Mot du président

Maurice Migneault
Président AUQ

urantiamaurice@gmail.com

L’an dernier à ce temps-ci, nous étions tous emportés par le tourbillon de l’organisation du Congrès international à Sherbrooke, mais qu’avons-nous individuellement gardé de cette expérience ?

La collaboration à l’intérieur d’une équipe de travail nous offre l’occasion de découvrir des qualités nouvelles chez nos frères et en nous-mêmes. Mais il n’y a pas que des qualités que nous découvrons et que les autres découvrent, il y a aussi nos faiblesses, intolérances, impatiences, exigences démesurées, vaines et coûteuses recherches de perfection, refus de déléguer et contrôle abusif.

Il y a eu des dommages « collatéraux », des blessures liées aux interactions. C’est malheureux à dire, mais toutes ces choses sont bien réelles, même dans des activités dont la finalité est la progression spirituelle. Si l’homme n’avait que ses ressources humaines pour l’aider à gérer ces situations, parfois périlleuses, sa progression serait très lente. Mais notre Père céleste a prévu toutes ces choses et nous a apporté l’aide nécessaire pour sortir victorieux de ces obstacles humains.

« La vraie liberté est le fruit de la maîtrise de soi. » Fasc. 54:1.6 (p.614.1)

S’il est vrai que la foi est la clé qui nous ouvre la porte de l’entrepôt des ressources de Dieu, le travail d’équipe est la clé qui nous ouvre la porte de l’entrepôt des ressources de l’homme.

Améliorer votre groupe d’étude !

Gaétan G. Charland

Président du comité de groupe d’étude UAI et AUQ

Avez-vous déjà eu le sentiment que le groupe d’étude que vous facilitez ou auquel vous participez est devenu monotone, ne satisfait pas votre besoin de progrès dans la compréhension des enseignements ou ne favorise pas votre désir de progresser spirituellement ?

De nombreux groupes d’étude sont apparus et ont disparus depuis l’époque de la première publication du Livre d’Urantia en 1955 et probablement beaucoup d’autres feront partie de ceux-ci également, et cela pour plusieurs bonnes raisons. Mais il y a certains de ces groupes qui ont disparu parce qu’ils ont échoué dans leurs objectifs d’étendre la conscience cosmique et d’améliorer la perception spirituelle. Non seulement certains groupes d’étude ont échoué dans ces deux buts, mais ils ont également échoué dans leur façon à enseigner comment devenir de meilleurs semeurs de vérités, comment être plus impliqué dans notre émancipation spirituelle par le service aux autres et comment mieux intégrer les enseignements dans sa vie.

« Le monde a besoin de voir Jésus vivre de nouveau sur terre dans l’expérience des mortels nés d’esprit qui révèlent effectivement le Maitre à tous les hommes. » Fasc. 195:10.1 (p.2084.1)

Je prends en exemple cette citation qui nous invite à vivre notre vie selon les enseignements de Jésus et non pas de prêcher à propos de lui comme plusieurs le font, afin de vivre le mieux possible la vérité de la Paternité de Dieu et la fraternité des hommes, que Jésus a si éloquemment prêchées non seulement en paroles, mais dans les exemples vivants de sa vie.

« Je déclare que le royaume des cieux est la réalisation et la récognition de la loi de Dieu dans le cœur des hommes. » Fasc. 141:2.1 (p.1588,4)

« Ce Livre est donné à ceux qui sont prêts pour lui, longtemps avant le jour de sa mission mondiale. Des milliers de groupes d’étude doivent être mis sur pied et le Livre doit être traduit en plusieurs langues. C’est alors que le Livre sera disponible lorsque la bataille de l’homme pour sa liberté sera gagnée et que le monde sera une fois de plus rendu plus fertile pour la religion de Jésus et pour la liberté de l’humanité » (Source : Mandat de publication)

Pourquoi les révélateurs nous ont-ils incités à créer des milliers de groupes d’étude, former des chefs et des enseignants ? Si ce n’est qu’ils avaient un plan en tête, un plan qui peut nous sembler si simple dans son application que nous échouons à voir sa vraie mission d’une très longue portée pour changer le cadre spirituel de ce monde. Afin de changer ce cadre de réflexion, ne devrions-nous pas nous transformer et devenir les porteurs de ce changement ? Les groupes d’étude ne pourraient-ils pas être un lieu par lequel nous pourrions réaliser une grande partie de cette mission ?

Comment pouvons-nous répondre à cet appel de créer des milliers de groupes d’étude et former des chefs et des enseignants ? Tout d’abord, en rendant nos groupes d’étude plus stimulants intellectuellement et spirituellement. Comment pourrions-nous faire ceci ? En formulant un plan. Un homme sage du nom de Benjamin Franklin un jour a dit : « Si vous ne prévoyez pas un plan, alors vous prévoyez d’échouer ! » Je crois qu’il avait raison, si nous ne formulons pas un plan pour nos groupes d’étude, nous allons probablement échouer dans la mission qui nous a été donnée.

Voici comment nous pouvons procéder si nous voulons faire un plan.

Un plan n’a pas besoin d’être compliqué, il suffit de quelques principes de base, tels que : se fixer des buts, des objectifs et élaborer des stratégies. Assurez-vous que tout le monde dans votre groupe convienne de ce plan et aide à son élaboration, de cette façon, ils seront plus que disposés à le réaliser. Le consensus du groupe est très important si nous voulons que le groupe d’étude soit intéressant pour chaque étudiant. Rappelons-nous, nous sommes des étudiants et non pas de simples lecteurs qui participons à un groupe pour socialiser, nous avons une mission importante à accomplir.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Un but est de savoir où nous voulons aller.

Les objectifs sont là pour nous donner des repères sur notre chemin vers notre but.

Les stratégies sont des actions pour nous aider à arriver là où nous voulons aller.

Donc, disons que notre but
serait le suivant
 :

Rendre notre groupe plus intéressant intellectuellement et spirituellement pour les nouveaux et anciens lecteurs, hommes et femmes, tout en les guidant doucement à devenir de bons enseignants.

Les objectifs peuvent être :

1re année

  • Nous étudierons ensemble 10 fascicules, 5 dans les 3 premières parties du livre et 5 dans la 4e partie, la vie de Jésus.
  • Nous étudierons 3 sujets différents.
  • Nous allons encourager tout le monde dans le groupe à faire une petite présentation au groupe sur un sujet de leur choix.

Les stratégies pourraient être :

  • Demandez au groupe de choisir les fascicules qu’ils aimeraient étudier la première année.
  • Choisir des articles publiés dans la Journal de l’AUI, ils fournissent du très bon matériel de réflexion tout en encourageant les étudiants à découvrir ce que d’autres lecteurs comprennent des enseignements, cela va élargir leur conscience cosmique.
  • Suivez un cours de UBIS de votre choix à l’intérieur de votre groupe d’étude, ce qui fournira à tous les participants un outil pédagogique très efficace pour améliorer la perception spirituelle tout en les éclairant sur les valeurs et l’efficacité de l’intégration de cours dans leur objectif de progresser intellectuellement et spirituellement.
  • Adopter un ensemble de règles sur la façon dont le groupe va étudier ensemble.
  • Révisez vos stratégies régulièrement en cas de besoin.
  • Utiliser des aides d’études disponibles sur de nombreux sites Web pour accroitre l’efficacité de vos études.
  • Demandez aux participants d’autres groupes d’étude de faire une présentation sur différents sujets dans votre groupe d’étude.
  • Soyez innovateur et créatif, sortez de votre zone de confort.

2e année

Évaluer les progrès réalisés dans la première année et réajuster vos objectifs et stratégies.

***

Avoir un ensemble de politiques de fonctionnement dans le groupe vous aidera à garder tout le monde heureux et à progresser dans la bonne direction.

Jeffrey Wattles, avec l’aide d’Antonio Schefer a créé un protocole pour leur groupe d’étude en ligne, certaines de ces règles pourraient très bien aider chacun des hôtes dans l’animation de leur groupe d’étude et ainsi veiller à ce que tous les participants bénéficient d’une expérience de croissance intellectuelle et spirituelle.

J’ai copié ici ce protocole pour votre bénéfice, prenez-y ce qui convient pour les besoins de votre groupe. Ce protocole a été développé pour un groupe d’étude en ligne utilisant la plateforme Zoom. Si vous souhaitez démarrer un groupe d’étude en ligne en utilisant cette plateforme, s’il vous plaît contactez-moi, je serai plus que disposé à vous aider à démarrer votre groupe en utilisant la plateforme Zoom.

PROTOCOLE POUR GROUPE D’ÉTUDE EN LIGNE

  1. L’hôte décide quand il est temps de commencer, accueille tout le monde, explique le protocole, fait les annonces nécessaires et remet la session dans les mains de l’animateur.
  2. À titre d’expérience pour au moins les premières semaines, nous ferons une pause en silence pendant quelques secondes (10) après chaque lecture et après chaque intervention des participants. Le but est de permettre à l’âme d’écouter et à l’esprit de s’exprimer.
  3. Placez votre micro en sourdine quand vous ne parlez pas, afin que les bruits de fond ne dérangent pas et lever la main si vous voulez parler avant de réactiver votre micro.
  4. S’il vous plaît, utilisez la fonction chat uniquement pour des questions liées à la session-étude.
  5. Utilisez un casque-micro si vous le pouvez pour améliorer la qualité du son et ainsi réduire les bruits de fond et d’écho quand vous parlez.
  6. S’il vous plaît, ne tapez pas sur votre clavier lorsque votre micro n’est pas en sourdine.
  7. Éteignez votre caméra si vous avez des problèmes avec votre connexion Internet pour éviter la perte de qualité sonore ou vidéo.
  8. Une certaine adaptation de la procédure de règlement des griefs de Jésus [voir fasc. 159:1.3 (p.1762.5)] sera la méthode pour résoudre les graves problèmes, si et quand ils se présentent avec des individus particuliers.
  9. Les sessions peuvent être enregistrées pour une utilisation future à des fins d’études. Seuls les participants actifs, futurs étudiants, ont accès aux vidéos.
  10. Éteignez votre caméra si vous ne voulez pas que votre image soit utilisée pour les enregistrements.

Il y a quelques années, pour le Symposium des Groupes d’étude j’ai créé un manuel d’aide à l’étude pour les groupes d’étude qui comprend de nombreux articles utiles pour améliorer les qualités de notre expérience d’apprentissage, n’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez recevoir une copie par courriel. Profitez de votre groupe d’étude et ayez une participation active dans leur mission spirituelle pour le monde.

« Naître de l’esprit »

Normand Laperle
Vice-président AUQ

Dimanche 15 mai 2016, nous aurons une journée thématique à l’hôtel Le Dauphin à Drummondville. Le thème sera : « Naître de l’esprit ».

Au début, il y aura une courte présentation pour aider à entrer dans le sujet. Ensuite, il y aura une période de partage entre nous sur le sujet. Je vous propose un texte issu de ma recherche, sur ce sujet.

C’est quoi « Naitre de l’esprit » ?

« Un enfant existe environ neuf mois avant de faire l’expérience de la naissance.

Mais la naissance de la religion [ (la gestion de notre vie spirituelle) ] n’est pas soudaine ; c’est plutôt une émergence graduelle.

Néanmoins, il y a tôt ou tard un jour de naissance. On n’entre pas dans le royaume des cieux sans être  » né de nouveau  » ­ né de l’Esprit. » Fasc. 103 :2.1 (p.1130.6)

Je comprends que « né de nouveau » et « né de l’Esprit » c’est la même chose. Je comprends aussi qu’« Entrer dans le royaume » présuppose que la personne est déjà « née de l’Esprit ». Un ne va pas sans l’autre.

C’est quoi ça « entrer dans le royaume » ?

Est-ce le monde après la mort ? L’au-delà ? Le monde morontiel ? Le moment après la fusion avec l’Ajusteur ?

Du temps de Jésus, « royaume » était une expression courante. C’est certain que si la bible ou l’évangile avait été écrit à notre époque, on n’utiliserait pas ce mot, aujourd’hui démodé.

Le dictionnaire Antidote définit « royaume » par : « État gouverné par un roi ». Dans le « Livre d’Urantia » on utilise le mot « royaume » pour désigner un lieu ou une entité politique.

Mais dans les parties I, II et III du « Livre d’Urantia », on utilise aussi « royaume » comme on l’utiliserait aujourd’hui le mot « domaine », dans le sens de « qui identifie un ensemble ». On y trouve par exemple les expressions : « le royaume du bien » fasc.2 :5.12 (p.40.4), « le royaume des valeurs spirituelles actuelles » fasc.7 :1.10 (p.83.2), « le royaume scientifique de l’uniformité logique » fasc.16 :6.6 (p.192.2), « royaume de l’esprit » fasc.34 :7.6 (p.382.6), etc.

Dans la partie IV du « Livre d’Urantia » Jésus essayait de sortir les gens du sens géographique et politique de ce mot. Il disait : « le royaume de mon Père ne concerne pas les choses visibles et matérielles. […] Ce royaume est déjà maintenant parmi vous, car là où l’esprit de Dieu enseigne, là où il guide l’âme de l’homme, là est en réalité le royaume. » fasc.137 :8.8 (p.1536.6)

« L’esprit de Dieu » qui « enseigne » et « guide l’âme » ? C’est l’Ajusteur ça !

Je comprends que, lorsqu’on parle du « royaume », on ne réfère pas à un lieu, on réfère plutôt au contact intérieur avec « l’esprit de Dieu » : l’Ajusteur.

Revenons à « Naitre de l’esprit » ?

On comprend clairement à partir des citations suivantes :

« Jésus dit [à Nicodème] : Néanmoins, je te déclare qu’à moins de naître de l’esprit, un homme ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » Fasc. 142 :6.5 (P.1602.4)

« Nicodème dit alors : Mais comment puis-je commencer à saisir cet esprit qui doit me recréer en me préparant à entrer dans le royaume ?

Jésus répondit : L’esprit du Père qui est aux cieux demeure déjà en toi. » Donc, le mot « esprit » dans « naître de l’esprit », désigne l’Ajusteur.

Jésus ajoute : « Si tu veux te laisser conduire par cet esprit d’en haut, tu commenceras très bientôt à voir avec les yeux de l’esprit ». Ce qui sous-entend qu’on a déjà la foi. Donc, « naître de l’esprit », ce n’est pas d’avoir la foi pour la première fois. On comprend que la foi est un préalable avant de pouvoir « naître de l’esprit ».

Jésus continu : « ensuite, si tu choisis de tout cœur la gouverne de l’esprit, tu naîtras d’esprit, car le dessein unique de ta vie sera de faire la volonté de ton Père qui est aux cieux. » Fasc. 142 :6.7 (P.1602.6)

Nous y sommes. La personne vient de « naître de l’esprit ». On pourrait penser alors que « naître de l’esprit » c’est la même chose que « faire la volonté de ton Père ». Mais non. Il y a plus…

Il y a deux mots clés dans « n’aitre de l’esprit » : « naître » et « esprit ». Nous avons défini « esprit ». Je m’attarde maintenant au mot « naître ». Pourquoi spécifiquement utiliser ce mot ? Est-ce qu’il y a une connotation particulière à tenir compte ? J’en arrive à conclure que oui. « Naître » réfère au moment précis de la naissance. Le moment où nous sommes « nés à nouveau ». « Le tout début » du « faire la volonté » du père. C’est pourquoi dans la citation précédente Jésus mentionne « si tu choisis ».

J’en arrive à la conclusion que par « naître de l’esprit », il faut comprendre : « choisir de faire la volonté du père ». C’est ça « naître de l’esprit ».

On pourrait se demander pourquoi avoir créé une expression spécialement pour marquer cet événement ? C’est parce que c’est un moment qui marque une vie spirituelle de façon significative. Un point de bascule auquel on voudra référer. Pourquoi ? « Car le dessein unique de ta vie sera de faire la volonté de ton Père qui est aux cieux. »

Mais ça change quoi dans ma vie ça ?

Venez en discuter avec nous le 15 mai à Drummondville pour écouter et partager.

Arrivez avec vos idées. Voici des pistes d’inspiration :

● L’influence sur ce que je suis (« être »)

Mon rapport intérieur, avec moi-même. Quand arrive la foi, ça change quoi ?  Est-ce que j’ai l’impression d’avoir « choisie la gouverne de l’esprit » dans ma vie ? Le « partnership » avec l’esprit, ça change quoi ? Les orientations et ajustements que je donne à ma vie intérieure. Les fruits de l’esprit. Les quêtes de sens. La croissance personnelle.

● L’influence sur ce que je fais (« faire »)

Mon rapport extérieur, avec les autres. Devenir un meilleur faiseur avec les autres. M’impliquer dans des activités. Aller vers l’autre. Gérer les rapports humains. Appliquer moral et éthique. Influencer les autres par l’exemple. Aider. Servir.

● Et l’équilibre dans tout ça… ?

Travailler sur le « être » et sur le « faire ».

L’influence du « être » sur le « faire ». L’influence du « faire » sur le « être ». Balancer tout ça…