Célébration du « Souper de la Souvenance » à la « Maisonnia »

Roberte Roussel et
Paul-Yvan Deléglise
Québec

 

Certains membres du groupe de lecture « La Maisonnia » eurent alors une vive réaction du fait que le repas se ferait le vendredi et APRÈS la fête civique de Pâques — fête devenue mondiale et plutôt païenne.ers la mi-mars 2018, on nous rappelait la possibilité de célébrer à nouveau, le REPAS DE LA SOUVENANCE. Il nous était recommandé par l’AUQ de le faire le Vendredi, 6 avril 2018.

Quelques-uns ont même signalé devoir s’abstenir d’assister à cette cérémonie dépourvue de sa profonde signification !

A la suite de cette réaction, le groupe décida de ramener la célébration en fin d’après-midi, le jeudi, AVANT Pâques, comme Jésus l’avait lui-même fixée. Lui qui voulait ainsi nous signifier que son évangile nous délivrerait de l’esclavage et nous redonnerait la liberté des enfants de Dieu.

À cause de circonstances incontrôlables, nous avons dû célébrer le Mercredi 28 mars, plutôt que le jeudi, le 29 mars.

Après un accueil chaleureux, nous avons discuté de la marche à suivre. Voici ce qui a été retenu : recueillement, lecture du fascicule 179, ayant pour titre, « Le dernier souper », échanges et commentaires au fil de la lecture, gorgée de vin, au moment désigné dans le texte, le repas.

La rencontre s’est déroulée comme prévue, mais à un certain moment, du pain fut servi sans que nous en fassions la fraction comme Jésus l’a fait.

Le cérémonial fut célébré le plus près possible du symbolisme voulu par Jésus et la rencontre se déroula dans la joie et le contentement.

Nous voulons et espérons revivre à chaque année cette expérience du jeudi saint qui nous relie à l’ensemble des croyants en Jésus, tout en répondant ainsi à son invitation à ce qui fut son dernier repas avec ses apôtres.

Quel beau moment !

Claudette et Jean
Ste-Lucie des Laurentides

Jean

Vendredi soir le 6 avril, plusieurs membres de notre groupe d’étude « Découvertes », se réunissaient pour souligner le dernier souper de Jésus et ses douze apôtres. Une soirée touchante et comment nourrissante.
Durant la lecture d’une partie du fascicule 179, « Le dernier souper », nous nous sommes attardés davantage sur la section 5 « L’institution du souper du souvenir ».

Quel beau moment ! Plusieurs partages, notamment à la question « qu’est-ce que la lecture du livre d’Urantia a changé dans vos vies ? », nous a permis d’accueillir de riches confidences, des épisodes de vies qui nous font apprécier et aimer encore plus ceux et celles avec qui nous cheminons vers notre Père. Quel beau moment ! En plus d’approfondir notre compréhension de ce texte de la vie de Jésus, nous approfondissons notre connaissance et notre compréhension du Maître et de son message de Beauté, de Bonté et de Vérité. Quel beau moment ! Cette acquisition se répercute sur une connaissance bonifiée des amis et amies autour de la table, les liens se tissent davantage et se resserrent, mais finalement une meilleure connaissance et compréhension de soi-même qui, mobilisée, nous pousse de plus en plus vers ce qui nous attire. Quel Beau moment ! Quel Bon moment ! Quel Vrai moment !

 

Claudette

Quel heureux moment de retrouver le groupe de lecture du livre d’Urantia en cette occasion remarquable du « Souper du Souvenir ». J’apprends à mieux connaitre Jésus en lisant le texte, mais aussi à travers les réflexions et les partages des membres du groupe. Quelle richesse ! Je vous dis merci.

Jésus m’inspire par : son courage d’affronter ce que les hommes avaient choisi de lui faire vivre, par son pardon et sa bonté envers ceux qui le persécutent, par son respect et son amour inconditionnel envers ses apôtres et par sa foi envers notre Père.

Merci Jésus d’avoir été des nôtres à ce souper du souvenir et merci à nos hôtes d’avoir créé cet instant de pur bonheur.

CONVERGENCES

Pierre Sauvageau

St-Alexis-des-monts

Après un certain temps au sein de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (ÉJCSDJ), on me convoqua pour me signifier que j’étais prêt pour recevoir les prêtrises d’Aaron et de Melchisédech.

Bien que l’on retrouve le nom de « Melchisédech » dans les écrits de Paul de Tarse, « Jésus-Christ est sacrificateur pour toujours selon l’ordre de Melchisédech »1, ce nom m’était alors totalement inconnu. Les caractéristiques de cette prêtrise sont : « de recevoir les mystères du royaume des cieux »2. J’étais alors loin de me douter qu’une partie de ces mystères allait m’être révélée plus tard lorsque je prendrais contact avec le « Livre d’Urantia » (L.U.). Je me suis longuement interrogé à savoir pourquoi cette révélation n’avait pas été transmise par l’intermédiaire de l’ÉJCSDJ.

Toujours est-il que ce vocable de « Melchizédek » abonde dans le L.U. Et c’est une chose très particulière de retrouver le nom de l’initiateur d’Abraham, car très peu d’écrits dans la littérature contemporaine font allusion à ce personnage.

Cependant, cette convergence entre l’ÉJCSDJ et le L.U. est étonnante, mais ne s’arrête pas seulement à ça. J’ai eu d’autres surprises de concepts convergents particulièrement inédits, comme la « dispensation de la plénitude des temps »3. Et j’ai eu d’autres surprises de concepts convergents inédits dans la littérature moderne à savoir la matérialité du monde spirituel : « la matière immatérielle cela n’existe pas. Tout esprit est matière, mais il est plus raffiné, les éléments sont éternels »4. Ce concept fit scandale parmi les religieux du 19e siècle. Cependant on retrouve son corollaire dans le L.U. : matière et esprit unifiés par inhérence dans Havona5. Signalons également, chez Joseph Smith, on retrouve l’idée que cette terre dans son état sanctifiée et immortelle sera rendue semblable à un cristal6. Ce concept correspond dans le L.U. à cette phase de lumière et de vie qui attend la terre dans son développement ultime. De même cette autre idée de Joseph Smith que les humains peuvent devenir des Dieux qui construiront des mondes ce qui est en parfaite coïncidence avec le concept du L.U. sur le corps de la finalité dont les membres auront jurisprudence dans les mondes extérieurs actuels des sept superunivers.

Cependant, malgré les éléments convergents dont j’ai fait mention, une note dissonante a attiré mon attention, à savoir une énorme différence quant à la dissémination des écrits respectifs. Autant le Mormonisme galvanisa les foules à tel point que peu après l’action de Joseph Smith, des convois, des attelages, des caravanes partirent à la conquête de l’Ouest américain.

En comparaison la progression du mouvement Urantien est faible, car comme nous savons, il y a actuellement 444 groupes d’études à travers le monde, ce qui représente à peu près 4440 individus en supposant 5 membres actifs et 5 membres satellites par groupe d’étude. Alors, il y a lieu de s’interroger sur la signification de cette si lente progression du mouvement Urantien après 65 ans d’existence.

Avançons l’hypothèse en s’appuyant sur le livre de « La Prophétie Des Andes » qu’il suffise d’une masse critique de 10% pour que l’ensemble de la communauté humaine bénéficie de l’effet d’entraînement positif des révélations bienfaisantes du L.U.

Malgré tout, il sera toujours étonnant que le « Livre de Mormon » — écrit sur des plaques d’or enterrées dans la colline de Cumorah, dans l’état de New York — sorte de terre en 1827 pour rejoindre ultérieurement les fascicules venant du ciel rédigé, remanié et déposé par un aéropage7 d’êtres célestes dans un coffre-fort au 533 Diversey Drive Chicago de 1925 à 1955.

Ces deux révélations du nord-ouest de l’Amérique seraient-elles complémentaires ?


1. Hébreux 5 : 6,10

2. « Doctrine et Alliances» (A.): 107:19

[N.D.L.R. : D.A. : Les « Doctrine et Alliances » de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours : Contenant des révélations données à Joseph Smith, le prophète, avec quelques ajouts de ses successeurs à la présidence de l’Église. (https://www.lds.org/scriptures/dc-testament?lang=fra)]

3. A.: 121:31

4. & L.U.: 48:6.9; 93:10.3; 53:8.4

5. A.: 93:13

6. U.: 116:6.7

7. A.: 130:9

[N.D.L.R. : « Assemblée de juges, de savants, d’hommes de lettres très compétents.»]

 

Israël

Éric Tarissan
Québec

J’ai été invité à faire un pèlerinage de deux semaines au pays de Jésus, voyage organisé par madame Diane Labrecque. Ce voyage comportait deux visites par jour. Bien sûr je pourrais vous parler du Jardin de Gethsémani, du Jardin des Oliviers, de l’endroit où eu lieu le dernier repas, du Palais de Ponce Pilate où Jésus a été condamné et flagellé, du Chemin de la croix, du Golgotha où il a été crucifié, de la tombe où il a été déposé, de la grotte où il allait souvent prier avec ses apôtres, de l’endroit où il a quitté notre monde pour faire son ascension et, du mur des lamentations. Sans parler du Mont Hermon où il a réglé le « dossier » de Satan et de Caligastia, du Port de Césarée, du Jourdain où il a été baptisé, de la synagogue où il a passé quelques années à étudier et même à enseigner, pour ne nommer que ceux-là ; mais cela ne saurait donner toute l’intense impression ni toute l’émotion qui vous submerge de vous retrouver là, au pays de Jésus, à marcher dans ses pas. De revivre avec lui comment le sanhédrin l’a si injustement jugé et condamné pour avoir ouvert la porte à toute l’humanité… que dis-je, à tout un univers pour nous apprendre à connaître et à aimer notre Père vrai, juste et bon, équitable, bienveillant et miséricordieux.

Pour découvrir tout le courage, toute l’humilité et tout l’amour que Jésus ne cessait d’avoir pour nous, ses humbles créatures — dont, à ce moment, certaines d’entre elles étaient bien cruelles, brutales, injustes et inconscientes — lorsqu’il dit à son Père de leur pardonner parce qu’elles ne savent ce qu’elles font.

Parce que Jérusalem est un petit village ! Vous avez le Palais de Pilate à quelques minutes à pieds où eut lieu le dernier repas, et à quinze minutes environ du Jardin des Oliviers. Tout est à proximité. De me retrouver là, c’était presque irréel. D’imaginer que Micaël, notre père/frère Créateur était là il y a 2000 mille ans, de retrouver des endroits presque intacts, m’a mis dans un état indescriptible. J’étais ému, touché jusqu’au plus profond de mon âme.

Et toute cette expérience incroyable, inoubliable, divine et unique de ma vie n’aurait pas été possible sans tout le travail de maître titanesque et si parfaitement coordonné et préparé par madame Diane Labrecque, cette organisatrice et animatrice hors pair. Elle qui, tout le long du voyage aura su nous ouvrir les portes de tous ces sites, endroits historiques, chapelles, Églises, Basiliques et Jardins ; grâce à sa constante bonne humeur, son dévouement et son professionnalisme.

Merci à toi Diane, merci à chacun des membres de mon groupe et merci à toi Père, de rendre tout cela possible, maintenant et pour toujours, et merci à toi, Micaël, pour ton Esprit de Vérité.