Amsterdam, Congrès international de l’AUI 2018 Du 12 au 15 avril 2018

Robert Cadieux
Montréal

J’éprouve une sensation enrichissante d’assister à un congrès international des lecteurs du Livre d’Urantia.

Ce que j’aime, c’est l’atmosphère que je vis dans ces congrès.

Le dynamisme du mouvement Urantia est en progression sur notre monde et lorsqu’on participe à un congrès international, on le sent.

On peut percevoir l’enthousiasme. Rencontrer toutes sortes de personnes, de plusieurs pays. Des gens qu’on connait et qu’on ne rencontre que dans des occasions rares comme celle-là et d’autres qu’on commence à connaitre avec des discussions sur les sujets abordés au congrès et sur d’autres plans aussi.

C’est ce qui m’est arrivé au congrès d’Amsterdam du 12 au 15 avril, j’ai rencontré plusieurs personnes pour la première fois et j’ai eu des discussions enrichissantes.

J’ai rencontré le président de l’association française des lecteurs du Livre d’Urantia (l’AFLLU) avec qui j’ai eu de bons échanges ainsi que d’autres personnes francophones de France, de Belgique, de Suisse et du Sénégal.

J’ai eu des discussions enrichissantes avec Khatabe Ndiaye de Dakar, un des fils de Moussa, que plusieurs connaissent. J’ai réalisé combien l’étude du Livre en groupe d’étude au Sénégal est avancé. Ils ont intégré les enseignements à un niveau qui m’impressionne. Je vous décris ici le contenu d’une conversation que nous avons eu et qui m’a éclairée sur les niveaux de conscience dans notre expérience humaine. J’y ai ajouté des citations du Livre.

Notre corps physique, le véhicule avec lequel nous évoluons, avec lequel nous faisons nos expériences dans la chair mortelle, nous est donné pour le temps d’une vie. Il est fragile.

C’est avec ce véhicule que notre vie commence et que notre éveil à la conscience prend forme. Avec ce corps physique, notre personnalité surgit à la vie.

Nous passons par trois stades de réalité de la conscience.

D’abord, par le stade physique de compréhension de la matière et de notre environnement.

L’enfant naît et prend conscience des choses dans son environnement. Il touche, il sent, il goûte.

En même temps, il prend conscience de sa mère, de son père, de sa famille, de la communauté dans laquelle il vit et ensuite de la société dans laquelle il va évoluer et développer son caractère. C’est le stade des relations humaines ; les luttes de pouvoir, de l’argent et de l’équilibre qu’il devra acquérir.

Avec les relations humaines, se superpose le niveau des sentiments et des émotions. C’est le deuxième niveau où la personnalité prend conscience du sens moral ; des significations et des valeurs qui ont le potentiel de la survie.

C’est le moment où notre Ajusteur de Pensée arrive pour travailler avec notre mental.

Lorsqu’on perçoit les valeurs de l’altruisme et les relations de fraternité, on commence à percevoir qu’on peut donner en plus de recevoir. On perçoit instinctivement ce qu’est l’amour : le désir de faire du bien aux autres.

C’est à ce moment qu’on commence à devenir conscient du troisième niveau. Celui de la conscience de l’esprit.

Nous découvrons lentement la conscience de l’âme qui a valeur de survie.

C’est l’Esprit qui nous habite, en relation avec notre mental humain qui fait naitre l’âme.

En effet, on peut réaliser qu’il y a une présence spirituelle qui coordonne notre mental et nous pousse à prendre les bonnes décisions morales.

En même temps, notre personnalité a son libre arbitre qui fait que nous avons le choix de faire le bien qui nous est proposé par l’esprit qui nous habite ou d’y aller avec notre moi humain qui peut décider d’agir autrement. C’est la liberté de choix, le libre arbitre.

Lorsque nous terminons notre vie mortelle, notre vie dans la chair ; notre personnalité est transférée sur un niveau supérieur de continuité.

Cette réalité est tout à fait vraie et elle nous a été révélée par Jésus qui nous l’a démontrée lors de ses apparitions qui ont suivi sa mort physique. Voilà une réalité humaine et spirituelle sur laquelle on peut s’appuyer.

Lorsque nous passons du niveau moral à celui des valeurs spirituelles, on s’élève au troisième niveau de la conscience.

Lorsque quelqu’un décède, on peut anticiper la survie de sa personnalité.

Jésus a dit : (lors d’une discussion avec Nabon, un des chefs du principal culte des mystères à Rome, le culte mithriaque.)

« La vie humaine continue – survit – parce qu’elle a une fonction dans l’univers, la tâche de trouver Dieu. Animée par la foi, l’âme de l’homme ne peut s’arrêter avant d’avoir atteint ce but de la destinée et, quand elle a atteint ce but divin, elle ne peut plus prendre fin, car elle est devenue semblable à Dieu – éternelle. » 132:3.7 (1459.7)

Qu’est-ce qui qualifie la personnalité pour un potentiel de survie éternelle ?

Son libre arbitre. La personnalité est libre de prendre le choix des valeurs de survie.

La survie est un don du ciel, elle nous est offerte par notre Ajusteur de Pensée qui représente le Père en nous ; mais encore faut-il le vouloir. Il faut le décider.

Nous pouvons croire en la survie de la vie humaine ; et le mécanisme à utiliser pour se hisser dans la réalité de la vie éternelle, c’est notre foi. Et qu’est-ce que c’est que la foi ?

C’est notre outil spirituel, c’est un don du Père Universel qui nous permet d’atteindre la certitude personnelle de la vie éternelle.

« La foi est un attribut vivant de l’expérience religieuse personnelle authentique. » 101:8.1 (1114.5)

Et nous ici, nous avons la chance d’avoir été instruit de cela par la révélation. On nous dit :

« Pendant longtemps, vous emploierez la foi et vous dépendrez de la révélation si vous espérez avancer rapidement et surement. » 19:5.12 (221.2)

Ce sont ces trois niveaux de la conscience humaine qui nous préparent à la survie, qui nous rendent aptes de poursuivre notre carrière, du stade humain au prochain stade de progression vers la réalité spirituelle.

Après la mort physique et la résurrection, nous nous élevons vers les niveaux successifs de progression personnelle.

Si on pousse l’ouverture dans une réflexion plus avancée, on découvre que notre mental discerne la présence de l’esprit en nous.

Des fois, on appelle ça la conscience ou l’impulsion de faire la bonne chose. Le sentiment de faire ce qui est vrai ; la vraie bonne décision, la vraie bonne chose à faire.

Et cet Esprit, cette conscience, cette conscience de l’Esprit, c’est elle qui nous dirige et nous pousse à faire le bien.

Jésus disait que pour entrer dans le royaume des cieux, il nous faut naitre de l’esprit. Comprendre et accepter la présence potentiellement directrice de l’Esprit en nous.

On ne parle pas de la conscience ici. La conscience peut nous inciter à faire le bien :

« …car la conscience est réellement la critique de soi par notre propre échelle de valeurs, par nos idéaux personnels. » 100:1.5 (1094.7)

Alors que, l’Esprit qui vit en nous nous montre le chemin et l’Esprit de Vérité nous donne la conviction, nous fait savoir que cela est vrai.

Quand je me pose cette question : « Qu’est-ce qui me donne la vraie impulsion de la vitalité et de l’enthousiasme ? » C’est ma foi.

Ma foi, c’est le début de ma conscience spirituelle authentique.

C’est elle qui me donne la certitude de la survie, la certitude de la vie après la mort physique.

Voilà le contenu d’une conversation enrichissante avec cette personnalité lumineuse.

C’est pour vous dire combien j’ai aimé participer à ce congrès par les expériences que j’y ai vécues et l’enrichissement qu’elles m’ont apporté.

Je veux dire un mot aussi sur l’animation du congrès. Nos animateurs étaient le chanteur reggae Pato Banton et son épouse Antoinette Hall. Un souvenir joyeux et très efficace. Ils nous ont soutenu du début à la fin. Le samedi 14 avril, ils nous ont donné un spectacle joyeux et stimulant même du point de vue de la spiritualité musicale car Pato et Antoinette ont maintenant dédié et consacré l’avenir de leur carrière artistique internationale aux enseignements du Livre d’Urantia. C’était une magie musicale.

Je dois mentionner que le jeudi 12 avril il y a eu une performance piano et voix de Bob Solone qui nous a donné un plaisir musical très chaleureux. Il nous a chanté ‘Smile’ de Charlie Chaplin, des chansons des Beatles et plusieurs souvenirs musicaux attachants en passant par ‘Simon and Garfunkel’.

Voilà l’atmosphère d’un congrès dont je garderai un souvenir permanent.

Nous étions 5 personnes du Québec qui avons participé à ce congrès et j’aurais souhaité que nous y soyons davantage.

À la clôture du congrès, le dimanche midi lorsqu’on a annoncé la tenue du prochain congrès international en 2021 et qu’il aurait lieu à Cusco au Pérou, je me suis dit WOW ! Je me suis projeté en avant et je m’y vois déjà. Je me plais à imaginer que nous pourrions y être plusieurs québécois à y participer. C’est dans trois ans et ça peut être un projet !  Économiser de l’argent et décider d’aller à Cusco assister au congrès de l’AUI au pied du Machu Picchu, c’est un projet qu’on peut réaliser.

Est-ce que ce projet peut vous stimuler ?

Alors, c’est un rendez-vous dans trois ans au Pérou !

Congrès international Urantia, San Antonio, Texas (du 8 au 12 juin 2016) « Jesus the Master » 

Alain Nielsen
Montréal

L’homme aux béquilles :

Heureusement que le chauffeur s’est arrêté juste devant la porte du bureau d’enregistrement, car en mettant le premier pied hors de la fourgonnette qui m’a cueilli à l’aéroport, l’air chaud me frappa !!

À l’intérieur, plusieurs personnes sont déjà présentes, mais tous affairées à quelque chose. Je sentais comme une légère tension dans l’air.

Mon check-in complété, je me sens vraiment seul parmi une foule d’inconnus s’exprimant tous en anglais. Je devais me rendre utile à quelque chose, ainsi cela servirait d’entrée pour un premier contact avec quelqu’un. L’homme aux béquilles assis par terre apparait dans mon champ de vision. Sans mots dire, je m’assois par terre près de lui. Je pris un sac, il leva la tête et m’indiqua quoi mettre à l’intérieur de celui-ci, sans plus ni moins. Ça y est, il venait de m’inclure dans son cercle.

Dès lors je me sentis mieux. Il m’accueillit, tout simplement, sans rien connaitre de moi.

Leçon : Le sentiment d’appartenance et l’esprit d’équipe naissent de la volonté de chaque partie et seulement lorsque celles-ci sont unifiées dans un but commun et travaillent pour le bien de l’ensemble.

Le discours de bienvenue :

Le second évènement marquant mon esprit se produisit dès que les paroles du discourt de bienvenue furent prononcées par le président de la Fondation Urantia, Mo Seigel.

« Vous devez penser profondément, jusqu’à ce que votre mental vous fasse mal, tel est le sens du terme ‘méditation’ employé dans le Livre d’Urantia. » Cet homme, par ses paroles, est venu sceller ce que j’ai toujours pensé.

Leçon : l’énergie provient lors de profondes réflexions. C’est pourquoi Jésus avait développé cette habitude, « la méditation adoratrice solitaire » Fasc.160:1.10 (p.1774.2).

La vieille dame à la canne :

Plusieurs moments plus tard, marchant sous les rayons brûlants du soleil texan je vis, à l’ombre d’un arbre, une petite table et deux bancs vides où je pouvais enfin me reposer et essuyer la sueur perlant sur mon front. Au loin, je pouvais distinguer la silhouette d’une vieille dame avec une canne, se dirigeant, elle aussi, dans cette direction.

Après les présentations d’usages, Mme Suzan s’ouvrit à moi et me livra sur-le-champ sa plus grande difficulté ; cette personnalité avait de la difficulté à rester dans le moment présent. Vous savez cet instant où tout existe, où le temps et l’espace sont expulsés hors de notre pensée, là où tout se joue et là où tout est possible. Hé bien ! Suzan et moi y étions. Nous étions en relation et nous vivions. C`est là et en ce moment précis que vit et se trouve Dieu le Père. De personnalité à personnalité, nous avons partagé un moment de beauté, de vérité et de bonté.

Celle-ci, je peux facilement dire que ce fût une expérience spirituelle incroyable et unique, mais non une leçon !!!!

« As she passes by »

Telle était titrée l’atelier et animée par quatre femmes. Poussé par la curiosité, je suis entré dans la salle. Celle-ci était disposée différemment des autres. Les chaises avaient toutes été disposées d’une manière à former un grand cercle et quatre autres se trouvaient à l’intérieur de celui-ci.

Les quatre femmes ont pris place au centre et commencèrent une conversation, ou était-ce un échange ou un partage ??? Bonne question !!! Bizarrement, le tout semblait fonctionner parce que l’intensité de la salle montait et l’énergie était palpable. Je ne peux vous dire exactement le temps que tout cela a duré puisque j’ai moi-même perdu toute notion du temps lors de cet évènement.

Par la suite elles se sont intégrées dans notre grand cercle et laissé aller ce qu’elles venaient de mettre en place. Naturellement les femmes étaient dominantes en nombre lors de cet atelier. Plusieurs d’entre elles ont pris la parole. Hé-bien !!! Force est de constater que l’approche de la spiritualité par le genre féminin est bien différente de l’aspect masculin.

Je pris alors conscience que la société actuelle que l’on dit moderne est encore primitive sous certains aspects.

Observation : construite par l’homme et pour les hommes cette société.

J’avoue qu’ici la leçon, je ne l’ai pas tirée. La question reste sans réponse !! Mais chose certaine, il se passe bien quelque chose et le changement sera lent et progressif. Ce qui est cohérent, puisque cette dominance masculine s’étend sur des millénaires d’évolution.

Peut-être que le genre masculin, ne veut-il pas cela ?? L’homme a-t-il peur du changement et perdre son trône si confortable ??

Une certitude, par contre, j’ai trouvé « As she passes by » et la voici ; « Écouter et parler avec son cœur signifie écouter et parler pour comprendre et non pour trouver une réponse !!! » Voilà peut-être ici une de nos grandes différences. Qui sait ??

La dernière accolade : L’homme de 1967

Je suis maintenant sur le point de quitter le campus du « Trinity University ». Mes bagages sont déjà bien cordés à l’intérieur de la fourgonnette qui me ramènerait à l’aéroport afin de rentrer au bercail.

Bien entendu, je réservais mes dernières accolades à deux amis spéciaux à mes yeux. Vous savez celui qui m’a lancé l’invitation et celui avec lequel je me sens en sécurité. Mais ici il se produisit autre chose, ce campus n’était pas n’importe lequel. L’univers, parfois, réserve des surprises et elle vous sort un lapin de sa manche !!

Pendant que je foulais mes derniers pas sur le sol bouillant du Texas tout en ramenant en mon âme une expérience extraordinaire, l’homme de 1967 arriva en trombe en s’exclamant. « Before you leave I want to hug you !! »

?????? Oui, j’avoue que je fus assez stupéfait, car en fait, jamais nous nous étions croisés ou adressé la parole. Un parfait et total inconnu !!

« I’ve been seeing you pass by five or six times during the convention. I wanted to talk to you but I did not. So before you leave can I just hug you? » (Traduction : « Je t’ai vu passer cinq ou six fois pendant la convention. Je voulais te parler mais je ne l’ai pas fait. Avant que tu partes est-ce que je peux juste te faire l’accolade ? »)

« Yes, come to me !! » (« Oui, viens à moi !! ») Presque pas fini de le dire qu’il m’avait déjà pris dans ses bras en me serrant contre lui. Lorsqu’il eut relâché son étreinte, j’ai pu reprendre un peu mon souffle. Il semblait m’aimer très fort l’homme de 1967.

Après les poignées de mains d’usage et, disons plus conventionnelles entre deux parfaits étrangers, je lus sur le petit carton son nom, mais aussi l’année que cet homme avait débutée à lire la Cinquième Révélation d’époque. Il y était indiqué 1967.

J’étais stupéfait, car l’homme de 1967 a touché le Livre d’Urantia pour la première quand moi j’étais âgé de deux ans. Presque cinquante années.

Je me sentais vraiment comme un jeunot à ses côtés. Merci à lui, mais je reste intrigué de cette rencontre.

Leçon : Soyez digne et fier lorsque vous portez comme habits la lumière de Dieu, car vous ne pouvez vous douter qui vous observe !!

Conférence de l’Association Urantia International à Sherbrooke

Gilles Brien
Laval

On dit que les rencontres dans la vie sont comme les vents. Certaines nous caressent, d’autres nous jettent par terre. La conférence de l’AUI de cet été 2015, au cœur de l’Estrie, a été marquée par un ouragan de rencontres inoubliables et de nouvelles amitiés. Des gens de 19 pays étaient représentés. Plus de 225 personnes ont pu participer à la conférence. Malheureusement, des dizaines d’autres ont vu leurs demandes de visas refusés par les autorités canadiennes. Voici les pays qui étaient représentés : Colombie, France, Suisse, Belgique, Allemagne. Hollande, Ukraine, Estonie, Finlande, Suède, Angleterre, Sénégal, Congo, Haïti, Pérou, Grèce, Corée, États-Unis, Mexique, Chine et… Canada. Personnellement, j’ai été vivement impressionné lorsque, le premier soir de la conférence, à l’ouverture des plénières, le maître de cérémonie, Guy Perron, a invité les gens à se présenter au micro. Entendre autant de langues, de noms et d’accents différents m’a bouleversé. Voir autant de visages étrangers, de lecteurs provenant des 4 continents (il manquait l’Australie) m’a comblé de joie et de surprise. Toutes les couches d’âge étaient représentées, et c’est ce qui m’a le plus étonné. Le plus vieux participant, un ancien membre du Forum, avait probablement beaucoup plus que 80 ans. Et il y avait neuf enfants, certains moins de 2 ans.

Parmi mes plus belles rencontres pendant la conférence, les deux pianistes féminins, la Russe Yulia Lebedeva (à gauche) et l’Américaine Rebecca Oswald (à droite). Leurs performances musicales fort appréciées de tous ont donné un aperçu aux participants de ce à quoi peut ressembler la musique des sphères! Un succès sur toute la ligne, ce congrès.

Le parlement des religions du monde

Normand Laperle
Lévis

Du 15 au 19 octobre 2015, se produira…  à « Salt Lake City » (dans le Utah, U.S.A.), un congrès international au nom de « Parlement des religions du monde ». 10 000 personnes provenant de 80 pays différents sont attendues. 50 religions y seront représentées, dont l’« Association Urantia International ».

Depuis 1993, cet événement a lieu, tous les cinq ans, dans une grande ville internationale : Chicago (U.S.A.) en 1993; Cape Town (Afrique du Sud) en 1999; Barcelone (Espagne) en 2004; Melbourne (Australie) en 2009.

A chaque fois, on discute des questions de l’heure sur notre planète. Cette année, les thèmes choisis sont : les questions climatiques et environnementales, la guerre, la violence et les discours de haine, et de l’inégalité économique. Les conférences seront suivies d’ateliers de discussions.

La journée du 15 octobre sera réservée en entier pour entendre le point de vue des femmes sur ces sujets et d’autres sujets qui les touchent plus particulièrement.

C’est une occasion d’affirmer que la paix sur notre planète est encore possible par l’ouverture à l’autre, l’écoute, le dialogue et l’amour de notre prochain; bref, par une réelle démarche spirituelle. À nouvelle rencontre l’assistance est en croissance.

La Fondation, le Fellowship et l’Association d’Urantia auront un kiosque conjoint à cet événement (comme ils le font d’ailleurs depuis 1993). Et encore une fois, plusieurs lecteurs du « Livre d’Urantia » de toutes les parties du monde, dont le Québec, convergeront vers cet événement unique en son genre.

Dans un prochain Réflectivité, vous aurez le plaisir de lire, de première main, nos impressions. A bientôt…

Congrès Urantia International 2015

Alain Cyr
Ville Lemoyne

Chère famille,

Si vous étiez présent à cet évènement, je soupçonne que vous y avez pris grand plaisir. J’ai eu l’occasion d’y être et j’ai vu beaucoup de lumière jaillissant des participants. Pour tous et pour chacun qui n’a pu s’y rendre, je vous offre ce court résumé.

Les plénières étaient en résonance avec le thème de la conférence Progresser de l’humain au divin, chacun des orateurs a démontré comment ils (elles) laissent Dieux pénétrer leur vie au quotidien. Le choix des ateliers, conduits en anglais ou en français, était abondant. Pour les lèves-tôt qui se pointaient à l’amphithéâtre aux petites heures de la programmation quotidienne, l’ambiance était attisée avec la musique inspirante de Rebecca Oswald alors que les spectacles en soirée nous ont pourvus de plusieurs chanteurs tels que Marc Belleau et son quatuor, Bob Solone et ses mélodies au piano ainsi qu’un groupe formidable de chanteurs de provenance divers dont les noms m’échappent; sans parler de quelques sessions de musique improvisée dans un des locaux à notre disposition. La danse en soirée et les relations sociales étaient à notre convenance au bistrot du campus. Et une occasion d’observer les étoiles a été rendue possible lors d’une soirée chaude avec un vent léger qui dévoila un ciel clair ou les circonstances nous offrirent le spectacle d’une lune bleu.

Nous avons été également privilégiés de partager avec plusieurs fidéicom-missaires de la Fondation Urantia et Mo Siegle nous a présenté un volet positif et encourageant sur la situation de la dissémination du Livre d’Urantia. Et entretemps, une vente aux enchères silencieuse était à la portée de tous et il semble qu’au-delà de $3000 fut amassé pour cette bonne cause… Merci Marian de ton initiative dans ce projet.

Surtout et à mon avis, la valeur du résultat de cette expérience est dévoilée dans la façon dont tous étaient unis dans leur volonté d’agir et d’aller de l’avant; de nager avec le courant au lieu de le regarder passer. Et alors qu’il a été annoncé que la prochaine conférence internationale de l’AUI aurait lieu dans trois ans en Hollande, des projets unifiés sous les bannières de l’AUI et du Fellowship sont en gestation.

Voici quelques données concernant la participation à notre congrès au Québec :

Nous avons accueilli 225 personnes au total.

152 hommes (67,5%), 73 femmes (32,4%) (Dont 15 femmes du Québec).

De plus, il y avait 9 enfants (2 à 12 ans). Un service de garde était disponible pour les jeunes.

Des gens de 19 pays se sont déplacés pour le congrès : États-Unis : 106  (47%), Canada : 82 (36%) (ont 11 du Canada anglais), Hollande : 7, France : 6, Angleterre : 4, Belgique : 3, Colombie : 2, Mexique : 2, Suisse : 2, Ukraine : 2, Allemagne : 1, Congo : 1, Estonie : 1, Finlande : 1, Grèce : 1, Haïti : 1, Pérou : 1, Sénégal : 1, Suède : 1. Sur le côté subjectif, je ne peux dire que cet évènement pour moi a été un bain dans un immense groupe d’étude qui m’aura permis de renouer avec d’anciens amis, de fraterniser avec des gens avec qui je correspondais, mais jamais vus en personne, rencontrer des gens d’un peu partout sur Urantia qui sont venus pour partager notre idéal commun et spécialement, pour apprendre un peu plus à aimer sur le chemin de la lumière et la vie.

Affection fraternelle

Congrès international 2015 de Sherbrooke

Line St-Pierre

Coordonnatrice du programme

Chers lecteurs,

Lors du « Congrès International 2015 de l’Association Urantia » qui se déroulera à l’Université Bishop’s de Sherbrooke sous le thème « Progresser de l’Humain au divin », dix-neuf pays sont représentés jusqu’à ce jour.

Il vous reste moins de quelques semaines pour vous inscrire, car le 20 juillet sera la dernière journée pour réserver par Internet. Après le 20 juillet, ce sera du cas par cas en appelant au 450-565-3323.

Comme vous le savez, toutes les conférences seront données en langue anglaise et seront traduites simultanément; l’Association Urantia du Québec a réquisitionné les services d’interprètes professionnels pour se faire. Des ateliers au nombre de 40, seront facilités en anglais et d’autres en français. Bien sûr que pour les personnes bilingues, les ateliers donnés en langue anglaise vous sont accessibles. Chaque participant pourra largement bénéficier de cette rencontre internationale et partager sa compréhension des enseignements.

Voici le titre des conférences et le nom des présentateurs le vendredi 31 juillet, premier jour entier du programme :

L’enfant et son éducation
par : Lourdes Burga-Cisneros Pizarro, du Pérou.

Les outils de socialisation chez l’enfant par : Chris Wood, des États-Unis

L’unité spirituelle dans la famille
par : Tamara Strumfeld, des États-Unis

Ces trois conférenciers, sont de jeunes parents de moins de 40 ans avec une expérience parentale dès plus enthousiaste et éclairée.

Suivra la participation des congressistes aux ateliers dont en voici certains en français.

La Créativité chez l’enfant par : Dominique Ronfet, France

« Pensez d’abord à Dieu comme à un créateur … » (21.1) 1:0.1

Et si, par le don de Personnalité, nous avions hérité de cette capacité à nous renouveler ?

Comment pourrions-nous accompagner nos enfants dans leur créativité si nous- mêmes ne sommes pas créateurs dans notre propre vie ?

Entre témoignages, échanges et jeux, nous essaierons de partager nos expériences et répondre à certaines questions pour mieux appréhender le processus créatif.

Prière et adoration par : Moustapha Ndiaye, Sénégal

Avec le Service, l’Adoration et la Prière sont des piliers fondamentaux, naturels et universels, quoique diffus parfois, dès que nous nous tournons spontanément et activement vers la recherche d’un idéal dans la vie. Comment identifier, assumer et partager les nécessités émergentes nées des tendances à servir, prier et adorer, en nous, et chez nos enfants ? Cela constitue le but primordial de la Vie. Et chez nos enfants ? Cela constitue aussi le but primordial de la Vie.

La méditation adoratrice solitaire par :Guy Breton, Québec

L’atelier devrait permettre de bien com- prendre ce qu’est la méditation adoratrice solitaire à la manière de Jésus à l’aide de l’analyse de différents textes et situations dans lesquelles Jésus exerçait cette pratique.

Une fois définies, nous explorerons un plan de méditation qui fournit largement matière à méditation.

Comme méditer n’est pas chose facile, nous analyserons et discuterons de support facilitateur.

La relation parent/enfant par : Hélène Boisvenue, Québec

Dans l’univers, peu d’ordres de personnalités bénéficient de l’expérience parentale. Avec sagesse, Dieu a choisi pour les êtres humains cette situation privilégiée où les adultes doivent soutenir la croissance de leurs enfants, des êtres vulnérables et immatures.

Au cours de cet atelier, nous explorerons de quelles façons la relation parent/enfant stimule les plus hauts potentiels de la nature humaine et aussi comment une saine relation parent/enfant peut dépeindre la première d’une longue série de révélations concernant l’amour du Père.

La famille et la société par : Vanessa Fioamore, Québec

Démontrer de quelle façon la famille influence les fondements de la société.

Pour commencer, nous explorerons les comportements d’enfants élevés dans une famille attentive à l’éducation versus les comportements d’enfants délaissés. Nous réaliserons ainsi que le bonheur et la santé mentale, physique et émotionnelle sont directement affectés par le comportement des parents face aux enfants.

Nous définirons les fondements de la société et ensemble nous trouverons les com- portements idéaux à adopter pour une société rehaussée.

L’adoration par : Guy Breton, Québec

Il est bien mentionné dans « Le Livre d’Urantia » que la vraie adoration consiste à faire le choix de se conformer à la volonté du Père en répondant à son invite : « Soyez parfait comme moi-même je suis parfait ». (86.1) 7:4.7.

Sujet d’une importance capitale pour notre croissance spirituelle.

Une fois défini, l’atelier répondra à de nombreuses questions concernant l’adoration afin de comprendre plus en profondeur ce qu’est l’adoration, le rôle qu’elle peut jouer dans notre croissance spirituelle.

La méditation dans le style de Jésus par : Guy Laporte, Québec

La vie trépidante de la vie moderne amène l’homme à se croire trop occupé pour trouver le temps nécessaire à la méditation spirituelle et la dévotion religieuse. Est-ce votre cas ? Quelle que soit votre réponse, je vous invite à participer à cet atelier. En- semble, nous allons approfondir notre com- préhension de « la méditation dans le style de Jésus ». Nous allons exposer ses concepts, explorer sa pertinence, démontrer l’importance de son rôle et expliquer la fonction de son exercice.

Le service, outil de croissance par : Sylvère Marcoux, Québec

Nous allons explorer ce qu’est le service amical envers les personnes que nous côtoyons régulièrement; comment aider les plus vulnérables, les ainés et les enfants, comment étendre notre sphère d’activité pour obéir à l’in-jonction de Jésus d’être parfait comme le Père Céleste est parfait, Lui, étant le plus grand des serviteurs par les Ajusteurs de Pensée. C’est par le service que nous pouvons nous en rapprocher. Nous allons aussi parler de la récompense qui suit dans cette vie.

L’Âme, notre future identité par : Jean Annet, Belgique

Que devient-on après la mort ? Qu’est- ce que l’âme et comment la préparer à notre vie future ? Que devient-elle, ici, sur Terre et après ?

Dans cet atelier nous allons voir ce qu’est l’âme, les éléments qui la font grandir, comprendre sa nature, son évolution, sa fusion et sa destinée éternelle.

Le Saint-Esprit et l’Esprit de Vérité par : Hélène Boisvenue, Québec

Dans cet atelier, divisé en deux parties, nous cernerons l’origine différen-tielle de ces deux influences ainsi que leur rôle spécifique. Nous verrons comment le Saint-Esprit amorce dans la conscience une saisie de l’amour divin, et comment l’Esprit de Vérité nous habilite à ressentir l’amour de Dieu tel que Jésus l’a manifesté.

Nous explorerons notre histoire personnelle et celle de l’humanité pour mettre à jour des exemples de l’action bienfaisante de l’une et l’autre de ces deux influences spirituelles.

Les Ajusteurs de Pensée par : Richard Lachance, Québec

« Pouvez-vous vraiment réaliser la vraie signification de la présence intérieure des Ajusteurs ? Mesurez-vous vraiment ce que signifie le fait qu’un fragment de Déité absolue et infinie, le Père Universel, habite votre nature mortelle finie et fusionne avec elle ? » (1181.3) 107:4.7 si nous le voulons bien ?

Dans cet atelier nous chercherons ensemble à apprendre comment ne pas interférer avec leur travail, pour plutôt laisser Dieu faire son œuvre à travers nous ses fils et ses filles bien aimés.

La vraie liberté par : Yannick Fioamore, Québec

Explorer les notions de liberté personnelle telle que présentée dans « Le Livre d’Urantia. »

Je m’efforcerai de démontrer comment les humains sont tous liés et que nous ne formons qu’un. À l’aide d’exemples concrets (d’actes quotidiens qui nous semblent anodins), j’amènerai le public à comprendre que pour être responsable et faire partie d’une société évoluée, leur liberté s’arrête là où elle brime celle d’un autre.

En espérant que nous arriverons à trouver des solutions qui nous permet-traient d’agir de façon responsable vis-à-vis nos frères et sœurs, et ce quotidiennement.

Vie spirituelle et réalité quotidienne par : Robert Ezri, Québec

Et Jésus dit à Nathanael : « Nathanael, notre mission consiste à aider les hommes à résoudre leurs problèmes spirituels et à vivifier ainsi leur mental … » (1662.1) 148 :5.4.

Une croissance spirituelle soutenue peut-elle influencer le cours de la quotidienneté de la vie ?

Comme mortel nous avons tout ce qu’il nous faut pour résoudre nos problèmes; Dieu qui est omnipotent, omniscient et omniprésent veut s’associer avec nous. La balle est maintenant dans notre camp!

L’humain et le divin : partenaires dans le Suprême
par : Marc Belleau, Québec

Notre partenariat avec Dieu consiste principalement en deux choses : Être et Faire. Dans cet atelier nous explorerons ces deux facettes de notre chemi-nement et nous verrons comment elles simplifient la compréhension des concepts liés au Suprême notamment en les rattachant à des activités de notre vie quotidienne. Pour ce faire, l’atelier sera composé de périodes de travail, de temps de réflexion en groupe, d’échange d’expériences person-nelles et d’exposés.

L’administration divine de la progression de l’homme au niveau planétaire Francine Fortin, Québec

L’expérience humaine repose sur le processus suivant : son être intérieur repose sur la conscience et sur la personnalité, et son être social repose sur son environnement et son cadre de vie.

Cet atelier a pour but de mieux saisir, par l’expérience personnelle de chacun, l’implication concrète du Divin qui nous habite.

Un retour à l’Amour : exprimer l’Amour Agape Une échelle pour le Ciel même sur terre
par : Guy Perron, Québec

C’est en aimant les autres que nous rencontrons chemin faisant que nous exprimons le mieux notre amour pour notre Père Universel …dépendam-ment du type d’amour que nous manifestons, est-il égoïste ou altruiste ? Est-ce que je sais qu’il y a de nombreux niveaux de l’amour ?

Joignez-vous à nous dans cet atelier morontiel interactif où nous allons partager quelques conseils sur la façon d’améliorer notre façon d’aimer et donc notre façon de donner et de vivre.

* * *

Le samedi et dimanche feront également honneur aux participants avec Kaye Cooper des États-Unis et son discours, « La Dignité humaine », suivi de Doreen Heyne des États-Unis avec « L’Art de vivre » et Richard Lachance du Québec avec « Le cadre de références spirituelles ».

Dimanche en matinée nous entendrons Sue Tennant du Canada anglais avec sa présentation « Se révéler à Dieu par le ser- vice », et nous terminerons avec Jeffrey Wattles, des États-Unis avec sa conférence, « Notre aventure cosmique et l’Être Suprême ».

Dans ces deux jours de programme, il y aura plus de 25 ateliers en anglais qui seront décrits dans le programme imprimé pour les participants au congrès, tout comme ceux que vous venez de lire en français.

Ce programme a été conçu et élaboré par une poignée de serviteurs québécois qui ont été touchés par la cinquième révélation et qui se réjouissent de vous rencontrer lors de cet évènement exceptionnel

Congrès international 2015 de Sherbrooke

Gaétan G. Charland Organisateur de l’évènement

Bonjour lecteurs et lectrices,

Il ne reste que deux mois avant le Congrès Urantia International 2015 qui aura lieu à l’Université Bishops dans la région de Sherbrooke. Nous avons reçu quelques commentaires à propos du programme du congrès, il semble y avoir confusion à propos de son contenu et de l’orientation de celui-ci. Certains nous ont fait par ne pas y être intéressés, car selon leur perception on n’y parlera que de la famille et de l’éducation des enfants. Je vous invite donc à relire attentivement le programme et examiner son contenu. Vous constaterez que oui on y parle de l’éducation des enfants, mais aussi de sa croissance jusqu’à son statut d’adulte, ce qui nous concerne tous.

Le Livre d’Urantia met beaucoup d’importance sur la famille, la société et de l’éducation à l’intérieur de ces entités, car c’est là où se déroule toute notre vie, de l’enfant jusqu’à l’adulte. En tant qu’adulte nous pouvons jouer le rôle de parent, de grand-parent, de frère, de sœur, d’oncle, de tante, de parrain et marraine et aussi d’homme et de femme, marié ou célibataire. Chacun de ces rôles comporte des responsabilités et de grandes opportuni-tés, des occasions d’apprendre et d’enseigner, par notre exemple, par nos paroles, par nos échanges et par nos gestes qui tous s’appuient sur les valeurs et leurs significations que nous avons acquises et intégrées dans notre philosophie de vie.

Le but du congrès est d’explorer, d’apprendre et de partager comment nous pouvons à différents stades de notre vie contribuer à l’épanouissement spi-rituel et intellectuel de l’individu, par le biais de la famille et de la société, qu’importe que nous soyons adolescent, jeune adulte ou adulte accompli. Il ne s’agit pas seulement d’apprendre et d’écouter, mais aussi de partager avec d’autres étudiants notre vécu et nos expériences en rapport avec les enseignements du Livre d’Urantia et comment nous les appliquons ou les avons appliqués dans notre famille comme parents, grands-parents, frères, sœurs, oncles et tantes.

Il n’y aura pas que des discours, il y aura aussi de nombreux ateliers en anglais et en français où vous pourrez participer à des échanges enrichis-sants, valorisants et édifiants. Le simple fait d’être en compagnie de person-nes qui entretiennent les mêmes espérances que nous pour notre monde devrait être une raison amplement suffisante pour justifier votre présence à ce congrès. Qu’avons-nous à offrir, nous lecteurs du Québec à ces visi-teurs, lecteurs et lectrices qui veulent nous connaitre, qui veulent savoir comment nous vivons chez nous les enseignements du Livre d’Urantia ?

Serez-vous au rendez-vous ?

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant sur ce lien :

https://drive.google.com/file/d/0B7VPWKd43MgpNzVUTTNwMEVaVWc/view

Service d’hospitalité » pour le Congrès Urantia International 2015

Gilles Bertrand Québec

Chers lecteurs et lectrices,
Comme vous l’avez probablement lu dans une lettre de l’A.U.Q. dernière-ment, Gaétan Charland profitait de cette occasion pour élaborer sur un nouveau service aux membres qui seront visiteurs lors du congrès à Lennoxville au Québec.

Le service hospitalité dont je suis simplement le coordonnateur, sollicite de ce fait, la participation de nos lecteurs du Québec. Nous québécois, aurons l’honneur d’offrir le gite pour une période en dehors des horaires du congrès. La générosité des hôtes qui offriront gratuitement l’hébergement et le déjeuner dans le style ‘gîte du passant’ (B & B) est tout à fait indiquée. Pour le reste (le dîner, le souper et le tourisme), seront aux frais des visiteurs.

S’il y a assez d’offres pour combler les demandes, le programme fonction-nera de façon idéale. Pour l’instant, il y a beaucoup plus de demandes d’hébergement que d’hôtes disponibles. Nous continuons dès maintenant à essayer de combler l’écart. Une participation accrue au programme ‘service hospitalité’ vous est donc fraternellement rappelée. La demande est forte et les hôtes anglophones sont encore plus forte- ment appréciés, car les Néer-landais et les Malawiens par exemple, sont nettement plus à l’aise avec le vocabulaire anglophone. Le Québec est à majorité francophone et cette tendance se poursuit chez nos hôtes. Cependant, une expérience avec une autre culture linguistique serait peut-être tout aussi intéressante à expéri-menter, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous prêt à ouvrir grand votre foyer ?

Si le cœur vous en dit, écrivez-moi.

Pour terminer, j’aimerais vous rappeler ce passage où Jésus dit à Ganid : « Lier connaissance avec ses frères sœurs, connaître leurs problèmes et apprendre à les aimer, c’est l’expérience suprême de vie. » (1431.1) 130:2.6

J`espère que cette invitation, cette sollicitation, vous sensibiliseront à cette quasi urgence de ce besoin particulier. J’attends donc avec bonne grâce vos offres généreuses d’hébergement et d’hospitalité.

Gilles Bertrand coordonnateur du Service Hospitalité dans le cadre du Congrès Urantia International en juillet 2015.

Gilles Bertrand (418) 871-4564

fidoquebec@gmail.com

Congrès international 1993 Congrès international 2015

Louise Sauvé OSrmstow

Souvenirs d’un passé qui viennent rejoindre une réalité à venir à travers cet autre congrès qui est à nos pas !

Il y a déjà 23 ans se tramait un rassemblement mondial de lecteurs du « Li-vre d’Urantia » dans notre belle province. Fait historique ou la fraternité, l’amitié, l’amour, la rencontre de l’autre, mon frère ma sœur venant de cet autre ailleurs pour partager un idéal commun, un même grand sentiment d’amour spirituel envers un même Père Divin, Céleste comme intérieur !

Une prière, une méditation, une adoration où il n’y avait plus qu’une seule âme, un seul cœur, un seul esprit dans cette grande confraternité dont le centre était occupé par cette Divine Présence du maître, de notre cher Micaël et de notre cher Père.

Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Ils étaient là, le Père et le Fils au milieu de nous et en chacun de nous ! Quelle joie spirituelle et quel Bonheur Divin !

Mes amis, y serons-nous à nouveau pour vivre encore à ce rassemblement ce que le Père comme le Fils nous demandent ? Lorsque vous serez rassemblés en mon nom en notre nom, je serai au milieu de vous tous !

J’écris ceci au nom de l’appel de notre âme qui veut rassembler dans les replis de notre unicité les merveilleux souvenirs d’une confraternité toujours de plus en plus à devenir.

Merci de me lire.