Le mot du président

Maurice Migneault Président AUQ urantiamaurice@gmail.com

Dans le Livre d’Urantia, les thèmes de l’accueil, d’hospitalité et attitudes ayant pour but de bien recevoir l’autre, sont omniprésents. Pensons par exemple aux efforts de Van pour la préparation du premier Jardin : « Quatre-vingt-trois ans avant l’arrivée d’Adam et d’Ève, il proposa à ceux qui l’entouraient de se consacrer à proclamer la venue des Fils Matériels et à préparer un foyer-jardin pour les recevoir. » (822.6) 73:2.

Pensons à la préparation de notre arrivée sur Jérusem : « La réception d’une nouvelle classe de diplômés du monde des maisons est le signal pour tout Jérusem de s’assembler en comité d’accueil ». (539.3) 47:10.1

Il y a ainsi des exemples à profusions dans tout le Livre. C’est donc dire l’importance qu’il y a à développer cette attitude, fonction essentielle au bon travail d’équipe.

L’été qui vient, nous serons les hôtes d’un grand évènement; le Congrès international. Pour cette occasion nous offrirons aux participants un service d’hospitalité, coordonné par Louise Renaud et Gilles Bertrand de Québec.

Merci à tous ceux et celles qui se sont offerts pour héberger quelques jours des lecteurs en provenance de l’étranger afin de mieux partager nos cultures respectives. Et merci à ceux et celles qui ont le désir profond de le faire, mais que des raisons particulières les en empêchent.

Si vous désirez participer à ce programme, vous pouvez contacter Gilles Bertrand ou Louise Renaud : tél. : 418-871-4564 adresse courriel : fidoquebec@gmail.com

Activités à venir de l’AUQ

Congrès international 2015 de l’association Urantia

Thème : Progresser de l’humain au divin

Ce programme se concentre sur les aspects les plus fondamentaux de l’intégration de l’enseignement du Livre d’Urantia dans le contexte de l’éducation dans la famille et la société. Beaucoup d’entre nous cherchent des moyens pour diffuser et partager les enseignements avec nos enfants, la famille et les amis; ce congrès avec ses plénières et ses ateliers répondra à certaines de ces questions très importantes.

Date : Du 30 juillet au 2 août 2015
Lieu : Université Bishops, Sherbrooke, Qc. Canada
Information : (450) 565-3323

Mes Techniques méditatives

Normand Laperle Lévis

Plusieurs techniques de méditation existent. J’en ai expérimenté quelques-unes. Puis, j’ai fini par les personnaliser. Il m’arrive aussi d’essayer d’inventer des méthodes.

Je m’aperçois que chaque méthode méditative donne un résultat différent. Il en résulte que lorsque je m’assois pour méditer, je décide alors de la méthode que je vais utiliser selon mon besoin à ce moment-là.

TEST EXPLORATOIRE

Le test suivant a été révélateur pour moi. Je me suis assis dans le silence. J’ai fermé les yeux. J’ai fait le silence intérieur. J’ai attendu… Sans aucune expectative.

J’ai répété cette expérience plusieurs fois. Elle a toujours donné le même résultat. Il ne s’est jamais rien passé. Je restais toujours au même endroit dans mon espace mental. En d’autres mots, cette méthode ne m’a menée nulle part.

J’en ai déduit que si je ne faisais pas d’effort pour me déplacer à l’intérieur de moi, mon centre de conscience ne bougera pas. Si je ne lève pas les voiles, je n’avancerai pas. Sans objectifs, je n’arrive nulle part.

Il faut donner une orientation au mental, même si ce n’est que dans l’expectative.

***

Aujourd’hui, mes deux méthodes de méditation préférées sont les suivantes :

MÉDITER
POUR ME SENTIR EN PRÉSENCE

Cette forme de méditation est parfois appelée « faire le vide intérieur ». Je n’ai jamais constaté un quelconque « vide » à l’intérieur de moi. J’ai plutôt constaté que le mental ne s’impose plus comme mon centre, comme ce qu’il y a de plus important à l’intérieur de moi. Mon mental perd son caractère dominant et ne fait que transmettre de l’information. C’est pourquoi j’estime que cette forme de méditation est utile comme antistress, antidépressif, anti panique.

En fin de compte, je découvre que le mental n’est pas la personne. En étant centré dans le mental je perds le « je » en moi, mon « centre », ma « personne ».

Voici ma méthode

Le but de cette méthode n’est pas de parler à l’Ajusteur ou même qu’Il me parle. Le but est uniquement de sentir « le contact » et « me sentir en présence ». C’est tout!

De quelle « présence » parle-t-on ?

J’ai le souvenir de moments où je me sentais inspiré. Un moment où le courant passait. Ce souvenir est un point de repère pour moi. C’est la sensation de ce moment d’inspiration que je vais essayer de retrouver, mais cette fois en état méditatif.

C’est important de distinguer à l’intérieur de moi, l’observateur et l’observé. En ce qui concerne l’observateur; le mot le dit, c’est la partie de moi qui observe; là où se situe mon centre, mon centre de conscience. L’observé, c’est la partie de moi que j’observe, ce sur quoi se porte mon attention.

Je veux aussi parler brièvement de « niveaux de conscience ». Le « Livre d’Urantia » utilise parfois les termes « niveau mental », « niveau spirituel », « niveau de l’esprit » comme des niveaux qu’on est destiné à découvrir et expérimenter intérieurement. Elles peuvent être vues comme des « zones intérieures ».

À mon humble petit niveau d’existence, ici dans la matière, j’arrive à distinguer ces différents niveaux à l’intérieur de moi, même si j’imagine que c’est de façon très li- mité. Je comprends, et je sens, également qu’il existe une gradation à l’intérieur de chacun de ces niveaux. Je constate aussi que je peux déplacer l’observateur que je suis (mon « centre de conscience ») d’un niveau à l’autre, même si c’est de façon « très » limité. Essayez-le ! Vous devriez constater au moins un petit mouvement.

Suite à cette explication, on comprendra facilement que je divise mon monde intérieur en trois parties : mon mental, mon âme (ce sont mes deux lieux d’habitation), et l’Ajusteur qui m’habite. La première chose que je fais, lorsque je m’installe pour méditer, est de vérifier ma position intérieure. Est-ce que l’observateur est dans son mental (chercher de solutions, raison-nement, des sentiments, des mémoires de toute sorte …), dans mon âme (concepts de croissance personnels, des idéaux …), ou en contact avec l’esprit de l’Ajusteur qui m’habite (inspirations de haut niveau à tangente éternelle) ? Où suis-je ? La plupart du temps, je suis dans mon mental. Peu importe où je suis, je commence à déplacer délicatement l’observateur (mon « centre de conscience ») vers les niveaux suivants. Je me déplace…

Je vérifie régulièrement ma position intérieure. Si j’ai commencé dans le bas mental, après un certain temps je vais « sentir » que je suis rendu dans le haut mental. Ensuite je vais sentir que je traverse dans l’âme (une zone nettement distincte du mental et plus neutre). Lorsque je me sens dans le haut de ma zone d’âme, le « contact » est imminent…

Lorsque le « contact » se fait, je le sais. C’est impossible à manquer. La sensation intense de neutre mental est beaucoup plus forte que dans le niveau d’âme. Il y a un courant puissant qui passe. Je sens une présence, avec qui je suis en contact, comme si c’était d’une personne à une autre.

Mon seul objectif est de rester à cet endroit le plus longtemps possible. Je répète que je ne veux pas parler, et je ne veux pas qu’on me parle. Je veux simplement « me sentir en présence ».

MÉDITER
POUR AVOIR DES RÉPONSES

Cette méthode se rapproche probablement plus de ce que Jésus pratiquait. Un genre de dialogue intime entre lui et le Père céleste. Jésus nous demandait de communiquer avec le Père qui nous habite, dans nos propres mots, en toute intimité.

Cette méthode a l’avantage d’être très simple.

Le but de cette méthode

Le but de cette méthode est d’établir un dialogue intérieur constructif avec rien de moins que l’Ajusteur intérieur (le Père), sur notre vie personnelle et tout ce qui nous préoccupe.

« Jésus enseigna à ses disciples qu’après avoir fait leur prière au Père, ils devaient rester quelque temps dans un état de réceptivité silencieuse pour donner à l’esprit intérieur les meilleures chances de parler à l’âme attentive » (1641.1) 146:2.17

La technique

Je m’assois, en silence, dans un endroit tranquille, qui n’attire pas l’attention sur quelque chose en particulier.

Je laisse l’esprit vaguer comme il veut, tout en étant aux aguets sur la réception des idées constructives.

Je fixe dans le vide. Je sors de la logique complexe. Je goûte au plaisir simple de l’existence. Je me détache complètement du poids de l’existence.

Si je suis calme et dans un état de réceptivité, ça devrait rentrer… Je devrais passer un petit moment agréable d’intimité.

En ce qui me concerne, ça fonctionne.

Conclusion

Ces deux méthodes de méditation sont complémentaires. Une ne va pas sans l’autre. La première méthode prépare la personne à mieux utiliser la deuxième méthode.

« La méditation établit le contact du mental avec l’esprit; la détente détermine la capacité de la réceptivité spirituelle. » (1777.2) 160:3.1

Notre Père

(version méditative)

Éric Tarissan Québec

Notre Père, merci d’être le Père de TOUS, le Père de tous nos frères et sœurs de l’univers; qui es aux cieux, merci de vivre en chacun de nous, dans notre mental supérieur et de rendre possible de s’y élever;
que ton nom soit sanctifié, merci d’être à la fois le Créateur de TOUT et d’être l’éternel destiné de TOUT et de TOUS; que ton règne vienne, merci de pouvoir participer, par mes décisions significatives, à l’expansion de ton Royaume, à l’avènement de ton règne en redonnant ta lumière, ta conscience et ton amour; que ta volonté soit faite, merci pour ce libre arbitre grâce auquel je choisis de faire ta Volonté en te redonnant, en te rapprochant de mes frères et sœurs, et en les rapprochant de toi en apprenant à les aimer; Merci de rafraîchir chacune de nos âmes de ton eau de vie en vivant en chacun de nous, cocréant ainsi notre âme; Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, merci de me donner aujourd’hui toutes ces opportunités de servir mes frères et sœurs, nourrissant et construisant ainsi notre âme en vivant et en goûtant de plus en plus ta lumière, ta conscience et ton amour en les redonnant; Merci de pardonner mes manques comme j’ai moi-même déjà pardonné à tous ceux qui ont eu des manques envers moi ou envers mes frères; Merci Père de me libérer de la tentation en rendant possible de m’élever de plus en plus en ta présence et en ta conscience, en choisissant toujours de me tourner vers Toi en me libérant et en me sauvant de tout mal; Merci Père de me délivrer du mal, en me libérant par la foi à un septuple niveau (me libérant des entraves matérielles, de l’esclavage intellectuel, de l’aveuglement spirituel, de l’incomplétude du moi, de ce moi belligérant, du temps psychologique et du fini); rendant possible de grandir vers Toi dans ta Paix, ta Joie et ton Amour de plus en plus loin de la tentation, de l’image de soi, des mécanismes de défense et de toute identification autre que Toi, me permettant ainsi de réaliser ma personnalité et de devenir de plus en plus réel et authentique; Merci Père de rendre possible de de- venir de plus en plus parfait comme toi- même Tu es parfait, en faisant ta volonté, cocréant ainsi notre âme, réalisant notre personnalité et en progressant sans fin vers Toi. Car j’ai pris la décision totale, irrévocable et définitive de transférer mon individu-alité de plus en plus unifiée, de ce corps, de ce mental matériel jusque dans notre âme (à moi et à Toi, cher Ajusteur), grâce à laquelle nous fusionne-rons au temps de Dieu, et deviendrons une personnalité réelle et active de l’univers: un citoyen cosmique, un vrai homme de Dieu.

Ainsi soit-il

FAMILLE ET SPIRITUALITÉ

Conrad Lavallée Gatineau

Lors du Congrès de l’Association Urantia International cet été, nous allons aborder le thème de l’unité spirituelle de la famille.
Voici la transcription, toujours d’actualité, d’un texte de Conrad Lavallée, publié dans le Réflectivité, il y a plus de trente ans, dans le Vol. 2, nu. 1, printemps 1984.

Arrêtons-nous un petit instant pour réaliser l’importance de la famille et des relations familiales comme expérience évolutionnaire.

  • La famille est le contexte majeur des principaux problèmes, des prin-cipales sources de joie, bref, des principales préoccupations de nos contemporains. La famille est une réalité matérielle concrète, mais il y a une contrepartie spirituelle et divine à cette réalité matérielle.
  • La famille terrestre est incluse dans la famille spirituelle, dont elle est le jalon évolutionnaire initial.
  • La famille spirituelle : ce qu’il y a de plus important, à la fois dans le temps et dans l’éternité.
  • La famille est une réalité dynamique vivante dont les membres changent et se reproduisent. Elle possède une dimension actuelle, mais aussi une dimension potentielle.
  • C’est à cette dimension potentielle de la famille, à cette tension entre l’actuel et le potentiel, que se relient les aspirations fondamentales de la plupart des gens.
  • Les épisodes évolutionnaires de naissance et de mort sont inclus historiquement et constitutivement, au sein même, au cœur de la réalité familiale.
  • La réalité familiale enrichit le concept de réalisation avec Dieu comme Père Universel et élargit l’horizon de nos relations interpersonnelles à l’ensemble de l’univers, dans le temps et dans l’éternité, par la Fraternité universelle.
  • La famille spirituelle est une réalité dynamique vivante et éternelle. Les épisodes qui la concernent sont des cycles d’accomplissement spirituels, de perfectionnements expérientiels, d’union divine et de réalisations cosmiques. Il y a l’ancrage initial dans la vie éternelle et l’atteinte de la destinée dans les âges ou cycles successifs de l’Univers des Univers.
  • Dans la famille terrestre, nous savons qu’un Père est fier et heureux de voir ses propres enfants accomplir quelque chose qu’il serait fier d’accomplir lui- même. Et que dire maintenant, sinon que l’être humain est plus qu’un simple instrument dans l’accomplissement de la volonté divine ; il est fils de Dieu.
  • Nous pouvons apprendre à vivre pleinement notre vie présente et de cette merveilleuse et très actuelle perspective de la vie éternelle.
  • Nous pouvons bâtir, œuvrer et servir les gens au niveau des liens interpersonnels (familiaux, au sens restreint et au sens large) qui ont un potentiel d’éternité, une incidence sur la vie éternelle, pour y faire expérientiellement ressortir les valeurs suprêmes de bonté, de beauté et de vérité dont la somme, la substance équivalent à l’AMOUR.

Mot du rédacteur

Normand Laperle, Rédacteur en chef

Nouveau site Internet de l’AUQ

À partir de maintenant, c’est fini les problèmes d’accès aux Réflectivités. L’AUQ a son nouveau site Internet à l’adresse suivante : http://www.urantia-quebec.ca. Visitez-le. Il est très beau. Il en vaut le détour.

Vous pouvez aussi accéder directement aux Réflectivités via l’adresse suivante : http://www.urantia-quebec.ca/publication_reflectivite.php

Certaines personnes prêchent par l’exemple. Je tiens à remercier Gaétan Charland pour les heures qu’il ne compte pas, pour la réalisation de ce site et, à la cause du  »Livre d’Urantia ». J’ajouterais une mention toute spéciale à son épouse Line St-Pierre qui contribue elle aussi, de façon exceptionnelle et sans compter, dans cette démarche.

Nouvel entête pour le Réflectivité

Par la même occasion, l’entête de votre mensuel Réflectivité (en haut de la page 1) a été changé. Il a été créé par Gaétan Charland.

Bravo Gaétan ! Beau travail !

Votre Réflectivité manque d’articles

Avez-vous une inspiration que vous aimeriez partager avec vos confrères et consœurs du « Livre d’Urantia ». C’est le meilleur moment de vous laisser aller.

Pourquoi ? Parce que nous n’avons plus un seul article en banque (même pas un petit texte), pour le Réflectivité de mai 2015.