Réponse d’un lecteur…

En réponse à: Une question d’un lecteur…

[Parue dans le Réflectivité #307 – août 2017]

Question : Comment les lecteurs esseulés en arrivent-ils à débroussailler le Livre d’Urantia ? Peut-on y arriver en solitaire ?

_____________


Guy Le Blanc — Saint-Antoine-de-Tilly

Mon cher ami,

Ta question me concerne. J’ai découvert la Cosmogonie d’URANTIA en 1972. J’étais chercheur depuis très longtemps et lu de nombreux ouvrages. Après avoir lu le Livre plusieurs fois, je me suis mis à l’étudier seul. Je méditais à tous les jours après une lecture.

Avec mon esprit ouvert, la recherche de la compréhension ne s’est pas fait attendre. Je n’étais plus seul. On travaillait avec moi.

Plus tard j’ai commencé à chercher d’autre personnes comme moi pour le partage de la connaissance.

Aujourd’hui je le parcours encore seul, dans l’émerveillement. À plusieurs occasions je me retrouve en sympathique compagnie de groupes de lecture. Ça fait beaucoup de bien au mental.

Au bon plaisirs mon frère.

Les agondontaires de la terre…

Interprété par les amis d’Urantia le 20 août 2017, au pique-nique pour la fête de Jésus, au parc du Mont-Royal à Montréal.

C’est le beau jour, il fait bon se revoir
C’est la fête
De Micaël notre frère dans la chair
Sur la terre
Nous sommes ici entre amis, et c’est bien
Notre affaire
De pique-niquer et chanter ce refrain
D’espérance

{Refrain}
Les agondontaires de la terre
Ont une vision planétaire
Pour des bienfaits salutaires
Qu’on partage entre frères
Les agondontaires de la terre
Ont une foi extraordinaire
Un appétit pour l’amour
La joie et la douceur

À Nazareth Jésus prit connaissance
De sa nature
En devenant le frère-père d’une famille
Ordinaire
Puis, musicien, précepteur, voyageur
Sans frontières
Il étonna, enseigna, rencontrant
Tout le monde

{Au Refrain}

Quand Micaël partit de Salvington
Vers la terre
Pour compléter ses missions d’effusions
En tant qu’homme
Il est venu nous montrer le chemin
Son message
Que tous les hommes sont des frères et que Dieu
Est notre Père

{Au Refrain}

Fête à Micaël, Montréal…

Mélanie Olivier
Lévis

En ouvrant les yeux ce matin, je me souviens qu’aujourd’hui, ce n’est pas une journée comme les autres. Je me rappelle en un coup de cils vers le haut qu’il y a 2024 années, un enfant, au nom de Jésus, était venu en ce monde pour enseigner à l’homme la fraternité.

Quelle joie de célébrer avec mes frères et sœurs dans la foi la fête-anniversaire de Jésus fils de Joseph et Marie. Il est 9h30 et la signalisation routière indique Montréal. J’aperçois soudainement le « Lac aux Castors », là où notre rencontre a lieu. C’est intime comme endroit. Sur les 35+ éditions québécoises de cet événement, ce n’est pas surprenant que ce soit la quatrième année que des lecteurs d’Urantia, des chercheurs du beau du bon et du vrai, se rencontrent ici, autour de ce petit lac d’eau calme entouré d’arbres feuillus et de petites collines. Il ne fait ni chaud ni froid, une température parfaite pour une rencontre précieuse. Les rayons de soleil passent à travers les branches et nous entourent de leurs bras chaleureux. Les écureuils viennent nous regarder du coin de l’œil dévalant l’écorce avec facilité. On ne peut qu’être ébahi devant cette création. 

Les gens abondent, on aperçoit une mixité de races et de sentiments joyeux. Plusieurs familles se sont réunies pour faire du canot, jouer au frisbee et manger en plein air. D’autres se sont donné rendez-vous au « Café des Amis » pour siroter une tisane fruitée au bord du lac.

Entre nous, l’harmonie, la simplicité et l’Authenticité se ressentent jusqu’au bout de notre cœur. Autour d’une table à pique-nique, on partage des vivres du monde matériel comme des raisins, des sandwichs en rouleaux, des crudités et de l’humus maison. On chante sur des compositions de Félix Leclerc et de Marc Gélinas. Quelques musiciens nous partagent leur talent d’un commun accord. On parle de qui nous sommes et de ce qu’il y a de plus sacré en nous, cette voix humble qui murmure notre essence et qui demande connexion à l’Autre. C’est doux et c’est le prélude d’une grande destinée comme si d’un coup de cils vers le haut on avait un étrange sentiment que le Règne de Micaël sur terre était déjà arrivé.

Vite on s’aperçoit qu’il est cinq heures et que c’est déjà le départ.

Quand Jésus, le maître, a dit: « Vous êtes le sel de la terre, un sel ayant un gout de salut… » (Fasc. 140:3.12 ; p.1570.13). On poursuit chacun notre chemin avec l’âme nourrie et les idées créatrices qui abondent. On se trouve chanceux d’avoir touché au bon au beau et au vrai aujourd’hui. On remercie le Créateur.

Pique-nique lors de la fête de Jésus à Montréal!

Robert Cadieux
Montréal

[Modifié, en partie par Normand Laperle, Rédacteur en chef, pour l’adapter au Réflectivité]

[Le texte suivant a été composé et prononcé par Robert Cadieux lors de notre rencontre dimanche le 20 août 2017 au « Lac aux Castors » sur le Mont Royal, à Montréal.

Nous avons, entre autres, chanté plusieurs chansons. Une d’elle, sort du lot par ses paroles inspirées du « Livre d’Urantia ».

Voici le discours prononcé par Robert (ajusté pour le Réflectivité), ainsi que les paroles de cette chanson.]

Nous revoici réunis pour fêter la naissance de Jésus qui est né une journée comme aujourd’hui, un 21 août de l’an -7 à midi, il y a 2024 ans.

La vie, c’est grandiose, et peut-être que nous en sommes à peine conscient, parce qu’on perçoit peu les vraies réalités spirituelles. Toutefois, par la foi et par la perception consciente du ministère de l’esprit en nous, nous pouvons en devenir conscient. Je pense que c’est en partie ce sentiment religieux, qui nous motive à se réunir, à se retrouver ensemble dans une occasion comme aujourd’hui.

La mort physique n’est que la fin d’une première étape, d’une carrière sans fin. Voilà en partie ce que Jésus est venu nous enseigner en venant vivre lui-même la vie humaine dans la similitude d’un corps physique. Il est venu nous enseigner la conscience de Dieu dans l’évolution de la vie humaine et la poursuite de la vie dans la carrière universelle.

En fin de compte, nous sommes ici, dans notre vie humaine, pour développer notre conscience de Dieu, qui est partout, ici comme au Paradis ; mais Dieu est aussi présent à l’intérieur de nous. C’est avec cette présence divine, notre Ajusteur de Pensée, que nous sommes destinés à fusionner et à devenir ainsi, une personnalité ascendante de l’univers. En attendant, en tant qu’humain vivant dans un corps physique ici sur la terre, nous sommes des fils et des filles de Dieu par la foi — ceci est le prélude de notre union avec Dieu.

Quelle chance nous avons de vivre ici sur la terre, au Québec, dans une partie du monde en paix, en sachant qu’il y a bien des problèmes ailleurs. Ces problèmes sont encore liés aux luttes de pouvoirs et de religions. Le sentiment religieux qui est bien présent chez l’être humain l’amène à créer des religions et à convaincre tout le monde qu’ils devraient penser de la même manière et avoir la même croyance.

Il n’est pas aisé de chercher et trouver la vérité dans le tumulte. Pourtant on sait que la vérité existe et qu’elle doit nous guider. Aujourd’hui, on fête l’anniversaire de Jésus qui est le représentant de la paix. Lors de ses apparitions, ses premiers mots étaient : « Que la paix soit avec vous ».

Alors, je vous propose ici une chanson d’humour et de joie. Des fois, ce n’est pas tellement les paroles des chansons qui sont importantes mais l’atmosphère qu’elles dégagent et le plaisir joyeux qu’elles nous apportent. Les paroles de cette chanson m’est venu alors que je chantais dans la douche, et je me suis souvenu de la chanson à grand succès « Les millionnaires du dimanche », et j’ai imaginé changer les paroles du refrain pour « Les agondontaires de la terre ».

Les agondontaires, dans le livre d’Urantia sont décrits comme les humains qui peuvent « croire sans voir, persévérer dans l’isolement et triompher de difficultés quasi insurmontables, même lorsqu’ils sont seuls » (Fasc.50:7.2 ; p.579.2). Et c’est notre cas, nous les terriens qui n’avons pas de quartier général avec un Prince planétaire ni de Fils et Filles matériels comme Adam et Ève. Nous croyons en Dieu par la foi, sans preuves matérielles ou témoignages directs. Ça m’a inspiré cette chanson que voici.

Voilà les amis !

Citations…

« Quand l’homme commence à comprendre et à connaitre par expérience la personnalité et le caractère du Dieu vivant, il est conduit à aimer de plus en plus ce bon et parfait Père universel et éternel.
C’est précisément ce changement de relation entre l’homme et Dieu qui constitue la mission du Fils de l’Homme
sur terre »

Fasc.149:6.3 ; p.1675.4