’a pas réussi à contenir tout l’enthousiasme de certains interlocuteurs qui prirent possession du temps alloué à l’horaire du jour tant l’intérêt y était présent encore une fois.

Je veux saluer et remercier les organisateurs de cette thématique des plus intéressante et j’invite tous et chacun à prendre part à la prochaine réunion de l’Association Urantia du Québec.

Que Dieu vous remplisse de toutes ses grâces jusqu’à notre prochaine rencontre.

Réponse d’un lecteur…

En réponse à: Une question d’un lecteur…

[Parue dans le Réflectivité #307 – août 2017]

Question : Comment les lecteurs esseulés en arrivent-ils à débroussailler le Livre d’Urantia ? Peut-on y arriver en solitaire ?

_____________


Guy Le Blanc — Saint-Antoine-de-Tilly

Mon cher ami,

Ta question me concerne. J’ai découvert la Cosmogonie d’URANTIA en 1972. J’étais chercheur depuis très longtemps et lu de nombreux ouvrages. Après avoir lu le Livre plusieurs fois, je me suis mis à l’étudier seul. Je méditais à tous les jours après une lecture.

Avec mon esprit ouvert, la recherche de la compréhension ne s’est pas fait attendre. Je n’étais plus seul. On travaillait avec moi.

Plus tard j’ai commencé à chercher d’autre personnes comme moi pour le partage de la connaissance.

Aujourd’hui je le parcours encore seul, dans l’émerveillement. À plusieurs occasions je me retrouve en sympathique compagnie de groupes de lecture. Ça fait beaucoup de bien au mental.

Au bon plaisirs mon frère.

Les agondontaires de la terre…

Interprété par les amis d’Urantia le 20 août 2017, au pique-nique pour la fête de Jésus, au parc du Mont-Royal à Montréal.

C’est le beau jour, il fait bon se revoir
C’est la fête
De Micaël notre frère dans la chair
Sur la terre
Nous sommes ici entre amis, et c’est bien
Notre affaire
De pique-niquer et chanter ce refrain
D’espérance

{Refrain}
Les agondontaires de la terre
Ont une vision planétaire
Pour des bienfaits salutaires
Qu’on partage entre frères
Les agondontaires de la terre
Ont une foi extraordinaire
Un appétit pour l’amour
La joie et la douceur

À Nazareth Jésus prit connaissance
De sa nature
En devenant le frère-père d’une famille
Ordinaire
Puis, musicien, précepteur, voyageur
Sans frontières
Il étonna, enseigna, rencontrant
Tout le monde

{Au Refrain}

Quand Micaël partit de Salvington
Vers la terre
Pour compléter ses missions d’effusions
En tant qu’homme
Il est venu nous montrer le chemin
Son message
Que tous les hommes sont des frères et que Dieu
Est notre Père

{Au Refrain}

Fête à Micaël, Montréal…

Mélanie Olivier
Lévis

En ouvrant les yeux ce matin, je me souviens qu’aujourd’hui, ce n’est pas une journée comme les autres. Je me rappelle en un coup de cils vers le haut qu’il y a 2024 années, un enfant, au nom de Jésus, était venu en ce monde pour enseigner à l’homme la fraternité.

Quelle joie de célébrer avec mes frères et sœurs dans la foi la fête-anniversaire de Jésus fils de Joseph et Marie. Il est 9h30 et la signalisation routière indique Montréal. J’aperçois soudainement le « Lac aux Castors », là où notre rencontre a lieu. C’est intime comme endroit. Sur les 35+ éditions québécoises de cet événement, ce n’est pas surprenant que ce soit la quatrième année que des lecteurs d’Urantia, des chercheurs du beau du bon et du vrai, se rencontrent ici, autour de ce petit lac d’eau calme entouré d’arbres feuillus et de petites collines. Il ne fait ni chaud ni froid, une température parfaite pour une rencontre précieuse. Les rayons de soleil passent à travers les branches et nous entourent de leurs bras chaleureux. Les écureuils viennent nous regarder du coin de l’œil dévalant l’écorce avec facilité. On ne peut qu’être ébahi devant cette création. 

Les gens abondent, on aperçoit une mixité de races et de sentiments joyeux. Plusieurs familles se sont réunies pour faire du canot, jouer au frisbee et manger en plein air. D’autres se sont donné rendez-vous au « Café des Amis » pour siroter une tisane fruitée au bord du lac.

Entre nous, l’harmonie, la simplicité et l’Authenticité se ressentent jusqu’au bout de notre cœur. Autour d’une table à pique-nique, on partage des vivres du monde matériel comme des raisins, des sandwichs en rouleaux, des crudités et de l’humus maison. On chante sur des compositions de Félix Leclerc et de Marc Gélinas. Quelques musiciens nous partagent leur talent d’un commun accord. On parle de qui nous sommes et de ce qu’il y a de plus sacré en nous, cette voix humble qui murmure notre essence et qui demande connexion à l’Autre. C’est doux et c’est le prélude d’une grande destinée comme si d’un coup de cils vers le haut on avait un étrange sentiment que le Règne de Micaël sur terre était déjà arrivé.

Vite on s’aperçoit qu’il est cinq heures et que c’est déjà le départ.

Quand Jésus, le maître, a dit: « Vous êtes le sel de la terre, un sel ayant un gout de salut… » (Fasc. 140:3.12 ; p.1570.13). On poursuit chacun notre chemin avec l’âme nourrie et les idées créatrices qui abondent. On se trouve chanceux d’avoir touché au bon au beau et au vrai aujourd’hui. On remercie le Créateur.

Pique-nique lors de la fête de Jésus à Montréal!

Robert Cadieux
Montréal

[Modifié, en partie par Normand Laperle, Rédacteur en chef, pour l’adapter au Réflectivité]

[Le texte suivant a été composé et prononcé par Robert Cadieux lors de notre rencontre dimanche le 20 août 2017 au « Lac aux Castors » sur le Mont Royal, à Montréal.

Nous avons, entre autres, chanté plusieurs chansons. Une d’elle, sort du lot par ses paroles inspirées du « Livre d’Urantia ».

Voici le discours prononcé par Robert (ajusté pour le Réflectivité), ainsi que les paroles de cette chanson.]

Nous revoici réunis pour fêter la naissance de Jésus qui est né une journée comme aujourd’hui, un 21 août de l’an -7 à midi, il y a 2024 ans.

La vie, c’est grandiose, et peut-être que nous en sommes à peine conscient, parce qu’on perçoit peu les vraies réalités spirituelles. Toutefois, par la foi et par la perception consciente du ministère de l’esprit en nous, nous pouvons en devenir conscient. Je pense que c’est en partie ce sentiment religieux, qui nous motive à se réunir, à se retrouver ensemble dans une occasion comme aujourd’hui.

La mort physique n’est que la fin d’une première étape, d’une carrière sans fin. Voilà en partie ce que Jésus est venu nous enseigner en venant vivre lui-même la vie humaine dans la similitude d’un corps physique. Il est venu nous enseigner la conscience de Dieu dans l’évolution de la vie humaine et la poursuite de la vie dans la carrière universelle.

En fin de compte, nous sommes ici, dans notre vie humaine, pour développer notre conscience de Dieu, qui est partout, ici comme au Paradis ; mais Dieu est aussi présent à l’intérieur de nous. C’est avec cette présence divine, notre Ajusteur de Pensée, que nous sommes destinés à fusionner et à devenir ainsi, une personnalité ascendante de l’univers. En attendant, en tant qu’humain vivant dans un corps physique ici sur la terre, nous sommes des fils et des filles de Dieu par la foi — ceci est le prélude de notre union avec Dieu.

Quelle chance nous avons de vivre ici sur la terre, au Québec, dans une partie du monde en paix, en sachant qu’il y a bien des problèmes ailleurs. Ces problèmes sont encore liés aux luttes de pouvoirs et de religions. Le sentiment religieux qui est bien présent chez l’être humain l’amène à créer des religions et à convaincre tout le monde qu’ils devraient penser de la même manière et avoir la même croyance.

Il n’est pas aisé de chercher et trouver la vérité dans le tumulte. Pourtant on sait que la vérité existe et qu’elle doit nous guider. Aujourd’hui, on fête l’anniversaire de Jésus qui est le représentant de la paix. Lors de ses apparitions, ses premiers mots étaient : « Que la paix soit avec vous ».

Alors, je vous propose ici une chanson d’humour et de joie. Des fois, ce n’est pas tellement les paroles des chansons qui sont importantes mais l’atmosphère qu’elles dégagent et le plaisir joyeux qu’elles nous apportent. Les paroles de cette chanson m’est venu alors que je chantais dans la douche, et je me suis souvenu de la chanson à grand succès « Les millionnaires du dimanche », et j’ai imaginé changer les paroles du refrain pour « Les agondontaires de la terre ».

Les agondontaires, dans le livre d’Urantia sont décrits comme les humains qui peuvent « croire sans voir, persévérer dans l’isolement et triompher de difficultés quasi insurmontables, même lorsqu’ils sont seuls » (Fasc.50:7.2 ; p.579.2). Et c’est notre cas, nous les terriens qui n’avons pas de quartier général avec un Prince planétaire ni de Fils et Filles matériels comme Adam et Ève. Nous croyons en Dieu par la foi, sans preuves matérielles ou témoignages directs. Ça m’a inspiré cette chanson que voici.

Voilà les amis !

Citations…

« Quand l’homme commence à comprendre et à connaitre par expérience la personnalité et le caractère du Dieu vivant, il est conduit à aimer de plus en plus ce bon et parfait Père universel et éternel.
C’est précisément ce changement de relation entre l’homme et Dieu qui constitue la mission du Fils de l’Homme
sur terre »

Fasc.149:6.3 ; p.1675.4

Mot de la présidente…

Line St-Pierre
president@urantiaqc.org

La période estivale est commencée et plusieurs groupes d’étude ont levé séance pour les vacances et reprendront le collier à l’automne. Depuis de nombreuses années comme participante à un groupe d’étude, je sais que c’est un endroit de croissance et de progrès intellectuel et spirituel extraordinaires. J’ai appris énormément des échanges et de la compréhension partagée des membres du groupe où chacun contribue respectueusement à l’accroissement du groupe.

L’adage employé, c’est à forger qu’on devient forgeron se prête bien à la proposition suivante.

Les fervents et inlassables serviteurs du petit groupe « The Christ Experiment » nous suggèrent de s’unir en esprit à compter du 1e juillet en lisant soit seul ou en groupe, un fascicule par semaine de la Vie et des enseignements de Jésus. Cette idée qu’ils ont appelée « INITIATIVE D’UNITÉ PLANÉTAIRE », se veut une manière de favoriser l’association de milliers d’individus engagés à travers le monde pour réintroduire « les enseignements réels de Jésus », ce qu’ils appellent « Le ministère du Maître ».

Le progrès est inévitable ; ce mot est mentionné 667 fois dans le livre et il a toute son importance. Puis-je en faire l’expérience?

Fils et filles de Dieu par la foi, l’étude de Livre d’Urantia a contribué à la transformation de notre être et en nous joignant à la masse d’étudiants du Livre d’Urantia dans le monde et en nous inspirant des enseignements de Jésus nous nous fortifierons à vivre, et voir à la réorganisation sociale, morale, économique et politique du monde.

Qui sait ce que les êtres célestes nous réservent en rencontres et en occasions de service pour travailler plus efficacement avec nous alors que nous voulons participer à l’amélioration de cette planète!

Le calendrier de lecture est affiché en anglais à cette page en cliquant sur le lien : http://www.thechristexperiment.org/mm-pui-reading-schedule

« La religion a besoin de nouveaux dirigeants, d’hommes et de femmes spirituels qui oseront dépendre uniquement de Jésus et de ses incomparables enseignements. » (2082.9) 195:9.4

Commentaire sur la thématique du 28 mai…

Robert Cédilot,
Varennes

Me voilà enfin. J’ai eu le désir d’assister à cette thématique de juin mais à la toute dernière minute j’ai dû faire un autre choix, important aussi. À la lecture du compte rendu de cette thématique j’ai pu constater avec bonheur toute la richesse et la profondeur de cette rencontre. J’aurais souhaité être parmi vous mais ce sera sans doute pour la prochaine. Je voudrais à mon tour souligner la très belle participation des femmes à cette thématique car, comme le dit si bien Normand, [ndlr : Voir Réflectivité #306, juin 2017, p.1] nous avons besoin de votre discours, nous avons besoin de vous. Bravo à toi line Saint-Pierre tu es en train d’insuffler une nouvelle énergie dans notre groupe et c’est fantastique.

Pour ma part, depuis plusieurs années je suis activement impliqué dans l’action bénévole de ma communauté et j’ai tout de suite compris l’importance d’entrer en contact avec ces gens âgés qui ont tellement besoin d’une présence, de prêter l’oreille à ces personnes trop souvent délaissées, de leur ouvrir mon cœur et surtout de les aimer. Quel beau cadeau Dieu me fait en mettant tous ces gens sur ma route car bien sûr je le fais pour LUI selon sa volonté, et voilà je ressens de Sa part une joie ainsi qu’une paix profonde et je crois que c’est un petit aperçu du paradis. Je suis un homme comblé c’est pourquoi je m’efforce malgré mes faiblesses humaines d’éveiller d’avantage ma conscience à Sa présence en moi, en le remerciant le plus le plus souvent possible. Aussi, dès que je sens le terrain propice je leur introduis la présence du livre d’Urantia et j’avoue que je connais un certain succès de ce côté.

Aussi lors de cette thématique il est question d’attirer les jeunes, il va de soi que nous avons le besoin essentiel d’une relève dynamique. Le défi est très grand mais je suis convaincu qu’en se laissant guider par Notre Père qu’Il saura nous inspirer à trouver des façons de les attirer vers Lui pour qu’ils puissent à leur tour le découvrir et le connaître enfin.

Je vous invite tous à vous joindre à moi dans cette prière. Dieu fait de moi ton humble instrument d’amour, fait de moi ton canal de guérison des esprits et des âmes

Fraternellement!

Les paraboles à la manière de Jésus…

Paul-Yvan Deléglise
L’Ancienne Lorette, Québec

[Suite du même titre dans le Réflectivité #306 juin 2017, p.3]

  1. La parabole du fils prodigue
    (parabole favorite de Jésus)

Après avoir rappelé la « parabole du fils perdu » (la Brebis égarée) 169:1.1 (1850.8), puis celle de la « pièce d’argent perdue » 169:1.4 (1851.2),

Jésus dit à la foule : « Maintenant, je voudrais vous raconter l’histoire du fils écervelé. » 169:1,5 (1851.3)

Il le fit longuement et avec beaucoup de détails.

Rappelons-nous brièvement cette histoire : Un riche fermier avait deux fils de personnalités fort différentes. Le plus jeune était enjoué, insouciant, paresseux et fuyant les responsabilités. Son frère aîné était sérieux, posé, travailleur et responsable. Les deux se querellaient constamment. La situation devint si pénible que le cadet alla trouer son père, et lui demanda sa part d’héritage. Le père, la lui remit.

Ce fils dissipa sa fortune jusqu’à devenir pauvre et connaître la faim. Il décida de revenir chez son père, de lui demander pardon et d’être compté parmi ses serviteurs à gage.

Le père avait été très peiné du départ de son fils et il espérait toujours son retour. Le voyant venir de loin, il courut à sa rencontre, l’embrassa et, sans lui laisser le temps de parler, il fit un grand festin et le réintégra dans sa famille.

La Vérité centrale et essentielle de cette parabole :

« Ce fut l’une des paraboles les plus émouvantes et les plus efficaces que Jésus présenta pour bien faire comprendre à ses auditeurs la bonne volonté du Père à recevoir ceux qui cherchent à entrer dans le royaume des cieux. » 169:1.14 (1853.1)

Il en dévoila lui-même la vérité essentielle : « On vous a enseigné que votre admission auprès de Dieu vient après votre repentir et comme conséquence de toutes vos œuvres de sacrifice et de pénitence, mais je vous assure que le Père vous accepte avant même que vous vous soyez repentis ». 169:1.3 (1851.1)

Le livre d’Urantia nous rappelle cette vérité centrale dans son premier fascicule : « Le Père Universel est le Dieu de toute la création, la Source-Centre Première de toutes choses et de tous les êtres. Pensez d’abord à Dieu comme à un créateur, puis comme à un contrôleur, et enfin comme à un soutien infini. » 1:0.1 (21.1)

« L’homme peut aussi mieux comprendre la nature divine s’il se considère comme un enfant de Dieu et s’il vénère le Créateur du Paradis comme un vrai Père spirituel. » 2:0.1 (33.1)

Envolée d’imagination spéculative :

Cette parabole de l’Enfant prodigue, récit de prédication de Jésus, peut donner lieu à plusieurs « Envolées d’imagination spéculative ». J’ai donc été tenté de faire l’une d’elles, en me posant la question suivante, transposant la parabole dans les situations sociale et familiale actuelles : Serions-nous en présence d’une parabole sexiste inutilisable aujourd’hui ?

J’ai posé cette question à ma compagne. Elle m’a reproché d’employer mon temps à des réflexions futiles. Elle me confirma qu’elle-même saisissait fort bien le message de Jésus dans cette histoire d’un père et de ces deux fils : Le père qui y est représenté c’est Dieu lui-même, notre Père, qui n’a pas que deux fils! Ses fils sont innombrables, ce sont tous les humains de l’Univers qu’ils soient femmes ou hommes, filles ou garçons!

Cette parabole a été conçue dans le contexte familial et social hébreux du temps de Jésus, vouloir la sortir de ce contexte c’est lui enlever le message, la pensée centrale et essentielle qu’elle contient.

Cette parabole était la favorite de Jésus!

  1. La parabole des talents
    (« Voilà le chemin » des croyants vers le royaume spirituel.) 148:6.10 (1664.2)

Mise en contexte : L’après-midi du mardi avant la Pâque, alors que les apôtres revenaient à leur camp de Gethsémani, Jésus leur annonça la destruction de Jérusalem et de son temple. Il leur rappela à nouveau son départ imminent vers son Père. Il leur reprocha leur concept du royaume.

La destruction du temple de Jérusalem qui leur apparaissait indestructible amena les apôtres à conclure à l’éventualité de catastrophes, de guerres et même de la destruction du monde. Quant au rappel du départ de Jésus vers son Père il les plongea dans une inquiétude et une insécurité profondes.

Le soir venu, les apôtres et quelques disciples, désirant plus de clarté, se réunirent autour d’un feu de camp. Thomas s’adressant alors à Jésus lui demanda : « Puisque tu dois revenir pour achever l’œuvre du royaume, quelle sera notre attitude pendant que tu seras absent ? » 176:3.1 (1916.1).

Jésus constata, une fois de plus, que ses apôtres n’avaient pas compris la nature spirituelle du royaume auquel il les invitait. Il les regarda à la lumière du feu et il répondit à Thomas : « Même toi, Thomas, tu ne réussis pas à comprendre ce que j’ai dit. Ne vous ai-je pas constamment enseigné que votre lien avec le royaume est spirituel et individuel, qu’il est entièrement une affaire d’expérience personnelle dans l’esprit, en réalisant, par la foi, que vous êtes fils de Dieu ? Que dirai-je de plus ? » 176:3.2 (1916.1)

Il ajouta :

  • Que la chute des nations, la destruction des Juifs incroyants, ou la fin du monde ne concernaient pas ceux qui ont opté pour le royaume spirituel ;
  • Que la vie éternelle était assurée à qui a la foi, une foi vivante, qui manifeste de plus en plus les fruits de l’esprit divin…

De tous les discours qu’il fit à ses apôtres, ce fut ce discours-là qui les jeta dans la plus grande confusion. Constatant cela, Jésus leur demanda de le laisser leur raconter une parabole, celle des talents.

Bref rappel de la parabole des talents :

Cette parabole étant fort connue, en voici une brève présentation :

« Un maître, s’absentant au loin, confia ses biens à ses serviteurs qui devaient lui rendre des comptes à son retour. A l’un il confia cinq talents, à un autre deux talents, à un troisième un talent.

Les deux premiers doublèrent la mise par leur travail. Ils furent félicités et promus. Peu importe que le profit fut de deux ou de cinq talents. Chacun avait fait fructifier selon les dons reçus et selon ses capacités. Les félicitations ne se fondaient pas sur le profit du maître mais sur le travail de chacun, à sa mesure.

Le troisième serviteur n’avait rien fait et avait enfoui son talent. Il avait eu peur ou plutôt il justifiait sa paresse par la rigueur de son maître. Il fut blâmé de n’avoir rien fait. Si avec son talent, il avait produit un second talent, un seul, il aurait eu les mêmes félicitations que les deux premiers… »

Cf. La parabole des talents. Texte de la Bible. Nouveau Testament.

La Vérité centrale et essentielle de cette parabole :

Même après sa réponse à Thomas, même après son récit des talents, Jésus apporta des précisions élaborées sur le sens profond de cette parabole. Voici l’un des extraits qui répondent à la question de Thomas et aux préoccupations de ses apôtres :

« On ne peut rester stagnant dans les affaires du royaume éternel. Mon Père demande à tous ses enfants de croitre en grâce et dans la connaissance de la vérité. Vous, qui connaissez ces vérités, devez produire l’accroissement des fruits de l’esprit et manifester un dévouement croissant au service désintéressé de vos compagnons qui servent avec vous. Souvenez-vous que, dans la mesure où vous servez le plus humble de mes frères, c’est à moi que vous rendez service. » 176:3.5 (1917.2)

« C’est ainsi que vous devriez vous occuper des affaires du Père, maintenant et désormais, et même éternellement. Persévérez jusqu’à mon retour. Exécutez fidèlement la tâche qui vous est confiée, et vous serez alors prêts pour le règlement de comptes qui accompagne l’appel de la mort. Ayant ainsi vécu pour la gloire du Père et la satisfaction du Fils, vous entrerez avec joie et un plaisir extrême au service éternel du royaume perpétuel. » 176:3.6 (1917.2)

Envolée d’imagination spéculative :

Cette parabole ne se prête pas à une envolée spéculative. Mais elle m’a antérieurement causé un certain malaise : pourquoi était-ce celui, et lui seul, qui n’avait reçu qu’un seul talent et qui n’était pas parvenu à en produire un autre talent qui fut si durement traité par son maître ? Il a fallu que je me rappelle, enfin, que notre Père des cieux, infiniment bon et infiniment équitable ne nous juge pas d’après les talents reçus, mais d’après ceux que nous accumulons par notre service auprès de Ses enfants, nos frères et sœurs!

Trois jours avant son départ, le Maître présenta cette parabole à ses apôtres afin de les soutenir dans la grande épreuve qui les attendait. Il répondait ainsi, à la question : « Que devrons-nous faire quand tu seras parti ? »

Jésus tentait de dire ainsi aux apôtres et par la suite à chacun des croyants : « Voilà le chemin! »

Si…

Si seul tu es, pense à Celui qui Est
Si fatigué tu te sens, bois la source,
Fraîche de l’Espoir et de l’Energie Lumière
qui est Partout…

Si tu sens le Temps peser sur tes années,
Pense à l’Immensité du Paradis
Où le temps n’a pas d’importance.

Si tu te sens exilé parfois parmi les humains
Qui ne pensent qu’à vivre
Sans réfléchir à la Vie,
Laisse la Vie dérouler son programme
Et repose ton âme à la Source
Du Futur qui s’accomplit.

(Anne-Marie RONFET)

Mot de la présidente

Line St-Pierre
president@urantiaqc.org

« Mais la vraie religion est un amour vivant, une vie de service. » 100:6.5 (1100.7)

Bien souvent quand je fais de la recherche et que je trouve des pensées et des textes inspirants, je les archive dans un fichier sur mon ordinateur jusqu’ au moment opportun ou je pourrai les utiliser!

De chercher la vérité est chose relativement facile à faire, de la vivre et de la partager en est une autre ; alors voici le texte d’une présentation que Bill Sadler Jr, fils du docteur Sadler a faite, alors qu’il se déplaçait pour rencontrer les lecteurs dans les groupes d’étude aux États-Unis, les encourageant à partager sur leur compréhension des enseignements en s’engageant dans la société.

« Montrez aux gens que vous les aimez. Soyez gentil avec eux. Soyez expressif de vos sentiments d’amitié. Je pense qu’il est presque immoral de cacher l’affection qu’un individu a pour un autre ; il y en a si peu dans le monde. Bien sûr, vous devez être aimable dans votre expression, ou vous pourriez offenser, mais si vous aimez les gens, montrez-leur que vous les aimez. Dites-leur que vous les aimez. Si vous avez de l’amour, n’en faites pas un secret. Qu’est-ce que Jésus a dit à propos de la ville située sur une colline ? Il est difficile de la camoufler. Si vous avez des sentiments, répandez-les.

Je pense qu’ici, nous devons regarder comment Jésus agissait, afin d’avoir un modèle. Vous rappelez-vous à Pella, au campement, il n’a jamais dit aux apôtres comment enseigner. Il a laissé chacun enseigner selon son entendement de l’évangile et puis, dans la soirée, il harmonisait leurs enseignements. L’unité dans la diversité.

Ce livre n’est pas une religion. Ce livre est une cosmologie, une philosophie, une métaphysique, une théologie. Tout ce qui est dans la langue écrite n’est pas une religion; c’est intellectuel. Cela devrait être très, très clair.

Tout d’abord, soyez vous-même, soyez de bonne humeur! Que diable! Sachez ce que vous faites. Soyez diligent, soyez patient, soyez philosophique. C’est mon concept de la façon de travailler, non seulement dans la dissémination de ce livre, mais je pense que chacun de nous devrait travailler pour le Patron au service des enfants du Patron. »

Sadler Jr soutient l’importance d’entrer en contact avec les gens, d’ouvrir son cœur et de les aimer. Il encourage chacun à faire briller leur lumière et à respecter la façon dont chaque étudiant comprend et transmet les enseignements. Rien dans ce qui est écrit n’est dogmatique, le livre devient vivant par le partage de la personnalité qui est ce don du Père, notre originalité qui en fait un cadeau unique à l’humanité.

La transformation qu’apportent les enseignements du Livre d’Urantia confirme bien que Dieu nous a trouvés et Il souhaite qu’on le révèle.

« Le désir religieux est une quête avide de la réalité divine. L’expérience religieuse est la réalisation de la conscience d’avoir trouvé Dieu. Et, quand un être humain trouve Dieu, le triomphe de sa découverte fait éprouver à son âme une effervescence tellement indescriptible qu’il est poussé à rechercher un affectueux contact de service avec ses compagnons moins éclairés, non pour révéler qu’il a trouvé Dieu, mais plutôt pour permettre au débordement de la bonté éternelle qui surgit dans son âme de réconforter et ennoblir ses compagnons. La religion réelle mène à un service social accru. » 102:3.4 (1121.6)

L’honnêté intérieure…

Margarita Nino
Montréal

La clé pour accéder au joyeux royaume du Père, c’est la décision absolument personnelle, intérieure et honnête de vivre selon la volonté de Dieu.

Examinons les conditions d’une telle décision…

Qu’elle soit personnelle et intérieure signifie que c’est une décision qui doit être prise par chacun, sans intervention d’un autre. Sans intervention d’église, de ministre, de parents, d’amis. Sans intervention d’un maître qui nous dicte les mots que nous devons adresser à Dieu, ou qui surveille notre comportement afin de savoir si nous sommes ou ne sommes pas conséquents avec ce qu’il pense ou que c’est une vie consacrée à accomplir le plan divin.

Nous pouvons écouter des enseignements et recevoir des conseils, mais quand il s’agit de « décider », notre volonté est la seule responsable. Cette décision doit se prendre de façon totalement libre et consciente. Notre engagement doit être d’origine entièrement intérieure, et toujours rester comme ça jusqu’à la fin de nos jours.

L’effort accompli pour réaliser ce compromis va faire une marque — sur notre façon d’être et de vivre. C’est cette façon de vivre qui permettra aux autres de reconnaitre qu’à ce moment précis, nous sommes citoyens du Royaume.

L’honnêteté intérieure, c’est notre désir de vivre de façon vraie, selon la volonté du Père, né de notre amour pour lui.

Dans ces circonstances, notre amour du Père est né de notre volonté, de façon totalement libre et personnelle. Ceci se produit lorsque nous connaissons les enseignements et la vie de Jésus, aidés par le divin éclat intérieur qu’est le Père même, habitant silencieux de notre esprit ; en étant toujours dans l’attente de l’arrivée de ce moment, qui marquera le commencement de notre carrière de vie d’ascension vers l’infini.

Nos imperfections et nos erreurs du passé n’importent pas. Ce qui importe c’est seulement la présence de notre volonté à aimer notre Père, de façon totalement libre — et la profonde vérité de ce désir.

Essayons de faire ceci avec nos aides divins, qui sont toujours à la portée de l’esprit sincère.

Thématique de mai!

Normand Laperle
Rédacteur en chef

« Comment participer à l’amélioration de notre société ? » C’était le sujet de la thématique qui a eu lieu à Drummondville le dimanche 28 mai 2017.

Cette thématique était différente de ce que nous sommes habitué, en ce sens qu’elle était entièrement préparée et organisée par des femmes.

En avant-midi — animé par notre présidente Line St-Pierre — nous avons pu entendre les discours d’Isabelle Lefebvre, suivie de Chantal Chartier et de Line St-Pierre. Le temps qui restait avant d’aller dîner a été rempli par les interventions improvisées de Francine Fortin et Colette Gadessou (du Bénin) de passage au Québec et au Canada.

La période de discussion, en après-midi, était animée par Marc Belleau. Il a fait un travail remarquable. Pas évident d’animer une sale complète de 32 personnes…

Bravo à tous les participants! Il y avait plein de réactions positives. C’est réussi.

*****

J’ai pris des notes dans le but de vous faire un compte rendu de ce qu’il s’est dit durant cette journée. Mais avant tout, je choisis de parler d’un autre sujet.

La participation des femmes.

Pour moi, ça a été une thématique sur la participation des femmes.

Vous nous avez manqué, mesdames! Vous n’avez rien à envier aux hommes. Votre message est plus que pertinent et très important.

Parlez!

En ajoutant votre discours à celui des hommes, un équilibre s’installe. Sentez-vous l’importance d’installer cet équilibre ? Ça fait tellement de bien…! Tant que vous ne parlerez pas, nous ne vous connaitrons pas, et l’installation de cet équilibre devra attendre. Ne pensez même pas une seconde que vous n’êtes pas importante. Nous avons besoin de ce que vous avez à dire. Nous avons besoin de votre discours. Nous avons besoin de vous.

« Nous » étant la société à tous les niveaux.

Sortez de l’ombre

C’est fini le temps où la femme évolue dans l’ombre et en marge de la société. Ne vous placez pas à côté. Participez au réveil mental, moral et spirituel. Osez gravir une marche dans votre potentiel. Vous méritez votre place autant que n’importe qui.

Faites-vous connaitre. La société ne devinera pas vos pensées spirituelles et morales tant que vous ne les partagerez pas… en public. « Nous » avons besoin de vous. Vous nous faites du bien, par vos discours, par ce que vous êtes.

Vous avez une évolution qui vous est propre. « Nous » avons tout à gagner à vous connaitre davantage, et à tendre dans votre direction.

*****

Quelques petites phrases entendues et notées

« L’océan est fait de petites gouttes… » « Il faut travailler ensemble. » L’immensité du collectif dont nous faisons partie. Notre participation compte autant qu’un autre. — « Les jeunes sont très inspirants. Ils ont soif de vérité. » L’éducation. Leur apprendre à formuler clairement leur pensée par eux-mêmes, à vivre avec les autres, à être bien dans (et en contrôle de) son intérieur, à agir avec sagesse, à s’aimer et s’accepter les un et les autres ‘tels que nous sommes’. — « Tout part de nous. Il faut travailler avec nos forces, nos qualités. » Tout commence par ce que je veux « être » (donc devenir) ; ensuite, mon « faire » (l’action) va s’ajuster automatiquement. Il ne faut pas travailler sur ce qu’on ne veut pas (l’aspect destructif à enlever) ; il faut uniquement travailler sur ce qu’on veut (l’aspect constructif à ajouter). — « À tout moment, Dieu est dans ma vie. » « C’est important d’être conscient que Dieu est en nous. » « Dieu inspire mon âme. » En étant conscient d’être habité, c’est beaucoup plus facile à savoir ce qu’il faut faire. Ça débouche sur un partenariat conscient, et un plaisir d’être ensemble. — « Nous les Hommes, nous aimons travailler en dehors de Dieu. Ça ne marche pas! » « On ne peut pas tasser Dieu de notre vie. » Sans commentaire, tellement c’est évident. — « Ne pas attendre la perfection avant d’agir. » « J’ai besoin d’être dans le service. » Est-ce que la perfection existe ? On met l’accent sur nos atouts et on avance vers ce qu’on veut atteindre dans la vie. L’évolution, c’est beau à voir. Nous ne sommes pas seuls. Nous sommes tous des chercheurs de vérité. — « Le spirituel nous réveille, nous allume. » « Équilibrer l’humain et le divin à l’intérieur de nous. » Atteindre la sagesse et équilibre. Nous avons plein d’aides intérieurs pour évoluer en sagesse. C’est surtout dans l’action qu’on le découvre.

J’en aurais d’autres de ces belles pensées transmises durant la thématique, mais je n’ai pas de place pour en mettre davantage.

*****

Maintenant, ce sont nos jeunes que nous avons besoin d’entendre… Il faut tout faire pour s’associer avec eux. « Nous » avons besoin d’eux.

Les paraboles à la manière de Jésus…

Paul-Yvan Deléglise
L’Ancienne Lorette, Québec

Tôt, ce dimanche matin, Jésus se rendit au bord de la mer de Galilée. Il s’assit dans l’embarcation qui lui était réservée. Vers dix heures à peine, environ un millier d’habitants de Capharnaüm et des villages voisins s’étaient déjà assemblés près de lui. A Pierre, qui s’apprêtait à haranguer la foule, Jésus dit : « Non Pierre, je vais leur conter une histoire » 151:1.1 (1688.3)

  1. La parabole du Semeur

Ce fut « vers cette époque que Jésus se mit à utiliser, pour la première fois la méthode des paraboles pour enseigner la multitude » 151:1.1 (1683.30). Ce matin-là, Jésus raconta la Parabole du Semeur.

Le soir venu, lorsqu’ils se retrouvèrent entre eux, les apôtres étaient fort perplexes. Mathieu dit à Jésus : « que signifient ces paroles obscures… que tu offres à la foule qui recherche la vérité ? » 151:1.3 (1689.1)

Les apôtres ne pouvant s’entendre sur l’interprétation de la parabole se divisèrent en deux groupes autour de Pierre et de Nathanaël, sans parvenir à concilier leurs opinions divergentes.

La Vérité centrale et essentielle
de cette parabole :

Interrogé, Thomas avoua son désaccord avec chacun des deux groupes. La preuve que j’ai raison résulte pleinement du fait que nous étions tous en communion de pensée il y a une heure. Il rappela la recommandation du Maître en disant « Nous devons choisir l’histoire qui illustre le mieux la seule vérité centrale et essentielle que nous voulons enseigner au peuple. » 151:2.5 (1690.3)

Les apôtres se réjouirent de ce point de vue. Quant à André, il exprima le désir de connaître l’interprétation de Thomas. Jésus donna la parole à Thomas. « Mes frères, je ne désirais pas prolonger cette discussion, mais, puisque vous le souhaitez, je dirai que je crois que la parabole a été racontée pour nous enseigner une seule grande vérité, qui est la suivante : Si fidèlement et si efficacement que nous exécutions nos missions divines, la réussite de notre enseignement de l’évangile du royaume ne sera pas uniforme, et toutes ces différences de résultats proviendront directement des conditions inhérentes aux circonstances de notre ministère, conditions sur lesquelles nous n’avons que peu ou pas de contrôle. » 151:2.6 (691.1)

Jésus félicita Thomas pour son intervention qui venait de réconcilier les apôtres. Puis il ajouta que les interprétations de Pierre et de Nathanaël étaient malgré tout fort utiles parce qu’elles montraient le danger de vouloir expliquer tous les éléments secondaires d’une parabole, car une telle façon de faire transforme les paraboles en allégories.

Beaucoup d’autres considérations furent ensuite ajoutées par Jésus relativement à l’usage et l’utilité des paraboles, par exemple, le fait que en s’exprimant ainsi l’on évitait les interprétations malveillantes, sans pour autant nuire à la saisie du message destiné aux personnes en recherche sincère de la vérité.

Envolées d’imagination spéculative :

Étonnamment, Jésus a alors reconnu comme souvent profitable ce qu’il a appelé les « envolées d’imagination spéculative » 151:2.7 (1691.2) portant sur les éléments secondaires contenus dans les paraboles. A la condition expresse de ne pas les incorporer dans l’enseignement à la foule.

Avant d’aller se reposer pour la nuit, ce soir-là, les apôtres prirent plaisir à s’aventurer dans certaines « envolées d’imagination spéculative » sur la Parabole du Semeur! « Par la suite ils essayèrent souvent entre eux de déchiffrer les paraboles du Maître comme ils l’auraient fait d’une allégorie, mais jamais plus ils ne prirent ces spéculations au sérieux. Ce fut une session très profitable pour les apôtres et leurs associés, d’autant plus qu’à partir de ce moment-là, Jésus introduisit de plus en plus de paraboles dans son enseignement public » 151:2.8 (1691.3)

Suite le mois prochain : Deux autres paraboles vont suivre

Le clin d’oeil de Jésus…

Michel de Lorimier
Montréal

Après avoir tâtonné pendant des années dans les religions institutionnelles, l’ésotérisme et le paranormal, j’ai découvert le « Livre d’Urantia ». Ou plutôt, c’est lui qui m’a trouvé, en 1982. J’avais enfin les réponses à mes questions, de façon divine, cohérente et totale, grâce à la cinquième grande Révélation.

J’ai résolu alors de lire systématiquement ce livre sublime. J’ai décidé de lire une (1) section par jour, celui-ci correspondant à un numéro de la Table des matières détaillée du « Livre d’Urantia ».

Je mets donc quatre ans (1 445 sections/365 jours = 4 ans) pour une lecture complète. Cette année, j’entreprends ma neuvième (9) lecture de cette communication suprême. Chaque relecture vient consolider, approfondir mes connaissances, les éclairer d’un jour nouveau ou me surprendre par un aspect inédit, une découverte qui me saisit tout à coup.

Une des sections du « Livre d’Urantia » qui m’a le plus impressionné est celui intitulé « Tandis que Jésus passait » (fasc. 171:7). Il faut lire et relire ce chapitre, s’en imbiber et en transposer la teneur dans sa vie. Tous ceux qui veulent agir en faisant la volonté de l’Ajusteur de pensée en eux peuvent sans se tromper faire du bien « en passant », à la manière du Maître.

Et justement, dernièrement, j’ai lu le fasc. 167:1 dans lequel il est question d’un homme hydropique (œdème) qui désirait secrètement être guéri par Jésus. Le Maître lui sourit avec bienveillance, lui fit un clin d’œil significatif, puis le guérit.

Ce clin d’œil est extraordinaire! Il veut tout dire : la compassion tacite du Seigneur, son amour du prochain, sa compréhension fondamentale des désirs profonds du croyant et son respect absolu pour toute créature de Dieu digne de Le trouver un jour.

Ce clin d’œil, d’une durée de moins d’une seconde, a valeur d’éternité.

Mot de la présidente…

Line St-Pierre
president@urantiaqc.org

Le 6 avril dernier, veille de la mort de Jésus il y a près de 2000 ans, une nouvelle institution, le souper du souvenir a pris racine dans nos demeures et se répétera chaque année à pareille date chez de nombreux chrétiens sur la planète, et chez beaucoup d’étudiants du Livre d’Urantia.

Cette suggestion nous fut apportée par de fervents serviteurs de la Révélation aux États-Unis et a trouvé preneur dans des centaines de foyers à travers le monde le jeudi 6 avril 2017, où chacun s’est remémoré cette exhortation de Jésus, alors qu’il nous demande de se souvenir de lui lorsque nous nous regroupons en sa mémoire. « Le souper du souvenir est le rendez-vous symbolique du croyant avec Micaël » et Jésus poursuivit : « Quand vous ferez ces choses, souvenez-vous de la vie que j’ai vécue sur terre parmi vous, et réjouissez-vous du fait que je vais continuer à vivre sur terre avec vous et servir par vous. » 179:5.7 (1942.6)

Dans cette édition, vous pourrez lire les témoignages d’étudiants du Québec qui ont bien voulu partager leurs impressions du Souper de la souvenance auquel ils ont participé.

Le dimanche 28 mai, à l’Hôtel Le Dauphin de Drummondville, je vous invite à une rencontre fraternelle ayant pour titre : « Comment participer à l’amélioration de notre société ». Vous serez accueillis dès 9h30 et nous débuterons les présentations à 10h. Des étudiantes du Livre d’Urantia ont été choisies pour vous livrer le fruit de leur réflexion sur le sujet.

L’après-midi sera réservée aux commentaires, partages et discussions pour se terminer à 16h. L’entrée est laissée libre.

Inviter votre conjointe, votre conjoint ou la personne qui est la plus près de vous et qui connaît votre intérêt pour la spiritualité. On ne sait jamais qui peut être touché par l’esprit! Les actions sont à nous, les conséquences à Dieu.

Au plaisir de vous y rencontrer!

Le dernier souper du Maître…

Gilles Bertrand
Québec

Ce jeudi 6 avril 2017 nous avons accepté, Louise et moi, de recevoir un petit groupe d’amis à la maison pour commémorer cet événement particulier qu’est la dernière scène, sachant qu’à travers le globe nombres de personnes exécutaient la même symbolique, c’est-à-dire le rappel de la vie de Jésus (Micaël).

Pour moi, cet exemple de vie à faire la Volonté de Dieu vaut tous les ouvrages qui veulent nous enseigner le bon ou le droit chemin à parcourir pour mener à bien notre destinée. 7 personnes se sont donc réunies autour d’une table en dégustant simplement un repas après la lecture du fascicule 179 du Livre d’Urantia, décrivant le dernier souper de Jésus sur terre.

On avait pensé à prendre quelques clichés souvenirs, caméras et trépied fins prêts pour une séance de photographie de groupe mais l’atmosphère intense de sérieux, de mystère, de sensibilité pour souligner à notre façon l’importance de cette réunion, nous a fait oublier ces choses secondaires. Donc, on a omis ce jour-là, de prendre les photographies d’usage, pour tous se concentrer sur un échange de discussion amicale qui nous a donnée 5 heures de partages émouvants d’amour et de bien-être.

C’était une première pour nous de se rassembler ainsi et avons l’intention de réitérer l’expérience. Pas nécessairement de la même manière, pas nécessairement avec les mêmes personnes présentes ce jour-là, mais pour garder vivant à notre mémoire humaine et divine ces images et pensées que le Christ Micaël a bien voulu nous donner. Nous avons tous levé nos verres en l’honneur de cet événement et de tous les Esprits présent.

Je suis vraiment en gratitude de recevoir tant de bénédictions comme mortel de cette planète et je souhaite encore perpétuer cette grâce de se réunir à tous les ans et peut-être qu’un jour cette tradition va se perpétuer éternellement.

Là où, deux ou trois personnes qui se réunissent en ton nom, ton Esprit Micaël, se trouve au milieu de nous.

Commémoration du souper de la souvenance…

Louise Renaud
Québec

Ce souper du souvenir fut quelque chose d’unique dans ma vie parmi toutes les expériences religieuses et spirituelles que j’ai vécues.

Nous étions sept à ce souper et nous avons convenu de faire la lecture du fascicule 179 du Livre d’Urantia. En y réfléchissant nous étions jeudi soir le 6 avril 2017 et Jésus institua ce seul cérémonial le soir d’un jeudi 6 avril de l’an 30, donc cela fait 1987 ans que Jésus nous a envoyé cette invitation!

En relisant ce fascicule je cherche le pourquoi de cette cérémonie et j’en trouve plusieurs raisons, mais celle qui m’attira en premier et qui m’interpella le plus est celle-ci : « Maintenant le maître instituait un nouveau souper du souvenir, symbolisant la nouvelle dispensation où l’individu asservi émerge de l’esclavage du cérémoniel et de l’égoïsme, et accède à la joie spirituelle de la fraternité et de la communauté des fils de Dieu vivant et libéré par la foi. » 179:5.2 (1942.1)

Pour ma part j’ai appris, j’ai expérimenté que la foi est vraiment libératrice jusqu’à sept niveaux différents et que la vraie foi vivante peut nous transformer en ce sens que toute notre (ma) vie devient nouvelle. Le livre bleu nous dit : lorsque notre croyance a atteint le niveau de la foi quand elle motive la vie et façonne la manière de vivre et bien voilà beaucoup de choses commencent à changer dans nos vies personnelles. À partir du moment où nous choisissons le chemin qui nous est présenté par Jésus et que nous désirons le suivre ardemment, tout change et je ne vois plus mon semblable du même œil. Quelque chose s’est « éveillé » en moi, c’est ça la nouvelle naissance que Jésus parlait!

Il faut être né de nouveau pour vivre et comprendre les choses de l’Esprit.

Puis un peu plus loin dans la lecture on nous dit que Jésus parlait en ayant recours à des paraboles et des symboles. C’était impératif pour lui, il cherchait à empêcher des générations successives de l’humanité de cristalliser son enseignement, et de par ce fait d’immobiliser ses significations spirituelles « par les chaînes mortes des traditions et des dogmes. » 179:5.4 (1942.3)

Malheureusement c’est exactement ce que plusieurs générations dans le passé ont vécu et subirent, dont mes grands-parents ainsi que mes parents et moi-même. Mais voilà je me suis rebellée bien jeune vers 17 ans et j’ai osé changer tout cela, et bien entendu à ma grande joie et à mon grand bonheur!

Un peu plus loin, le livre nous dit encore et insiste sur ce point : « Il [Jésus]ne souhaitait pas détruire par l’établissement d’un cérémonial précis le concept individuel de la communion divine, et ne voulait pas non plus limiter l’imagination spirituelle des croyants en la paralysant d’une manière formelle. » 179:5.4 (1942.3) Mais bien au contraire : « Il cherchait plutôt à libérer l’âme humaine née à nouveau, afin qu’elle prenne son envol sur les ailes joyeuses d’une liberté spirituelle nouvelle et vivante » 179:5.4 (1942.3)

Il me faut bien réfléchir, cette liberté spirituelle m’est venue par ma foi en Jésus et son message. Cette croyance qui s’est transformée en moi peu à peu en foi vivante, je l’expérimentais, je la vivais entouré de personnes qui, comme moi, désiraient vivre cette nouvelle vie. Donc la partie divine en moi (mon Ajusteur de pensée) et moi-même avec mon libre arbitre, nous avons fait naître mon âme qui était en attente (embryonnaire). Je crois que ce que j’ai osé changer dans ma vie, la bible appelle cela « le vieil homme ». Voici tout est nouveau, une Louise nouvelle dont l’âme grandit en expérimentant ces réalités spirituelles.

Le plus beau cadeau que Micaël nous a laissé est son esprit de vérité qui nous guide, nous inspire, nous console chaque jour lorsque nous voulons bien entrer en communion avec lui. Le souper du souvenir est « le rendez-vous » pour nous les croyants. Vraiment il faut y porter attention, prendre conscience que Jésus est effectivement présent, et son esprit fraternise avec le fragment intérieur de son Père qui habite en chacun de nous.

Adhésion AUQ 2017

Marc Belleau
tresorier@urantiaqc.org

L’année 2017 est déjà bien entamée et j’aimerais rappeler à ceux qui ont oublié de payer leur adhésion à l’Association Urantia du Québec qu’ils peuvent encore le faire en envoyant un chèque à l’adresse suivante : Association Urantia du Québec, 569 Francine, Ste-Sophie, QC, J5J 2H7. Vous pouvez aussi vous rendre sur le site web de l’AUQ (http://urantiaquebec.ca/devenir_membre.php) et payer en utilisant le site PayPal ; vous n’avez pas besoin d’avoir un comte pour utiliser cette méthode. Le coût de l’adhésion est de 60 $.

Si le cœur vous en dit, faites un don pour le maintien des projets de l’AUQ. La publication du mensuel Réflectivité, la traduction du Tidings et du journal de l’Association Urantia International en langue française sont des projets dignes d’être soutenus. Ces infolettres vous permettent d’être en contact avec des lecteurs du Québec et de partout dans le monde. Par leur seule lecture, vous vous enrichissez de la réflexion et de l’expérience de lecteurs appartenant à des cultures diversifiées. C’est aussi un bon moyen de partager votre vie intérieure avec votre communauté. L’Association a aussi pour mandat de propager la révélation ; elle le fait par l’envoi de livres à l’étranger. Ce programme permet à des gens qui n’en ont pas les moyens financiers de lire le livre d’Urantia, de former des groupes d’études et de faire progresser la révélation. Il est important de créer et de soutenir la formation de ces groupes d’étude partout à travers le monde afin que puisse advenir l’ère ou le livre d’Urantia sera accepté à l’échelle planétaire. Le rôle de notre association est d’aider, de stimuler et de provoquer les lecteurs d’aujourd’hui et ceux de demain durant leur parcours spirituel sur terre. Sans votre aide cela ne se fera pas. Personnellement, j’aimerais que les lecteurs de demain aient la même chance que nous avons de faire partie de cette grande et belle communauté. L’Association Urantia du Québec nous survivra tous et elle continuera à accueillir des milliers de futurs lecteurs à condition que nous fassions notre part. Il n’y a pas de plus belle raison de soutenir notre association.

Une rencontre très spéciale…

Éric Martel,
Groupe Découverte de Ste-Sophie

Il y’a quelques jours, l’hôte de notre groupe d’étude a eu la bonne idée de nous inviter à une rencontre très spéciale. Nous réunir le jeudi 6 avril pour commémorer le dernier souper de Jésus avec ses apôtres. L’idée m’a plus immédiatement. En tant que lecteur du Livre d’Urantia, j’ai fait partie de trois groupes d’études différents. Chaque rencontre a été stimulante et enrichissante. Mais cette fois-ci, en me rendant à la rencontre, je sentais qu’il y avait quelque chose de très différent. On n’allait pas seulement se rencontrer pour étudier et partager sur les enseignements du Livre. On allait commémorer, se rappeler, le dernier souper que Jésus ait pris sur Terre et lui dire merci pour son effusion et son legs.

Un moment de recueillement pas comme les autres.

Au début de chaque rencontre régulière à laquelle nous participons, nous prenons environ une minute pour nous recueillir et se mettre dans une bonne disposition du mental et de l’esprit. Je ne peux parler au nom des personnes présentes autour de la table, mais j’ai ressenti une atmosphère solennelle lors de ce moment de recueillement. Notre hôte était fébrile et nous sérieux. On était là, tous ensemble, réunis pour communier et rendre grâce au Maître.

Il serait bon de noter que nous, les lecteurs du Livre d’Urantia du Québec, qui avons rejeté avec raison l’Église institutionnelle et ses rites lourds et fastidieux, nous avons aussi, je crois, perdu un certain sens du sacré et de communion (union profonde), de groupe avec Dieu. Jésus à son époque, nous a montré que les rites, les prières répétitives, les beaux vêtements, le statut social ne sont pas des substituts au désir sincère de faire la volonté de Dieu et de la prière d’adoration. Nous avons l’habitude, individuellement, de parler à Dieu, de lui demander force et sagesse, de lui rendre grâce en silence, mais, lorsqu’on est en groupe, on ressent une gêne ou un malaise. Comme si nous avions peur de revenir en arrière dans une religion de rites stériles. Jésus n’a offert ou demandé aucun rite ou prière précise à faire quotidiennement. La seule exception est qu’il inaugura le Souper du Souvenir.

L’institution du souper du souvenir

« Le Maitre instituait un nouveau souper du souvenir, symbolisant la nouvelle dispensation où l’individu asservi émerge de l’esclavage du cérémonial et de l’égoïsme, et accède à la joie spirituelle de la fraternité et de la communauté des fils du dieu vivant libérés par la foi. » 179:5.2 (1942.1)

Après nous être recueillis en silence, nous avons lu, entre autres, les passages du Livre sur le lavement des pieds des apôtres par Jésus et avons réfléchi et échangé sur les significations de cet enseignement. Combien il est futile de rechercher les honneurs. Que pour être grand dans le royaume, il faut devenir le serviteur de tous. Nous avons également partagé sur les aspects de la personnalité de Jésus qui nous attiraient le plus. Un peu plus tard, nous avons rompu le pain et partagé le vin en souvenir du Maître. Nous avons discuté des effets de son effusion, sur notre monde : ses enseignements qui ont survécu dans la bible, l’Esprit de Vérité qui nous a été donné ainsi que l’effusion des Ajusteurs de pensée. Nous nous sommes demandé : que serait devenue Urantia s’il n’était pas venu ? Ce n’est probablement que rendu sur les mondes des maisons que nous pourrons réaliser, vraiment réaliser, ce qu’Il a fait pour nous et notre monde.

La dernière heure passée ensemble a été décontractée. Nous avons parlé de nos expériences personnelles. Du ministère des anges dans nos vies et avons ri, beaucoup ri.

Ce fût vraiment une belle soirée et nous avons convenu de nous réunir l’année prochaine à la même date.

« Quand le souper du souvenir est partagé par ceux qui croient au Fils et qui connaissent Dieu, son symbolisme n’a besoin d’être associé à aucune des fausses interprétations humaines et puériles concernant la signification de la présence divine, car, en toutes ces occasions, le Maitre est réellement présent. Le souper du souvenir est le rendez-vous symbolique du croyant avec Micaël. Quand on devient ainsi conscient de l’esprit, le Fils est effectivement présent, et son esprit fraternise avec le fragment intérieur de son Père. » 179:5.6 (1942.5)