Témoignage…

Éric Martel
Joliette

Bonjour à tous,

Nous avons tous à cœur de voir la réussite de la 5e Révélation. Bien sûr, cela va être long. Ça se déroule sur une échelle de temps qui ne nous est pas réellement compréhensible. Néanmoins, je me pose régulièrement la question, qu’est-ce que je peux faire à mon échelle pour contribuer à l’entreprise ? D’abord évidemment, essayer de mettre les enseignements du Livre en pratique et transmettre dans mon entourage, les vérités que j’ai découvertes, sans nécessairement parler du Livre. Ensuite, former un groupe d’étude, ce que j’ai réussi à faire et pour la première fois l’année dernière, j’ai fait un don à l’Association Urantia Internationale (AUI). Pour le moment, c’est ce que j’ai trouvé à faire qui est en mon pouvoir.

La semaine dernière j’ai reçu un courriel de l’AUI me demandant si j’accepterais qu’on publie mon nom comme donateur dans leur rapport annuel de 2018, sans en indiquer le montant, cela dans le but d’encourager d’autres donateurs potentiels. J’ai bien sûr accepté.

Je me suis alors posé la question, combien y a-t-il de lecteurs au Québec et au Canada et combien d’entre eux contribue financièrement à la mission de l’AUI ? Je n’ai pas eu de difficulté à trouver la réponse et j’ai été stupéfait par les chiffres.

Bien que le nombre exact de lecteurs au Canada ne soit pas connu précisément, car, beaucoup d’entre eux ne contactent pas les organisations, le nombre connu sur la liste des lecteurs francophones est de 560 personnes et 300 pour les lecteurs anglophones.

Combien de lecteurs d’après vous, ont contribué financièrement à l’AUI en 2018 pour tout le Canada ? La réponse est 17!

Alors, je me suis encore posé cette même question, qu’est-ce que je peux faire ? La réponse est simple; vous écrire, vous communiquer ces chiffres et vous demander, et vous, que pouvez-vous faire ?

Bien que la mission du Livre soit spirituelle, nous vivons dans un monde matériel et l’argent est un ‘’moyen’’ matériel indispensable pour mener à bien la 5ième Révélation dans le temps.

Bien que Jésus ne se soit jamais occupé personnellement des finances du groupe apostolique, lui et ses apôtres n’auraient pas pu accomplir quoi que se soit s’ils n’avaient pas été soutenus financièrement par des croyants, pauvres ou riches.

Le Livre nous enseigne qu’un groupe d’individus est beaucoup plus fort que la somme des individus qui le composent.

C’est avec cette idée en tête que je vous encourage à donner ce que vous pouvez, que se soit à l’AUI ou à la Fondation. C’est très facile à faire, il suffit d’aller sur leur site web.

Le pouvoir transformateur de la révélation dans nos vies…

[Témoignages d’étudiants ayant assisté à une formation UBIS (Urantia Book Internet School)]

Question :

En vos propres mots, pourquoi la révélation est le seul espoir de l’homme évolutionnaire pour combler le gouffre morontiel ? Comment le ressentez-vous en étudiant Le « Livre d’Urantia » et encore plus en mettant en pratique ses incomparables enseignements ?

Par Agnès

Cette révélation contient les informations exactes qui permettent de clarifier ma pensée; ce qui facilite grandement le travail de l’Ajusteur dans mon mental. Grâce à ces vérités révélées, je bénéfice du bon terreau à partir duquel et sur lequel les aides spirituelles peuvent opérer : l’Esprit Saint, l’Esprit de Vérité, l’Ajusteur de Pensée. Ces vérités agissent comme « décapeurs » sur mes croyances erronées et préjugés à partir desquels je ne peux qu’être dans l’erreur.

Au plus je lis le livre, au plus je donne de la bonne nourriture à mon Guide intérieur, au plus je sens la liberté croissante de penser dans un cadre élevé, et au plus les actions qui en découlent sont conformes au service aux autres.

Par Assane

En tant qu’être penseur, l’homme cherche toujours, dans un effort philosophique à trouver l’unité de l’univers. Il découvre la réalité énergétique matérielle par la science. En s’observant, il reconnait sa nature individualisée, conscient de la vie et désirant vivre.

La religion naît de son recours à Dieu pour son salut. Il découvre ainsi l’Esprit. Comment ce Dieu spirituel du salut est aussi le « Dieu » de la science, pourquoi a-t-il créé ? Comment a-t-il créé ? Comment se manifeste-t-il dans sa création et conduit-il son œuvre ? Pour quelle finalité ? Autant de questions qui ne peuvent manquer de surgir dans la conscience du penseur cherchant l’unité de l’univers des choses et des êtres.

Ce questionnement est dû à l’absence de la sagesse unificatrice du niveau morontiel, qui relie l’esprit et l’énergie-matière. La révélation compense cette absence et apporte des réponses à cette quête philosophique de l’unité. L’âme morontielle est la révélation de l’Ajusteur à l’homme tandis que la révélation extérieure comme le « Livre d’Urantia » fournit les informations qui en la présence et en relation avec l’âme permettent de saisir l’unité de la réalité.

Pour cela, il faut, par l’adoration, la méditation, la prière et le service, nourrir son âme et en prendre de plus en plus conscience. La sagesse cosmique s’installe, apaise la conscience et donne la certitude de l’aboutissement à la finalité, la manifestation du Suprême.

Par Aurore

Si à nouveau je fais une rétrospection du parcours de ma vie spirituelle, la science ne m’a apporté que quelques faits qui ne m’ont jamais rassurée et encore moins, répondus aux questions qui vivaient en moi.

La religion catholique de mon éducation ne m’a pas aidée également, en ce sens qu’il y avait beaucoup de choses illogiques pour ma part. Par exemple, le fait de devoir être baptisé pour être accepté auprès de Dieu. Toute jeune, je me disais: Et les enfants qui ne le sont pas… ils vont en enfer ? C’était horrible. J’ai d’ailleurs baptisé Théo par peur, ne pas le faire était pour moi rentrer dans une grande culpabilité, être presque indigne en tant que parents de ne pas passer par cette phase.

Je n’avais pas connaissance de la vérité qui vit en moi actuellement avec la révélation que Dieu est moi, cela m’a sauvée de tout doute et toute peur.

En fait, j’ai eu un regard neuf sur la vie. J’aime beaucoup la phrase : « De l’extérieur, en regardant vers l’intérieur, l’univers peut paraitre matériel; de l’intérieur, en regardant vers l’extérieur, le même univers parait être entièrement spirituel. » Fasc.103:7.6 (p.1138.4)

Avec la révélation, j’ai enfin ouvert les yeux sur cette belle vérité. Dieu est en chacun et nous pouvons interagir avec lui dès maintenant et à jamais.

Cette révélation, peu importe la manière dont elle m’a été transmise, m’a véritablement sauvée.

Par Claire

L’intellect de l’homme éprouve des difficultés à harmoniser la science et religion devant le gouffre immense qu’il y a entre ce qui est matériel et ce qui est spirituel. Les révélations, ici nous étudions la 5e révélation, sont « révélées » pour pallier au manque de connaissances nécessaires à la logique humaine pour comprendre les buts de l’existence.  Sur le monde des maisons, les révélations sont inutiles parce que la Mota Morontielle dresse un pont entre le mental et l’esprit.

Avec l’étude du « Livre d’Urantia », j’ai eu toutes les réponses aux questions que je me posais avant et j’y trouve encore des réponses aux questions que je me pose aujourd’hui (grâce entre autres aux participants du cours sur UBIS).

Aussi j’ai découvert comment Dieu est Bon, Vrai et Beau. J’ai connu Jésus d’une toute autre manière. J’ai « compris » en partie, les mécanismes de l’Univers et je ne ressens pas cette peur si répandue, celle de vivre dans un univers chaotique. J’ai pleinement confiance au dessein de Dieu. Je me sens vraiment privilégiée d’être tombée sur ce Livre ou… que le Livre m’ait trouvé.

Par Claude

Suivant la révélation du merveilleux « Livre d’Urantia », il y a un domaine auquel nous n’avons pas accès, c’est le domaine intermédiaire du monde morontiel des êtres et des choses. Il y aurait trois degrés de manifestation de la réalité : la matière, la morontia et l’esprit. Il nous est dit :

« La mota est une sensibilité à la réalité supramatérielle qui commence à compenser une croissance incomplète; elle a pour substance la connaissance-raison et pour essence la foi-clairvoyance. La mota est une réconciliation superphilosophique des perceptions divergentes de la réalité. » fasc. 103:6.7 (p.1136.2)

Donc, pour avoir une vision un peu plus complète de la mota, celle-ci se trouve dans l’essence de la foi-clairvoyance. En se rapprochant de l’Esprit de Vérité par la prière, cette clairvoyance de l’esprit en nous se fait de plus en plus profonde et nous permet des perceptions plus accrues de la réalité. Il existe en nous une voix intérieure « vraie et authentique » une vraie lumière qui éclaire tout homme venant dans notre monde.

Il s’agit de notre être qui ne fait qu’un avec Dieu à notre naissance et que l’on perd peu à peu lors de notre évolution avec les rapports avec nos semblables. Il s’agit donc de se réapproprier cette essence primordiale qui est la foi-clairvoyance que nous avons perdue et que nous pouvons retrouver en liaison avec l’Esprit de Vérité qui est en nous.

Par David

La révélation est le seul espoir de l’homme évolutionnaire pour combler le gouffre morontiel parce que la révélation s’adresse à tous ceux et à toutes celles qui veulent accomplir au mieux leur destinée personnelle, aider plus efficacement ceux qui leur sont confiés et mener peu à peu l’humanité vers une prise de conscience… planétaire.

Je ressens en moi une force intérieure qui me propulse vers l’avant qui me donne envie de parler ouvertement et de jouir de la liberté de penser librement en adorant le DIEU vivant, qui valide la fraternité des hommes. Je me sens « Libre », je ne suis plus esclave, car la croissance spirituelle atteint son maximum quand toutes les contraintes extérieures sont réduites au minimum. « Là où est l’esprit du Seigneur, là est la liberté. » Fasc.103:5.11 (p.1135.1)

Fraternellement David

Par Gilles

L’émergence de l’esprit à partir du niveau animal, la révélation spirituelle est nécessaire pour tirer vers le haut, le contrepoids de la nature animale qui tire vers le bas. Il y a aussi le fait de notre limitation avec notre mental évolutionnaire ancré dans le cerveau physique.

Comme Jésus a dit : « Le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde, mais il est à portée de main ». La révélation est l’impulsion et énergie qui nous permet de franchir ce palier spirituel, sans cela nous sommes complètement conditionnés par le monde matériel.

Je le ressens dans ma foi inexplicable comme par exemple aux concepts de perfection et d’infini. Je l’observe dans le progrès dans la production des « fruits de l’esprit ».

Lorsque je lis Le « Livre d’Urantia », l’interprétation des mots selon le point de vue de leur définition humaine typique n’a pas trop de sens. Ces mots et enseignements (ex. valeurs et sens) prennent leur sens lorsque je fais l’effort d’attacher un sens plus intuitif de ces mots en fonction des définitions du livre. Par exemple, « valeur » est associée au niveau spirituel qui est vivant, dynamique, alors que « sens » est associé à l’interprétation mentale sur le plan de vie du moment, ce qui me permet de comprendre que le « sens » évolue et aussi de rattacher intuitivement cela à des expériences de la vie.  C’est tout un programme qui ennoblit la vie purement matérielle qui serait bien ennuyante sans cela!

Par Jean-Luc

La révélation est pour moi le seul espoir pour évoluer et aussi une grande preuve d’amour de Dieu pour nous permettre de le faire; en tout cas, on a les moyens de le faire par l’étude et la recherche. On peut en effet dire pour combler le gouffre morontiel vu que les religions les plus en vogue montrent le chemin, mais j’ai ressenti un grand manque et une multitude de questions sans réponses satisfaisantes et complètes.

C’est ce que j’ai ressenti en lisant Le « Livre d’Urantia »; enfin des explications avec plein de détails qui m’ont permis de comprendre que j’avais trouvé un trésor. Pour la pratique, c’est moins évident; mais quand notre cœur est touché, il est plus facile de rectifier sa conduite même si ça prend un peu de temps surtout si notre environnement n’est pas favorable. Je dis ça parce que je travaille à Paris.

Par Khatabe

Le Cosmos évolutionnaire, le domaine d’activité de l’énergie morontielle, le chemin progressif d’effort et de transformation qui mène vers le Paradis nous est quasiment inconnu depuis la rébellion de Lucifer. Depuis ces temps lointains, les hommes conçoivent leur relation avec Dieu de manière presque magique. Nous mourons dans la chair et nous atterrissons au Paradis. L’effort de transformation évolutionnaire est totalement occulté comme le voulait d’une certaine manière Lucifer. Jamais l’humanité depuis lors et malgré les efforts de nombreux hommes de Dieu et jusqu’à Jésus n’a pu accéder à la compréhension élargie d’un Cosmos évolutif.

La révélation restait, dans les faits, le seul moyen de donner à l’humanité ce chainon manquant; revisitant l’histoire et montrant le chemin plus acceptable pour la philosophie humaine religieuse, plus logique et raisonnable pour la conscience scientifique, nous montrant l’image d’un Créateur Infiniment intelligent, Organisateur, Penseur Universel, un Père Aimant et Miséricordieux. Seule la révélation aurait pu amener la lumière dans les ténèbres de la pensée humaine si encroutée dans l’erreur et le mal.

Vivre les vérités de cette révélation d’Urantia nous permet de nous replacer dans ce cadre évolutionnaire authentique, car tout notre ego s’unifie et s’unifie de plus en plus avec la Présence du Père en nous.

Lorsque la pensée humaine perçoit la hauteur et l’autorité des êtres révélateurs, la confiance s’installe et le mental se laisse inspirer par ces vérités et transformer par l’Ajusteur.

Par Michelle

Sans la révélation divine donnée à l’homme comment répondre aux grandes questions existentielles qui le traverse ?

Quelle place occupe précisément l’homme dans cet univers réglé à la perfection pour que la vie apparaisse ? Quel est le sens de cette vie ? Quel est le plan du créateur ? La métaphysique répond confusément, la philosophie est sceptique, la science demeure muette sur ces questions: pourquoi l’intelligence, l’amour, la bonté, la vérité et la beauté ?

La révélation clarifie les incohérences et les multiples hypothèses et théories physiques et métaphysiques développées par les raisonnements d’hommes qui vivent sur une planète enténébrée.

Personnellement, elle m’a éclairée sur de nombreux événements historiques et scientifiques que le récit biblique simpliste dénaturait et obscurcissait.

Grâce à cette révélation, je ressens et je vis profondément dans mon âme une cohérence spirituelle. J’emprunte une voie claire qui me permet de vivre la foi vivante, car j’occupe une place précieuse et programmée dans le plan divin. J’agis et je vis loyalement et sincèrement au plus près de la volonté du créateur Père qui désire mon élévation spirituelle.

J’ancre ma foi vivante dans la certitude de l’éternité.

« La personnalité de la créature mortelle peut devenir éternelle en s’identifiant avec l’esprit intérieur par la technique consistant à choisir de faire la volonté du Père. Cette consécration de la volonté équivaut à la réalisation d’un dessein de réalité éternelle. » Fasc.118:1.2 (p.1295.2)

Par Moustapha

L’homme ne pourra jamais progresser autrement que par révélation. Notre mental adjuvat nous révèle la signification de la matière et des lois scientifiques, mais il ne peut aller au-delà, et c’est l’erreur des hommes, de lui demander plus, qui nous cause beaucoup de soucis.

Le niveau de notre être potentiel, celui de notre âme (le niveau morontiel) sera perçu aussi par un autre type de révélation, émanant directement de notre Ajusteur de Pensée. Les hommes s’étant trop écartés de cette vérité de base, que le sang adamique nous aurait facilitée, il ne reste plus que la révélation comme support pour réactiver ce qui a toujours été là, mais que nous ne savons plus voir pour la majorité des hommes, à cause de l’épais brouillard de faux concepts nés du matérialisme excessif, des influences de la rébellion planétaire, et des confusions des traditions religieuses institutionnelles ou non.

Personnellement, les enseignements du « Livre d’Urantia », m’ont permis de clarifier la gigantesque tradition ésotérique de la littérature religieuse humaine, et les bribes de vérités essentielles des religions institutionnelles, à travers les ouvrages que j’ai lus, pour en expurger l’essence des faibles lueurs de vérités qu’ils contiennent, et qui, à mon avis, n’auraient jamais pu servir de lumière, aussi faible soit elle, sans les clarifications magistrales du LU.

Thomas et Nathanael rencontrent Rodan, le philosophe, pendant la semaine de relâche

Paul-Yvan Deléglise

Québec

 

Ce dimanche matin, le 15 septembre de l’an 29, l’apôtre André annonça une semaine de repos, un arrêt de toute activité apostolique. Cela valait pour tous les apôtres, sauf pour deux d’entre eux. Un philosophe grec étant venu vérifier auprès du Maître l’exactitude de ses connaissances évangéliques acquises à Alexandrie. Jésus le reçut aimablement et demanda à Thomas et Nathanael de rencontrer le philosophe grec « d’écouter tout ce que Rodan avait à dire et, en retour, de lui parler de l’évangile ». 160:0.1 (1772.1)

Les exposés de Rodan 160:0.1 (1772.1)

Les Révélateurs nous précisent dans Urantia que Rodan présenta dix exposés contenant un très grand nombre de sujets de réflexion. Tels que l’Art de vivre ; le mariage idéal, l’adoration solitaire à la manière de Jésus ; la maturité exigée pour le travail… (Ces documents présentés dans le « Livre d’Urantia » nous ont été présentés : CONDENSÉS, CONJUGUÉS et RETRANSCRITS en langage moderne). Rodan voulait les soumettre au jugement de Jésus ou de ses apôtres. Il voulait vivement que sa philosophie religieuse soit totalement sanctionnée par l’Évangile du Maître!

Au terme de la première semaine d’échanges, l’unanimité régnait sur tous les sujets proposés. Rodan s’est exclamé alors : « Mes frères, je suis un croyant, je me suis lancé, je suis en route avec vous dans cette aventure éternelle » 160:5.8 (1781.4)

Poursuite des échanges

Dimanche, le 26 septembre au soir, Jésus annonça qu’il partait pour Jérusalem avec les apôtres. Toujours en discussion avec Rodan, Thomas et Nathanael obtinrent de rester encore quelques jours avec le philosophe grec.

Rodan soutint alors qu’il lui était impossible d’affirmer que Dieu était une personne, au sens où nous employons ce mot… Car pour ce faire il faudrait que Dieu « ait des symboles de communication spirituelle lui permettant d’être pleinement compris » et qu’en ce qui le concerne, « Dieu est seul dans l’univers. Nul ne lui est égal » 161:1.2 (1783.4)

Cette intervention de Rodan troubla grandement les deux apôtres! Ils consultèrent Jésus qui refusa de se mêler à la discussion. La réflexion qu’il fit à Thomas demeura sibylline à l’apôtre.

Le lundi soir, Thomas renonça à convaincre Rodan. Mais, le mardi, Nathanael parvint à satisfaire tout à fait le philosophe. Le point de départ du raisonnement ce fut le rappel de l’existence de la TRINITÉ et du PÈRE DU PARADIS, celui-ci jouissant d’une égalité de communication avec le Fils et l’Esprit infini de la Trinité du Paradis. Un raisonnement serré, élaboré, en cinq points, s’ensuivit. [Voir : 161:1.6 à 10 (1784.3 à 7)]

Le plus étonnant dans tout cela, c’est que, ni Nathanael, ni Rodan n’ont hésité à utiliser le concept de la Trinité! Alors que l’enseignement religieux, à l’époque, en Israël était monothéiste. « Jésus enseigna la vérité à ses apôtres au sujet des personnes de la Trinité du Paradis » 104:1.10-11 (1144.7-8) [Par conséquent, il l’avait déjà enseigné]. Ces informations ne furent pas vraiment saisies. Les apôtres ne questionnèrent jamais Jésus sur ces concepts cosmiques.

En choisissant ces deux apôtres, le Maître nous fournissait-il réponse à notre interrogation ? Dans sa courte biographie, Nathanael est présenté comme l’un des plus instruits parmi les apôtres, et on souligne qu’il est attiré par la philosophie. Thomas, lui, est reconnu comme le plus rigoureux et le plus sceptique. Le concept de Trinité a peut-être resurgi dans de telles mémoires aux prises avec une objection imprévue… 139:6.1-139:8.1 (1558.2-1561.1)

Quant à Rodan, sa fréquentation d’un disciple d’Abner l’a peut-être rendu familier avec le concept de la Trinité…

Le fait que Jésus ait confié une telle tâche à deux de ses apôtres qui n’avaient pas encore reçu son Esprit de vérité nous montre à quel point son enseignement et ses paroles pouvaient et peuvent produire des résultats étonnants!

Votre explication est sans doute meilleure…

 

Groupe d’étude «Quelle belle découverte!»

Claudette et Jean
Ste-Lucie

C’est beaucoup plus que j’avais imaginé!

Après avoir complété quelques lectures du Livre d’Urantia, motivé par la recherche de la vérité, je demeurais sur mon appétit, mais n’osais pas m’inscrire à un groupe d’étude, de crainte d’être déçu. Il y a plus de 25 ans, un lecteur en qui j’avais grande confiance, m’a partagé des commentaires négatifs concernant son expérience auprès d’un groupe d’étude, alors j’avais écarté cette alternative, tout en poursuivant la lecture, seul.

Cette année, une annonce d’un lecteur qui recherchait quelqu’un avec qui partager m’intrigua. Après l’avoir rencontré, j’ai décidé de joindre le groupe d’étude dont il faisait partie, quelle bonne décision. Depuis, je constate que ma compréhension est de beaucoup supérieure et que ma motivation s’est beaucoup accrue.

Un facteur important s’est ajouté à cette expérience de la lecture du « Livre d’Urantia », soit le fait que ma conjointe et moi la vivons maintenant ensemble et en devenons enrichis. Claudette, par ses partages, contribue à un sain questionnement et à une recherche plus approfondie.

Elle écrit : « Le groupe d’étude permet d’échanger nos compréhensions, d’accueillir de nouvelles connaissances et de bénéficier des expériences des autres. Ça me permet d’entrer davantage dans mon cœur, d’être à l’écoute, de renforcer mes connaissances, d’orienter et d’approfondir ma compréhension des écrits. C’est un privilège et une joie pour moi que de partager avec la fraternité d’Urantia. C’est une nourriture essentielle, une guidance rassurante, une stimulation de ma foi. »

« Nous sommes d’accord que nos échanges en couple, sur nos compréhensions, nos expériences, nos découvertes et nos incertitudes, nous stimulent dans notre démarche, mais ont sans doute aussi pour effet d’élever la qualité et la richesse de notre relation. »

Je comprends tellement mieux l’organisation des Univers, du Paradis, mais aussi et surtout du dessein de Dieu et ce que nous devons faire pour y accéder. Il y a maintenant en moi une certitude tellement plus solide et plus profonde concernant la raison de vivre et la raison de poursuivre ma croissance spirituelle. L’amour, qui m’habite, est maintenant tellement différent dans sa puissance, dans son expression, dans son discernement, dans la sensation de le porter.

La présence du groupe d’étude crée une forme d’encadrement, de support, qui nous encourage dans la lecture, mais aussi dans la pratique. La régularité des rencontres crée une forme de momentum très bénéfique qui nous stimule et nous guide.

Ma rencontre avec Le Livre d’Urantia

Liguori Leclerc
Trois-Rivières

C’était l’année 1947, je travaillais à la gare du Canadien Pacifique à Lac Mégantic, et c’était l’année où le monde entier découvrit les premières soucoupes volantes au Nouveau-Mexique, dont l’une s’est écrasé tuant ses occupants moins un, les momies conservées par le gouvernement américain, les détails avaient été révélés plusieurs années plus tard.

Bien que ce fut une surprise pour un grand nombre de personnes dont moi-même, je me suis vite rendu compte que c’était normal qu’il existe d’autres mondes et planètes habités ailleurs dans notre univers, considérant les milliers d’étoiles que nous pouvons observer la nuit, et notre incapacité à pouvoir les contacter.

En 1965, je trouve Le Livre d’Urantia dans une librairie à Shawinigan et découvre la réponse à mes éternelles questions qui me tracassaient depuis 1947. Dans ce livre il y a réponse à tout ce qu’il est possible de savoir concernant  notre univers, l’endroit où nous devons passer à notre décès, notre cheminement dans divers milieux jusqu’à Jérusem, la capitale de notre système, après avoir passé et étudié les nombreuses connaissances au préalable y compris la description de l’île du Paradis, les moyens pour y parvenir, aussi la vie de Jésus au complet, ainsi que plusieurs explications concernant la Bible et ses auteurs, chose qu’on ne peut trouver ailleurs que dans Le Livre d’Urantia.

Je conseille aux nouveaux lecteurs de commencer par la table des matières et choisir les sujets qui les intéressent le plus, avant de procéder aux chapitres plus avancés, ce qui les intéressera au fur et à la mesure du temps consacré au livre lui-même.

Témoignage d’un nouveau lecteur!

Réal Boucher,
Trois-Rivières.

Depuis août dernier, j’ai entrepris la lecture ou la reprise de la lecture, de « Le Livre d’Urantia ». Le livre dormait sur une étagère de ma bibliothèque depuis de longues années, peut-être même depuis 1999 si j’en décode la facture laissée à je ne sais plus trop quelle page. Un enseignant de la méditation transcendantale, Roger Périgny, me signifiait au cours d’une des rencontres de vérification de ma façon de méditer que ce livre, était un livre de chevet pour lui. Cela me rappela que je possédais ce livre. Alors ma curiosité fut piquée et je me suis mis à relire « Le Livre d’Urantia » en bon esprit cartésien !

J’ai compris vite pourquoi j’avais dû délaisser ma première tentative de lecture suggérée par un collègue de camping (au début de l’été 2000), qui m’avait aussi invité, à l’époque, à partager avec lui et son groupe (???) cet univers auquel nous ouvrait le chemin, ce « Livre d’Urantia ». Je me souviens lui avoir dit à l’époque que j’avais du mal à comprendre et saisir. L’esprit cartésien était fort dérouté, tout comme il le fut et l’est encore depuis août 2015. Mais cette fois ma détermination à parcourir en entier les 196 fascicules se soudait à mon esprit orgueilleux. « J’allais le lire en entier » ai-je, à plus d’une reprise, confirmé à mon enseignant de méditation transcendantale (à laquelle je revenais après 40 années).

De plus, Maurice, le président d’AUQ, suite à une réplique à un article du Réflectivité, m’invitait à lire plus avec mon cœur qu’avec mon esprit cartésien décontenancé. Ce qui me donnait encore le « coup de fouet » pour lire « Le Livre d’Urantia » sous une tout autre approche, « le cœur plus que la raison ».

J’ai donc poursuivi de fascicule en fascicule jusqu’en ce début décembre où je parvenais au fascicule 196. Ouffff ! Quel labyrinthe ! Que de dédales. Que d’imbroglios du mortel en voie vers le morontiel avant d’arriver au spirituel, un jour à l’île du paradis, après avoir gravi les mondes des maisons, les univers, Orvonton, Havona et autres… Jésus au passage. Quatrième partie du Livre d’Urantia, un monde que je croyais connu au début, mais vite soumis à l’effusion de Micaël, dernière effusion, nouvel évangile, qu’un Ajusteur de pensée viendra bientôt m’enseigner, m’y diriger, m’y raviver dans cette nouvelle compréhension d’une conscience cosmique conduisant au Tout, à l’Ultime.

Tout au long de ma lecture, j’aurais aimé avoir une « clé de lecture ». J’ai cru l’obtenir au fascicule 99, mais ce ne fut pas le cas. J’aurais aimé connaître des groupes de lectures. Il n’y en avait guère en Mauricie. Les références données n’exerçaient plus le mandat. Je me suis parfois mis à écouter les lectures des fascicules sur Internet. Ça devenait déjà plus accessible.

Aujourd’hui je ressors tout de même influencé par l’évangile de Jésus : Dieu est Père et nous sommes tous fils et filles de Dieu. D’où l’invitation à suivre l’invitation de Jésus : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ».

Notre filiation divine nous mènera à l’île du Paradis, en une conscience cosmique, de l’Unique au Trinitaire, au Septuple pour nous fusionner dans l’Ultime. Le royaume de Dieu, c’est vivre la volonté du Père et reconnaitre alors notre filiation, nous sommes ses fils et ses filles.

Je sais qu’il me faudra revenir et parcourir à nouveau « Le Livre d’Urantia », trouver un groupe de partage, m’inscrire aux diverses sessions internet pour devenir en plénitude de ma « conscience cosmique ». Mais probablement, comme bien d’autres lecteurs et lectrices, je me sens seul, solitaire, même si je me sais maintenant être évolutif en ascension avec mes frères et sœurs Urantiens qui voudraient devenir solidaires dans un partage au quotidien. Il y a bien des rencontres ici et là de « membres », à des fêtes et des occasions. Mais les esseulés, perdus dans leurs fascicules, ne savent rejoindre ce qui n’est guère dans église, confessionnalité, secte, religion. Ils ne savent rejoindre ce qui est uniquement « conscience cosmique ». Cette conscience doit n’être reconnue et goûtée qu’à la toute fin, fin que les débutants lecteurs et lectrices ne saisissent point ou ne peuvent pas saisir, à moins que les initiés, en présence de leur Ajusteur de pensée, deviennent « clé de lecture », « portier de l’univers des univers ».

En lecteur esseulé, si souvent désemparé, mais arrivé au point final du fascicule 196, je confesse à nouveau mon intérêt pour « Le Livre d’Urantia », mon besoin d’un plus grand savoir, pour une relecture encore plus cimentée à Micaël, ce Jésus nous livrant son Évangile : « Dieu est notre Père, donc nous sommes tous frères et sœurs ». Mais je suis encore frais novice et ne saurais quoi dire ou faire pour ajouter et soutenir les débutants lecteurs ou les futurs lecteurs. Les initiés doivent savoir. Donc je m’en remets à eux et je demeure « en attente »…